X

Liban

Construire un pont entre le monde scientifique et le commun des mortels...

Coup d’envoi
09/10/2015

Du 9 au 11 octobre, les sciences seront à l'honneur au Bois des Pins grâce aux Journées de la science (Ayam el-ouloum). Organisée conjointement par le comité du même nom, l'ambassade de Suisse, la ville de Genève et la municipalité de Beyrouth, cette manifestation, qui se déroule sur trois jours, a pour dessein de construire un pont entre le monde scientifique et le commun des mortels, de manière simple et ludique.
Les Journées de la science qui n'en sont plus à leur coup d'essai attendent cette année plus de 30 000 visiteurs au Bois des Pins. Plus de 45 projets seront présentés cette année, avec des thèmes allant de l'environnement à l'astronomie, en passant par les nouvelles technologies, le tout présenté sur des stands spécifiques par des associations, des universités, des centres de recherche et des écoles.
La Suisse sera aussi présente près des exposants et des universitaires libanais avec un stand d'ethnomusicologie mis en place par le musée d'ethnographie de Genève, ainsi qu'avec le Solar Impulse, avion solaire et joyau de l'Université polytechnique de Lausanne qui sera dévoilé pour l'occasion.
Le projet de ces journées scientifiques est né après une participation de Malek Khoury, vice-président du comité organisateur, à « La Nuit de la science » de Genève. Celle-ci propose aux scientifiques d'aller à la rencontre du public afin d'expliquer leurs démarches. Charmé par l'idée, Malek Khoury décide de proposer un projet similaire à Beyrouth, au ministère de la Culture et à la municipalité de Beyrouth. C'est ainsi que la première édition, aidée par le savoir-faire de Genève, voit le jour en octobre 2008. Cette première édition qui n'attendait que 5 000 visiteurs connaît une popularité quasi instantanée et voit défiler plus de 13 000 visiteurs.
Le projet, renouvelé chaque année jusqu'en 2013, bénéficie d'un accueil favorable d'un public composé majoritairement d'écoliers, de familles et d'universitaires. Cette 7e édition aura la particularité de se dérouler, cette année, au Bois des Pins, contrairement aux éditions précédentes qui se tenaient à l'hippodrome et se trouvaient donc tributaires des manifestations hippiques qui pouvaient s'y dérouler le week-end.
Malek Khoury refuse de définir cet événement comme « une vulgarisation de la science ». Selon lui, il ne s'agit pas de mettre le savoir à la portée de tout le monde en le diminuant, mais de bien présenter celui-ci d'une manière plus ludique afin de briser tous les clichés sur l'opacité et l'impénétrabilité du milieu. Ainsi, les Journées de la science sont l'occasion de permette à un public familial de dialoguer en direct avec des savants et des universitaires, et de se faire expliquer d'une façon bien plus simple les dernières avancées scientifiques. C'est aussi une occasion pour les chercheurs d'avoir un forum où ils peuvent expliquer leur démarche au public et mettre en avant leurs domaines de recherche.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Le franbanais

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

Assez ! Khalass ! Enough !

Décryptage de Scarlett HADDAD

Médiation gouvernementale : le « Bassil nouveau » est arrivé !

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué