X

Liban

Salam à « L’OLJ » : Le pays est en danger, il devient plus vulnérable, plus fragile !

Interview

Le Premier ministre s'efforce à New York de susciter « plus d'intérêt pour le Liban »

30/09/2015

« Oui, le pays est en danger. Il devient plus vulnérable et plus fragile... Parce que si le Liban reste sans président de la République avec un Parlement paralysé et un gouvernement qui fonctionne à moitié, il va souffrir et nous entrerons dans une situation difficile et dangereuse », a averti hier le Premier ministre Tammam Salam, dans une interview accordée à L'Orient-Le Jour, à New York, à l'hôtel Waldorf Astoria où réside la délégation libanaise qui participe à la 70e session de l'Assemblée générale de l'Onu.

Le Premier ministre, qui mène d'intenses et de nombreux contacts diplomatiques internationaux de haut niveau en marge des travaux de cette session, espère susciter « plus d'intérêt pour le Liban, ses besoins, et cherche un plus grand soutien, particulièrement en ce qui concerne le fardeau que représente la présence d'un grand nombre de réfugiés au Liban, un fardeau qui pèse très lourd sur l'économie et surtout sur la vie sociale ».
M. Salam aura un entretien ce matin, au Palais de Verre, avec le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, avant de prononcer le mot du Liban à la tribune de l'Assemblée. Une importante réunion de haut niveau du Groupe de soutien international pour le Liban se tiendra en outre aujourd'hui en présence de Ban Ki-moon, du secrétaire d'État américain, John Kerry, du ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, de hauts représentants de la Banque mondiale et de l'envoyée spéciale de l'Onu au Liban, Sigrid Kaag.
Depuis son arrivée à New York, la délégation libanaise a déjà eu plusieurs réunions, notamment avec le président français François Hollande, le roi Abdallah de Jordanie, le roi Felipe VI d'Espagne, la haute représentante de l'Union européenne pour les Affaires étrangères, Federica Mogherini, le président égyptien, Abdel Fattah Sissi, les Premiers ministres turc, Ahmet Davutoglu, et irakien, Haider Abadi, ainsi que des responsables américains. Hier, la délégation devait notamment rencontrer le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil Arabi.

(Pour mémoire : La crise des réfugiés et le développement durable au centre de l'intervention de Salam à l'Onu)

 

Vous allez avoir un entretien mercredi avec Ban Ki-moon. Qu'attendez-vous du secrétaire général de l'Onu?
Nous attendons, non seulement du secrétaire général de l'Onu mais aussi de tout le monde, plus d'intérêt pour le Liban et ses besoins ; nous cherchons un plus grand soutien, particulièrement en ce qui concerne le fardeau que représente la présence d'un grand nombre de réfugiés au Liban. Ce fardeau pèse très lourd sur notre économie et surtout sur notre vie sociale. Jusqu'à maintenant, nous avons reçu de l'aide, mais elle est insuffisante pour vraiment bien traiter cette question.
Ce qui se passe en ce moment en Europe va sensibiliser les pays qui font face à un flux migratoire désordonné à mieux comprendre la situation du Liban. Quelques milliers de réfugiés débarquent dans des pays qui comptent plusieurs millions d'habitants, alors qu'on parle d'un million et demi de réfugiés au Liban, qui compte quatre millions d'habitants. C'est le tiers de notre population. C'est pour cela que ces pays doivent arriver à comprendre la situation au Liban et en Jordanie, un pays qui se trouve dans une situation comparable à la nôtre.

Lors d'une conférence de presse, le Premier ministre turc Davutoglu a proposé de ramener les réfugiés syriens en Syrie dans des régions plus sûres. Il propose même de leur construire des habitations, allant jusqu'à suggérer la création de nouvelles villes dans ces zones sûres. Cette idée est-elle viable ?
Cela fait plus d'un an que nous proposons cette solution; nous le demandons à tous les pays et aux grandes puissances en particulier, parce qu'elles sont en mesure de garantir ce genre de zones sûres en Syrie pour protéger les réfugiés syriens. Au lieu que ces réfugiés partent vers leurs pays, ils pourront les installer dans ces zones-là et les protéger là-bas. (...) La Turquie le fait pour le moment en rassemblant les réfugiés. Elle a proposé de construire des maisons et même de nouvelles villes dans des "safe zones" créées par les grandes puissances. Ces zones pourraient être dans l'est ou même dans le sud de la Syrie, ou n'importe où. Mais l'idée de créer ces zones de sécurité est bonne.

