X

À La Une

"Ceux qui achètent des antiquités de Syrie et d'Irak ont choisi d'être avec les terroristes"

L'appel du directeur des antiquités syriennes aux amateurs du monde entier.

OLJ
13/11/2015

Les amateurs d'objets archéologiques qui dans le monde entier achètent des pièces pillées en Syrie et en Irak "participent au financement du groupe Etat islamique (EI) et donc du terrorisme", a assuré vendredi à Paris le directeur général des Antiquités et des musées de Syrie, Maamoun Abdulkarim.

De passage en France dans le cadre d'une tournée européenne, M. Abdulkarim a, dans une interview à l'AFP, lancé un appel aux amateurs d'antiquités pour qu'ils cessent tout achat, afin d'assécher le marché clandestin international.
"S'il n'y avait plus d'acheteurs, il n'y aurait plus de vendeurs", a-t-il dit. "Nous devons convaincre les acheteurs. Le monde entier doit nous aider dans ce combat. Seuls, nous ne pouvons rien. J'appelle le monde entier à nous aider, à travailler avec nous, loin de la politique. Notre combat n'est pas un combat politique mais culturel, pour l'humanité".

"Je l'ai dit à Rome, je l'ai dit à Londres, aujourd'hui je suis à Paris: ceux qui achètent des objets qui viennent de Syrie et d'Irak ont choisi d'être avec les terroristes. Ce sont leurs complices. Il ne faut pas financer leur guerre contre les peuples syriens, irakiens, yéménites, on ne sait pas où demain", a-t-il ajouté.
"Si un acheteur veut acheter quelque chose, il faut nous contacter : nous pourrons lui dire si cet objet est volé ou non. Mais malheureusement les acheteurs ne le font jamais", a regretté Maamoun Abdulkarim.

 

( Voir : Patrimoine : la carte des sites détruits ou endommagés par l'EI en Irak et en Syrie )



Interrogé sur le fait que le trafic d'antiquités n'est pas récent dans la région, et ne concerne pas que les zones tenues par l'EI, il a admis qu'il avait toujours existé, en Syrie et en Irak une "mafia des antiquités".
"Mais ce n'est plus seulement la mafia classique des antiquités", a-t-il assuré. "Maintenant, ça finance le terrorisme. Acceptez-vous d'être dans cette guerre aux côtés de l'EI ? Il ne faut plus acheter. Si vous n'achetez pas, vous donnez une chance d'assécher ce marché, c'est un signe de protection du patrimoine en Syrie et en Irak".

Dans une étude publiée mercredi à New York par le journal Near Eastern Archaeology, Jesse Casana, professeur associé à l'université de Dartmouth (nord-est des Etats-Unis) a estimé, sur la base d'images satellites, que 21,4% des sites ont été endommagés dans les régions sous contrôle du groupe EI, 16,5% dans les zones tenues par le régime et environ 26% dans les régions tenues par les Kurdes ou d'autres groupes d'opposition.

 

Lire aussi
L'EI n'est pas le seul à piller l'héritage archéologique de la Syrie

Comment le trafic d'antiquités fait vivre l'EI et anéantit la civilisation assyrienne

Pillage archéologique à l'échelle "industrielle" en Syrie

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET CEUX QUI ACHETAIENT AVANT AVAIENT CHOISI D'ÊTRE AVEC LE RÉGIME...

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Interrogé sur le fait que le trafic d'antiquités n'est pas récent, et ne concerne pas que les zones tenues par l'EI, le directeur des Antiquités de Syrie, Maamoun Abdulkarim, fonctionnaire donc du régime bääSSyrien aSSadique, a admis qu'il avait toujours existé une "mafia des antiquités", mais que ce n'est plus seulement la mafia classique des antiquités ! Maintenant, ça finance le terrorisme. Acceptez-vous d'être dans cette guerre aux côtés de l'EI, a-t-il dit ?" ! Pourquoi, Maamoun äâïynîîîh et "employé" du sale régime bääSSyrianique aSSadique, la mafia classique est-elle ainsi plus fréquentable à vos yeux si "sensibles" que la "mafia!?" de l'EI" ? En réalité, "une étude publiée a estimé, sur la base d'images satellites, que 21,4% des sites ont été endommagés dans les zones sous contrôle du groupe EI, 16,5% dans les zones tenues par ce même sale régime et environ 26% dans les régions tenues par les "gentils" Kurdes, mahééék, ou d'autres groupes d'opposition." ! CQFD.

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

L’ennemi n° 1 (des Libanais)

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants