Rechercher
Rechercher

À La Une - syrie

L'EI exécute deux otages, son fief en Syrie sous les bombes françaises et russes

L'aviation russe a reçu l'ordre de tirer à vue sur les camions-citernes transportant des produits pétroliers dans les zones contrôlées par le groupe jihadiste.

Une capture d'écran d'une vidéo montre une frappe aérienne française contre une cible jihadiste du groupe Etat islamique, à Raqqa, en Syrie, le 17 novembre 2015. AFP PHOTO / ECPAD / EMA

Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) a annoncé mercredi l'exécution de deux otages chinois et norvégien, au moment où son fief en Syrie, Raqqa, était la cible de raids russes et français qui ont tué 33 de ses combattants en 72 heures.

Intensifiant la pression sur l'EI, l'aviation russe a reçu l'ordre de tirer à vue sur les camions-citernes transportant des produits pétroliers dans les zones contrôlées par le groupe jihadiste qui tire de précieux bénéfices du commerce de l'or noir.
La France, pour sa part, a annoncé que le porte-avions français Charles-de-Gaulle sera "sur zone" en Méditerranée orientale, prêt à engager ses avions en Syrie, "à la fin de la semaine".
La coopération inédite contre l'EI entre Moscou et Paris, qui divergent sur les moyens de régler le conflit en Syrie, est la conséquence des attentats sanglants à Paris et contre l'avion russe dans le Sinaï égyptien, revendiqués par le groupe jihadiste.

 

(Lire aussi : L'EI, premier ennemi commun de la France et de la Russie depuis la Seconde Guerre mondiale)

 

Dans une nouvelle annonce macabre, l'EI a affirmé, selon la dernière édition de son magazine Dabiq, avoir exécuté deux otages chinois et norvégien dont elle avait annoncé le rapt le 10 septembre en réclamant une rançon pour leur libération. Elle n'avait pas précisé quand et où ils avaient été enlevés.
Dabiq publie les photos de deux hommes les yeux bandés et la tête ensanglantée, visiblement tués par balles, avec l'inscription: "Exécutés après avoir été abandonnés par les nations et les organisations infidèles".

Dans une première réaction, les services du Premier ministre norvégien ont affirmé que les photos "laissent penser que l'otage Ole Johan Grimsgaard-Ofstad a été exécuté. Le travail de vérification est en cours".
Oslo avait confirmé qu'Ole-Johan Grimsgaard-Ofstad avait été enlevé peu après son arrivée en Syrie fin janvier 2015. Âgé de 48 ans, le Norvégien avait annoncé le 24 janvier sur Facebook être arrivé à Idleb en Syrie.
La Chine avait elle aussi admis qu'un de ses ressortissants était probablement aux mains de l'EI qui l'avait présenté comme étant Fan Jinghui, un consultant de 50 ans.

(Lire aussi: Frappes contre l'EI, les conséquences d'une diplomatie improvisée )

 

Fuite de Raqqa
Le groupe ultraradical contrôle de larges pans de territoires en Syrie et en Irak voisin où il multiplie les atrocités: enlèvement, viols, meurtres, décapitations... Il avait par le passé diffusé des vidéos montrant la décapitation de plusieurs otages notamment occidentaux, soigneusement mise en scène par les bourreaux.
Intervenu dans la guerre en Syrie en 2013, l'EI a décrété l'année suivante Raqqa (nord) comme sa "capitale", et celle-ci est depuis trois jours la cible de raids intensifs des aviations russe et française qui ont décidé de frapper le groupe jihadiste à la tête.

Raqqa, une ville de quelque 300.000 habitants, est située sur l'Euphrate à un carrefour d'axes routiers du nord de la Syrie. "C'est là qu'il faut toucher Daech (un acronyme en arabe de l'EI) dans ses forces vives", a dit le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian. Selon lui, les chasseurs français ont largué "une soixantaine de bombes sur le centre névralgique (de l'EI) à Raqqa".
Les raids français et russes contre des dépôts d'armes, des casernes et des points de contrôle à Raqqa et ses environs "ont fait 33 morts et des dizaines de blessés parmi l'EI" en 72 heures, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

(Lire aussi : Avion russe, Paris... Une internationalisation « logique » pour l'EI)

 

Coordination avec les Russes
Ce "nombre limité de morts s'explique par le fait que les jihadistes avaient pris leurs précautions", explique l'ONG. "Le plus grand nombre ont été tués sur les barrages de contrôle". De nombreuses familles de combattants étrangers ont fui la ville.
Certains ont trouvé refuge dans les environs de Raqqa, a indiqué Aktham Alwany, un militant originaire de Raqa. Dans cette ville, "les civils vaquent uniquement à leurs occupations essentielles" car "personne ne sait quand aura lieu le prochain raid". "Les bases de l'EI sont au milieu des habitations civiles".

Après le choc provoqué par les attentats de Paris vendredi, les présidents français et russe François Hollande et Vladimir Poutine ont décidé d'une "coordination plus étroite" de leurs agences de renseignement. M. Poutine a ordonné à ses navires de guerre en mer Méditerranée d'entrer en "contact direct" avec le porte-avions Charles-de-Gaulle et de "coopérer avec les alliés" français.
Les Etats-Unis ont également modifié leurs positions à l'égard de Moscou. La Russie, a affirmé le président Barack Obama, a été "un partenaire constructif à Vienne en essayant de créer une transition politique" en Syrie, en référence aux pourparlers internationaux, malgré les divergences persistantes sur le sort du président Bachar el-Assad.
Dans le cadre de "l'union sacrée" contre l'EI, Ankara et Washington vont intensifier leurs opérations "dans les prochains jours" pour chasser les jihadistes de la frontière turque, dans le nord syrien.

 

Lire aussi
L'EI affirme que le crash de l'avion russe dans le Sinaï a été causé par une bombe

Fin de l'opération antiterroriste au nord de Paris : deux morts, dont une femme kamikaze

Al-Nosra affirme avoir abattu deux drones russes en Syrie

Le fonctionnement du groupe Etat islamique en cinq questions

 

Commentaire
Nous sommes en guerre


Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) a annoncé mercredi l'exécution de deux otages chinois et norvégien, au moment où son fief en Syrie, Raqqa, était la cible de raids russes et français qui ont tué 33 de ses combattants en 72 heures.Intensifiant la pression sur l'EI, l'aviation russe a reçu l'ordre de tirer à vue sur les camions-citernes transportant des produits pétroliers dans...

commentaires (4)

C'est tout ? Deux ! Mais ces bombes françaises et russes, combien vont-elles exécuter, elles ?

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

11 h 55, le 19 novembre 2015

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • C'est tout ? Deux ! Mais ces bombes françaises et russes, combien vont-elles exécuter, elles ?

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    11 h 55, le 19 novembre 2015

  • SANS INTERVENTION TERRESTRE LES TÊTES DE L'HYDRE POUSSERAIENT SANS CESSE...

    OLJ, LA CENSURE EST UNE HUMILIATION A VOS ABONNES

    19 h 52, le 18 novembre 2015

  • Ils ont été avertis par leurs parrains à temps.

    FRIK-A-FRAK

    19 h 38, le 18 novembre 2015

  • Les bombes françaises de Normal 1er , ont 12 mois de retard...!L'AFP est souvent hors sol dans l'info...mais bon cette fois félicitations , là ca vient des airs...! ,heureusement au final l'AFP n'a pas peur du ridicule...vue que le ridicule ne tue pas....!

    M.V.

    19 h 38, le 18 novembre 2015

Retour en haut