Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

"Je ne vais pas prendre ma retraite", assure Chamel Roukoz, acclamé par ses admirateurs

Rassemblement en l'honneur de l'ancien chef des commandos de l'armée dans le centre-ville de Beyrouth.

L'ancien chef des commandos de l'armée libanaise, le général Chamel Roukoz, lors du rassemblement organisé par ses admirateurs place des Martyrs, au centre-ville de Beyrouth, le 15 octobre 2015. Photo Ibrahim Tawil

L'ancien chef des commandos de l'armée libanaise, le général Chamel Roukoz, à la retraite depuis ce jeudi, est allé jeudi soir à la rencontre de ses admirateurs, rassemblés place des Martyrs, au centre-ville de Beyrouth, assurant qu'il continuera à servir son pays.

M. Roukoz a assuré que le sacrifice pour son pays ne se limitait pas à un poste ou un treillis. "J'ai quitté l'armée mais je ne prends pas ma retraite parce que le sacrifice pour son pays ne se limite pas à un poste ou un treillis", a indiqué le général. Jeudi dernier, l'adjoint du général Roukoz à la tête des commandos, le général Maroun Kobayati, avait été nommé à la tête des commandos de l'armée libanaise.

Après avoir rendu hommage aux martyrs de l'armée, M. Roukoz s'est adressé aux commandos, à qui il n'a pas pu dire au revoir selon ses dires, pour saluer "le travail exceptionnel" de ses frères d'armes.
Il s'est ensuite adressé à l'ensemble de la société libanaise : "A tous les soldats de l'armée libanaise, je vous dis : je suis avec vous, comme l'est le peuple libanais. Votre soutien à l'armée était notre plus belle arme", a-t-il déclaré sous les vivats de la foule. "Notre armée sera toujours celle du peuple", a-t-il également assuré.

 

Photo Ibrahim Tawil

 

Drapeaux libanais à la main, les admirateurs du général Chamel Roukoz ont répondu jeudi soir à l'appel au rassemblement place des Martyrs, au centre-ville de Beyrouth, pour remercier le militaire, qui part à la retraite en ce jour, pour sa carrière au sein de l'armée. Cet appel avait été lancée lundi sur Facebook par Michel Eleftériadès et d'autres.

Licencié en histoire et détenteur d'un master en sciences politiques de l'Université libanaise, le général Roukoz est entré à l'École militaire en 1980 et a commencé à se déplacer dans les différentes unités à partir de 1983. À partir de cette date, il a participé à toutes les grandes batailles de l'armée, dans un parcours qui lui a valu à 27 reprises les félicitations du commandant en chef de l'armée et 11 fois celles du Conseil militaire et du commandant en chef. Blessé à cinq reprises au cours des combats, notamment à Ersal, dans la Békaa face aux jihadistes et à Abra, près de Saïda, face aux partisans du cheikh salafiste Ahmad el-Assir, il quitte l'institution militaire, sans avoir jamais exprimé le moindre mécontentement ou la moindre critique.

 

(Lire aussi : Chamel Roukoz, l’homme qui commande les commandos)

 

Pour mémoire
Roukoz remplacé ; le CPL va vers l’escalade

Le projet de compromis sur le cas Roukoz et les nominations sécuritaires suscite des remous au sein de l’armée

L'ancien chef des commandos de l'armée libanaise, le général Chamel Roukoz, à la retraite depuis ce jeudi, est allé jeudi soir à la rencontre de ses admirateurs, rassemblés place des Martyrs, au centre-ville de Beyrouth, assurant qu'il continuera à servir son pays.
M. Roukoz a assuré que le sacrifice pour son pays ne se limitait pas à un poste ou un treillis. "J'ai quitté l'armée...
commentaires (4)

Oui il est victime de sa parenté mais la faute à qui ? si il avait demandé à son beau père de fermer sa g... peut être qu'il avait des chances mais il faut bien reconnaître que le beau père n'est pas une référence

yves kerlidou

15 h 02, le 16 octobre 2015

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Oui il est victime de sa parenté mais la faute à qui ? si il avait demandé à son beau père de fermer sa g... peut être qu'il avait des chances mais il faut bien reconnaître que le beau père n'est pas une référence

    yves kerlidou

    15 h 02, le 16 octobre 2015

  • Encore un, treillis orangé", de plus ! C'est la totale ! Kémlite !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    10 h 46, le 16 octobre 2015

  • Et alors?

    Beauchard Jacques

    00 h 21, le 16 octobre 2015

  • UN VAILLANT SOLDAT LIBANAIS. UNE PERTE POUR L,ARMEE. IL PAIE POUR SA PARENTE. C,EST INJUSTE !

    LA LIBRE EXPRESSION PARLE AU PEUPLE.

    20 h 44, le 15 octobre 2015

Retour en haut