X

Liban

Déchets : journée décisive aujourd’hui

La situation

Amal et le Hezbollah auraient donné leur feu vert pour l'aménagement d'une décharge dans la Békaa.

29/10/2015

Aujourd'hui, ça passe ou ça casse. C'est le cas de le dire, avec les menaces à peine voilées du Premier ministre, Tammam Salam, et du chef de la commission ad hoc chargée de trouver une solution au dossier des ordures ménagères, le ministre Akram Chehayeb, de se désister de leurs engagements officiels si jamais les obstacles à un règlement ne sont pas aplanis.
Tammam Salam avait fait savoir qu'il est prêt à se retirer chez lui et à suspendre ses activités de chef du gouvernement. Akram Chehayeb veut se retirer de la commission, mais non sans « tout déballer », c'est-à-dire identifier les obstructionnistes et dénoncer leurs motivations.

Les contacts politiques se sont intensifiés hier dans une sorte de sprint final dont le résultat reste cependant incertain, en dépit des propos optimistes du ministre de l'Agriculture, hier en soirée. Akram Chehayeb a ainsi révélé à la chaîne MTV qu'Amal et le Hezbollah ont donné leur feu vert à l'aménagement d'une décharge sur l'emplacement d'un dépotoir sauvage dans la Békaa. Celle-ci figurait sur la liste des sites proposés dans le premier rapport du ministère de l'Environnement sur les décharges, mais n'avait pas été retenue faute d'une volonté politique de débloquer ce dossier.

 

(Lire aussi : Pourquoi le projet d'incinérateur à Dhour Choueir a déclenché une très vive polémique)

 

Autant on voudrait croire à une solution, autant on reste cependant sceptique, en raison du nombre de fois au cours desquelles M. Chehayeb et, avant lui, le ministre de l'Environnement, Mohammad Machnouk, avaient annoncé des solutions qui avaient été toutes aussitôt court-circuitées, pour des raisons politico-communautaires.
Aujourd'hui, le ministre de l'Agriculture va poursuivre ses contacts et soumettre dans la matinée son rapport au chef du gouvernement qui doit, si tout va bien, convoquer un Conseil des ministres dans les prochaines vingt-quatre heures.

Une réunion du gouvernement s'impose non seulement pour le dossier des ordures ménagères, mais à cause de la crise des salaires qui secoue l'administration. Une partie des militaires et des agents de l'ordre, ainsi qu'un groupe de fonctionnaires n'ont pas perçu hier leurs salaires faute de fonds transférés à temps aux ministères de tutelle. Le ministre des Finances, Ali Hassan Khalil, avait averti depuis trois mois les autorités, lorsque le gouvernement était bloqué à cause de la polémique entre le courant aouniste et le reste des ministres autour du mécanisme de prise de décision en Conseil des ministres, que le problème allait se poser fin octobre.

L'équipe Salam doit donc se réunir pour débloquer les fonds, mais il semble que le chef de l'exécutif veut s'assurer que ces assises permettront également d'en finir une fois pour toutes avec la crise des déchets, qui a pris la dimension d'une catastrophe nationale, au point de pousser le ministre de la Santé, Waël Bou Faour, à constituer une cellule de crise devant évaluer son impact sur la santé des Libanais.

 

(Lire aussi : Aux routes noyées et canaux bouchés, s'ajoute la menace des maladies infectieuses)


En attendant, que ce soit à Aïn el-Tiné ou au Sérail, les réunions se sont multipliées hier avec Akram Chehayeb, Waël Bou Faour, Ali Hassan Khalil, Nouhad Machnouk et Samir Mokbel. « Nous sommes dans l'attente d'une réponse demain (aujourd'hui) matin au plus tard de nos frères, le Hezbollah et le mouvement Amal, qui doivent nous assurer le site d'une décharge dans la Békaa », a déclaré le ministre de la Défense, Samir Mokbel, au terme d'un entretien avec le chef du gouvernement. Et d'ajouter : « Sinon, nous serons dans de beaux draps et il nous sera impossible de nous en sortir. » Et parce qu'une solution n'est pas garantie, les autorités étudient « sérieusement » la possibilité d'exporter les déchets, selon les explications du ministre.

À Aïn el-Tiné, le ton du discours du ministre de l'Agriculture était différent de celui des derniers jours. Plus conciliant : « De nouvelles idées sont soumises. Certaines sont en harmonie avec le plan approuvé par le Conseil des ministres. D'autres nécessitent une réunion de celui-ci pour approbation. » Il n'en demeure pas moins, qu'il avait clairement souligné, dans une déclaration à l'Agence nationale d'information, que la clé à une solution est d'ordre politique et rien d'autre, parce qu'au plan technique tout est prêt. « Si on n'assure pas un site à la commission, cela signifie que le partenariat réclamé ne tient plus. Que chacun assume alors ses responsabilités », a-t-il dit.

 

Lire aussi
Possible pari du Hezbollah sur la présidentielle libanaise, l’éclairage de Philippe Abi-Akl

Bassil rencontrera Lavrov à Vienne avant la tenue du sommet quadripartite

Raï : Salam n'est pas impulsif pour démissionner

La journée en blanc a rallié de nombreux Libanais

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Ziad Gabriel Habib

Hamdillah nichkor allah! Mais semble-t-il pas trop vite...

Bery tus

on attend le qui et le pq du blocage yalla !!

Irene Said

"JOURNEE DECISIVE AUJOURD'HUI"...

Parce que nos MARIONNETTES-INCAPABLES seraient soudainement capaples des prendre des décisions ??? Par quels fils ont-elles été activées ???
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL Y AURAIT REPORT ! OU SI... PAR MIRACLE... IL Y AURAIT QUELQUE ACCORD OU DES ACCORDS... CE SERA AVEC DES : MAIS çA... MAIS CI... MAIS LÀ... MAIS LÀ-BAS... çA CONTRE çA... çA CONTRE CECI... çA CONTRE CELA... ET LES RAISONS DE L'ABRUTISSEMENT SONT AUSSI GRANDES ET LARGES QUE L'ABRUTISSEMENT MÊME...

Georges Rbeiz

Un mot de remerciement à mr. Ivan Debs pour son illustration brillament poignante.
Joanna Rbeiz

L'Orient-Le Jour

Bonjour M. Abou Chacra,
L'erreur a été corrigée,
Merci et bonne journée!

Halim Abou Chacra

Veuillez remarquer une erreur dans le sous-titre : "Amal et le Hezbollah auraient donné le feu vert pour l'aménagement d'une décharge" dans la Békaa (et non dans le Akkar).

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants