X

Moyen Orient et Monde

« Nous avons montré notre force. À qui ? Avant tout aux Américains »

Éclairage

L'intervention en Syrie est pour plusieurs observateurs un défi russe aux Occidentaux.

OLJ/AFP/ Gabrielle Tétrault-Farber
12/10/2015

Missiles de croisière tirés depuis la mer Caspienne, avions de chasse détruisant des cibles à longue distance : le président russe Vladimir Poutine n'a pas lésiné sur la démonstration de force en Syrie, destinée selon les experts à afficher une Russie renaissante et capable de s'opposer aux Occidentaux.
Depuis fin septembre, Moscou a montré ses muscles en lançant une campagne de bombardements intensifs à travers la Syrie en guerre, reléguant dans l'ombre la coalition menée par les États-Unis et provoquant l'ire des Occidentaux. Cette intervention d'ampleur est la première opération militaire menée par Moscou en dehors des frontières de l'ex-URSS depuis sa désastreuse campagne en Afghanistan en 1979. Et elle intervient dans une région considérée depuis des années comme un pré-carré des Occidentaux, les États-Unis en tête. Pour les experts, le Kremlin cherche à retrouver un peu de son ancien statut de superpuissance.

Mettant en scène les derniers avions Soukhoï et des modèles soviétiques plus anciens, la Russie affirme avoir détruit multiples postes de commandement et camps d'entraînement de « terroristes », assurant son soutien à l'offensive des forces de Bachar el-Assad, son fervent allié. Moscou a également fait entrer dans le jeu sa flottille de la Caspienne, tirant des missiles de croisière sur des cibles à plus de 1 500 kilomètres de là. Une première qui vise très clairement à démontrer la puissance militaire russe. « Je ne peux pas vraiment dire si cela fait sens militairement d'avoir utilisé des missiles depuis la mer Caspienne », avance l'analyste politique Grigori Mamedov. « Nous avons montré notre force. É qui ? Aux islamistes ? Non, avant tout aux Américains. »

« Vaincre l'Occident »

Avec le lancement de la campagne russe en Syrie, Vladimir Poutine est revenu sur le devant de la scène internationale, malgré son isolement relatif depuis l'annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée en mars 2014 et le début du conflit en Ukraine. « Poutine n'a pas l'intention de vivre dans l'isolement ou d'être à la tête d'un État paria », explique l'expert Alexandre Baounov du Centre Carnegie de Moscou. Les analystes estiment en effet que le soutien au régime de Bachar el-Assad n'est pas l'unique objectif poursuivi par le Kremlin. L'intervention russe semble être une tentative plus large d'entrer en compétition – voire d'intimider – les Occidentaux. « Les tensions ne sont pas tant liées à la Syrie ou à l'État islamique (EI), mais plutôt aux principes globaux » de souveraineté et d'ingérence à l'étranger, affirme Matthew Rojanski, directeur du Kennan Institute basé à Washington. « Le désaccord (entre la Russie et les Occidentaux) est allée au-delà du stade des manœuvres diplomatiques et des pressions économiques. On en est au point où l'on utilise des forces militaires pour mettre en avant un argument », explique-t-il.

La campagne militaire en Syrie se déroule pourtant alors que la Russie est sérieusement affaiblie par la crise économique aggravée par la chute des cours du pétrole et les sanctions occidentales. Certains observateurs estiment qu'une telle coûteuse tentative de regagner du prestige à l'international pourrait s'avérer catastrophique. Le Kremlin a gardé les dépenses militaires à un niveau élevé malgré la baisse des revenus de l'État russe, avec un budget de la défense qui s'affiche cette année à l'équivalent de 46,6 milliards d'euros, une somme qui équivaut à plus de 4 % de son PIB. Une intervention prolongée au Moyen-Orient pourrait donc provoquer des difficultés économiques supplémentaires pour la Russie, un risque que la population et les autorités semblent toutefois prêtes à encourir – à condition d'arriver à leurs fins sur la scène internationale. « Le peuple russe ne tolérera pas des difficultés économiques pour faire la guerre à l'EI. Mais il le fera pour vaincre l'Occident », assure M. Melamedov.

Détérioration « inévitable »

Les tentatives russes de revenir dans le jeu au Moyen-Orient ont déjà eu pour effet d'alimenter les divisions dans la région, où de nombreux pays ont condamné l'intervention de Moscou. « Les sunnites veulent que la Russie quitte la Syrie, mais les chiites veulent qu'elle reste », résume M. Baounov. Pour l'analyste Vassili Kachine, la « conséquence inévitable » de la campagne syrienne de la Russie est la détérioration de ses relations avec la Turquie, l'Arabie saoudite et le Qatar, tous impliqués dans la coalition américaine qui mène ses propres raids aériens en Syrie. Les tensions sont montées d'un cran dès les premiers jours de l'opération russe entre Moscou et Ankara, après que des avions russes eurent violé l'espace aérien turc.
Les experts ne pensent pas toutefois que l'intervention de la Russie va miner durablement ses relations avec ses partenaires arabes. « Ce n'est pas à cause de ça que les Saoudiens décideront tout d'un coup de ne plus jamais parler aux Russes. Ils ont des tonnes d'intérêts communs, et c'est pareil avec la Turquie », rappelle M. Rojanski.


Lire aussi

Moscou et Riyad annoncent vouloir approfondir leur coopération sur le dossier syrien

Syrie, migrants et Ukraine dominent le prix Bayeux des correspondants de guerre

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

L'AFGHANISTAN... POINTE DE NOUVEAU...

PAUL TRONC

Voila ce qui s'appelle un coup de pied dans la termitiere/fourmiliere .

Et rien a voir avec des connivences de feu vert , que Medea nous avait pourtant bien explique que hollywwod c'est en yankytown , alors que certains y voyaient un hymne a l'amour poetique a 2 balles le quintal .

Je lis que l'ue est tres fachee de Poutine et de la Russie , soit , demain l'ue bombarde Moscou , non ?

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants