Décryptage

Une proposition qui sème la confusion...

Le monde politique est en émoi depuis l'annonce, non confirmée par les principaux intéressés, de la rencontre de Paris entre Saad Hariri et Sleiman Frangié. Les conseillers du chef des Marada sont sollicités de toutes parts pour voir s'il y a effectivement un projet sérieux d'accord global qui passerait par l'élection de Frangié à la présidence de la République moyennant la désignation du chef du courant du Futur à la tête du prochain gouvernement, ou s'il s'agit d'un simple ballon d'essai.

Jusqu'à présent, les réponses à cette question varient selon les tendances politiques. Mais il est certain que la rencontre dite de Paris a bouleversé la donne. Un peu comme l'avait fait celle qui avait eu lieu entre le chef du courant du Futur et le chef du CPL il y a plus d'un an et demi, qui avait tourné court parce que, selon le CPL, M. Hariri n'avait pas pu aller jusqu'au bout du projet, alors que selon les sources du courant du Futur, il se serait heurté à un refus de la candidature du général Aoun de la part de la rue sunnite ainsi que de ses partenaires chrétiens.

Dans ce contexte, le chef des Marada serait-il plus acceptable pour ces mêmes protagonistes, sachant qu'il n'a jamais caché son amitié et sa loyauté envers le président syrien et envers l'axe dit de la résistance ? Que s'est-il donc passé pour que Sleiman Frangié, longtemps considéré comme plus extrémiste que Michel Aoun, soit devenu « fréquentable » pour le courant du Futur ? Plusieurs hypothèses sont avancées. Selon l'une d'elles, le rapprochement entre M. Frangié et M. Hariri serait le fruit d'une idée concoctée par le tandem Nabih Berry et Walid Joumblatt. De retour d'Arabie, le leader druze aurait obtenu un feu vert pour agir de concert avec le président de la Chambre pour trouver une issue à l'impasse actuelle qui devient de plus en plus menaçante pour l'État et ses institutions.

Le point de départ aurait été le suivant : il est désormais clair que les paris du 14 Mars et de ses alliés régionaux sur une chute imminente du président syrien et sur l'enlisement du Hezbollah dans la guerre en Syrie qui s'accompagnerait de son affaiblissement ne sont plus de mise. La crise en Syrie aura bientôt cinq ans et rien n'indique que le régime syrien est sur le point de s'effondrer. Au contraire, l'intervention russe en Syrie l'a pratiquement remis en selle alors que le Hezbollah, à la faveur de sa participation aux combats en Syrie, est devenu un acteur régional.

Par conséquent, si Saad Hariri veut reprendre la présidence du Conseil au Liban, il y aurait une contrepartie à donner au 8 Mars. Si le choix se fixait sur le général Aoun, cela aurait l'air d'un recul total pour le 14 Mars, alors que la candidature de Frangié donne l'impression de concessions réciproques. En même temps, elle permet à M. Berry de régler de vieux comptes avec Michel Aoun et à Saad Hariri d'en faire de même avec le chef des Forces libanaises, Samir Geagea. De plus, le chef des Marada a un avantage sur le chef du CPL, celui d'avoir exprimé à plusieurs reprises sa préférence pour le mode de scrutin majoritaire, sans être toutefois opposé à la proportionnelle. Ce qui constitue un élément important pour le courant du Futur qui craint par-dessus tout une loi électorale basée sur la proportionnelle qui l'obligerait à partager la représentation de la rue sunnite avec d'autres composantes. En choisissant Frangié, le courant du Futur raflerait donc une double mise, celle de la présidence du Conseil et d'une loi électorale au moins mixte. De même, le 8 Mars pourrait se valoir d'avoir fait parvenir à la tête de la République un président issu de son camp.

Cette argumentation suscite plusieurs questions. D'abord, il s'agit de savoir s'il s'agit d'un projet purement interne qui n'a pas le soutien des pays influents au Liban. Les défenseurs de ce compromis affirment que M. Hariri aurait obtenu l'aval du prince Mohammad ben Salmane avant de se lancer dans la rencontre avec Sleiman Frangié. Mais lors de la rencontre entre Saad Hariri et Michel Aoun, des insinuations similaires avaient été faites... Ensuite, le Hezbollah est-il prêt à lâcher la candidature de Michel Aoun ou bien est-il en mesure de le convaincre de la retirer? Pour l'instant, les milieux proches de Rabieh restent discrets, ainsi d'ailleurs que le Hezbollah et Frangié lui-même, qui affirment que le candidat du 8 Mars est toujours le chef du CPL... en attendant que se clarifie la position du courant du Futur et que son chef officialise son option en faveur de Frangié.

Selon une autre hypothèse, cette proposition ne serait qu'un ballon d'essai lancé par des parties internes pour semer la confusion dans les camps du 14 et du 8 Mars, et en même temps pour éliminer une fois pour toutes les candidatures des « quatre pôles chrétiens » afin d'ouvrir la voie à un candidat consensuel. Mais l'idée du candidat consensuel se heurte au rapport de forces politiques qui exige que si le 14 Mars veut la présidence du Conseil, il devra faire une concession sur la présidence de la République.

La troisième hypothèse se baserait par contre sur le fait que le chef du courant du Futur souhaiterait réellement revenir à la tête du gouvernement au Liban, mais, d'une part, il ne peut pas convaincre les autorités saoudiennes d'un compromis de ce genre et, de l'autre, même au sein de son propre camp, les oppositions à cette option sont nombreuses.

Enfin, selon la dernière hypothèse, il s'agirait simplement de gesticulations internes pour remplir le temps mort et faire passer un nouveau deal sur les déchets, sachant que le règlement de l'impasse politique actuelle reste tributaire des développements en Syrie et dans la région. La situation ne devrait pas tarder à se clarifier...

 

Lire aussi
« L'option Frangié » est loin d'avoir fait l'unanimité à l'intérieur, l’éclairage de Philippe Abi-Akl

Candidature Frangié : les deux camps s'épient, sans se prononcer clairement


Le monde politique est en émoi depuis l'annonce, non confirmée par les principaux intéressés, de la rencontre de Paris entre Saad Hariri et Sleiman Frangié. Les conseillers du chef des Marada sont sollicités de toutes parts pour voir s'il y a effectivement un projet sérieux d'accord global qui passerait par l'élection de Frangié à la présidence de la République moyennant la...

commentaires (7)

Il y a de tout dans votre article , aussi bien des faits que des spéculations , ce qui prouve votre professionnalisme tant de fois décrié dans ce forum . Les faits , la rencontre à Paris plus ou moins avérés , et surtout la constatation que les forces des résistances restent bien campées en place , et charité bien ordonnée me fera dire , ou plutôt répéter que le hezb qu'on voyait comme moribond ou sur le point de s'écrouler , par des annonces nécrologiques malsaines , vient de prouver que pour chaque vaillant martyr tombé , un bon nombre supérieur s'enrôlait dans la résistance. Que l'expérience d'avoir combattu l'armée la plus criminelle pendant 20 ans et plus , et avoir réussi à la mâter comme on dompterai un lion affamé prouve que rien au monde ne pourra la défaire . Vous savez Scarlett , en insistant par le choix fait sur le fils du Martyr Toni Frangiyeh , de nous dire que c'est une choix extrême par rapport au Phare Aoun , vous dites bien que si la connerie est faite de la part des 14 agonisant , ils n'auront pas à se plaindre , parce qu'ils ne pourront pas dire " on ne savait pas". Ce que vous et nous autres du camp adverse , celui de la résistance , savions depuis le 1er jour du complot en Mars 2011 , comment avions nous su ?? ah !!! secret !

FRIK-A-FRAK

11 h 54, le 28 novembre 2015

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Il y a de tout dans votre article , aussi bien des faits que des spéculations , ce qui prouve votre professionnalisme tant de fois décrié dans ce forum . Les faits , la rencontre à Paris plus ou moins avérés , et surtout la constatation que les forces des résistances restent bien campées en place , et charité bien ordonnée me fera dire , ou plutôt répéter que le hezb qu'on voyait comme moribond ou sur le point de s'écrouler , par des annonces nécrologiques malsaines , vient de prouver que pour chaque vaillant martyr tombé , un bon nombre supérieur s'enrôlait dans la résistance. Que l'expérience d'avoir combattu l'armée la plus criminelle pendant 20 ans et plus , et avoir réussi à la mâter comme on dompterai un lion affamé prouve que rien au monde ne pourra la défaire . Vous savez Scarlett , en insistant par le choix fait sur le fils du Martyr Toni Frangiyeh , de nous dire que c'est une choix extrême par rapport au Phare Aoun , vous dites bien que si la connerie est faite de la part des 14 agonisant , ils n'auront pas à se plaindre , parce qu'ils ne pourront pas dire " on ne savait pas". Ce que vous et nous autres du camp adverse , celui de la résistance , savions depuis le 1er jour du complot en Mars 2011 , comment avions nous su ?? ah !!! secret !

    FRIK-A-FRAK

    11 h 54, le 28 novembre 2015

  • En France comme au Liban rien que des virages et des retournements de veste. En France, François Hollande troque l'Internationale et le drapeaux rouge contre la Marseillaise et le drapeau tricolore... Au Liban, après avoir élu jadis Sleiman Frangié, l'assassin de ses rivaux à l'intérieur de l'église de Miziara, président de la République, on cherche à élire maintenant à la Présidence son petit-fils Sleiman l'ami intime de Bachar el-Assad le destructeur du Liban. Quoi encore ?

    Honneur et Patrie

    11 h 05, le 28 novembre 2015

  • ARTICLE INTÉRESSANT TRÈS CHÈRE MADAME SCARLETT HADDAD. J'OPTE POUR VOTRE DERNIER PARAGRAPHE !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    08 h 04, le 28 novembre 2015

  • Excusez. J'ai oublié d'écrire au final le mot "Tfeh".....!

    Halim Abou Chacra

    06 h 48, le 28 novembre 2015

  • Autrement dit, tout est marchandage sur la base de عطيني وبعطيك dans ce pays chiffon et entre des forces politiques de.......... qui deviennent chaque jour plus détestables pour la population !

    Halim Abou Chacra

    06 h 45, le 28 novembre 2015

  • "Enfin, selon la dernière hypothèse, il s'agirait simplement de gesticulations internes pour remplir le temps mort, sachant que le règlement de l'impasse actuelle reste tributaire des développements en Syrie et dans la région." ! En effet, ENFIN une "hypothèse".... censée !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    06 h 20, le 28 novembre 2015

  • First Oukaze : "La GUERRE CIVILE en Syrie aura bientôt cinq ans et rien n'indique que le régime bääSSyrien est sur le point de s'effondrer. Au contraire, l'intervention russe l'a pratiquement remis en selle alors que ce héZébbb, à la faveur de son mercenariat en Syrie, est devenu un acteur régional." ! "Remis en selle." ?! Où ça ? Sur son Mulet ou sur son aSSadiot Âne ? "Ce héZébbb, acteur régional." ?! "Acteur" ? Pantin surtout Per(s)cé, oui !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    06 h 15, le 28 novembre 2015