 

(Pour mémoire : Salam au Washington Post : Nous allons vers l'effondrement)

 

On parle de plus en plus de réduire le nombre de réfugiés au Liban. En est-il question ?
Diminuer n'est pas facile. Nous avons déjà pris il y a un an des mesures pour arrêter le flux de réfugiés syriens vers le Liban. Seules exceptions à ces mesures : les raisons de santé ou de réunification des familles. Les pays qui se préparent à recevoir chez eux un grand nombre de réfugiés peuvent en priorité accueillir des réfugiés candidats à l'émigration venant du Liban. J'en ignore le nombre, mais on peut en faire l'essai au début, quitte à ce que cela devienne chose courante par la suite.
Lors de vos différentes rencontres à l'Onu, avez-vous appelé les pays et les grandes puissances à déployer une force de l'Onu le long de la frontière syro-libanaise afin de protéger le Liban d'incursions frontalières ?
Dans le cadre d'une solution éventuelle de la crise en Syrie, on pourrait envisager beaucoup d'arrangements. Mais pour le moment, ce n'est pas faisable. On verra plus tard. La Finul est interposée entre le Liban et Israël parce que notre pays est en guerre avec Israël, mais nous ne sommes pas en guerre avec la Syrie. Dans le cadre d'une solution, il n'y aura plus d'incursions.

Avez-vous soulevé avec vos interlocuteurs à New York la question du blocage aux niveaux présidentiel et institutionnel au Liban ?
C'est une affaire interne. La situation actuelle n'a rien à voir avec les réfugiés. Ce sont les factions politiques libanaises qui se combattent entre elles pour plus de pouvoir, pour plus de faveurs et plus d'avantages ici et là. C'est classique, ce n'est pas nouveau. Mais il faut que ces factions sachent qu'en ces temps-ci, il n'est pas facile d'adapter toujours les mêmes règles de confrontation. Parce que oui, le pays est en danger. Il devient plus vulnérable et plus fragile. Tous doivent réaliser qu'ils doivent régler leurs différends et leurs disputes.


(Lire aussi : Les ambassadeurs américain et saoudien font de la réanimation gouvernementale)

 

Ban Ki-moon a, à maintes reprises, mis en garde contre le danger de cette situation qui pourrait devenir « irréversible »...
J'en ai vraiment peur. Je le souligne à chaque fois. Je dis et répète que si nous persistons à traiter de cette manière nos affaires politiques, nous allons nous retrouver dans une situation de "breakdown" (chaos). Oui, le pays peut sombrer dans le chaos et même pire. Il faut dire que le Liban a expérimenté ce genre de situation par le passé. En 1989, il a été sauvé par l'accord de Taëf, en Arabie saoudite, et en 2008, par l'accord de Doha qui a abouti à l'élection du président de la République.

Ces accords sont-ils devenus caducs ?
Si les choses dégénèrent, il n'y aura plus personne pour nous sauver et nous aider (...) Je suis réaliste. Je dois mettre en garde contre les dangers et défis qui nous guettent. Si le Liban reste encore trop longtemps sans président de la République, avec un Parlement paralysé et un gouvernement qui fonctionne à moitié, il va en souffrir. Nous verserons dans une situation difficile et dangereuse.

 

Lire aussi
Hollande à L’OLJ : Il ne peut pas y avoir de solution en Syrie sans que le Liban y soit pleinement associé

Laurent Fabius à « L’OLJ » : « Nous mesurons la grande difficulté de la situation » au Liban

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

FAKHOURI

Depuis des mois, chaque jour, je crie mon inquiétude de la désintégration du Liban.
Soit que les libanais ne lisent pas l'OLJ,
soit qu'ils s'en foutent totalement, les maronites en tête
je crois que c'est la deuxième hypothèse qui prévaut

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA PROPOSITION DAVUTOGLU DEVRAIT ETRE ADOPTEE. LE LIBAN EST EN DANGER DE MORT ET SES ASSASSINS SERONT LES TRIBUS D,HERITIERS ET DE DESIGNES ET LES MOUTONS QUI LES SUIVENT EN BELANT... CAD... SES PROPRES ENFANTS...

Halim Abou Chacra

Le Job du Liban avertit : le Liban est dans le pire moment de son existence, littéralement en danger de désintégration. Oh comme il a raison !
Et dire que des leaders et "sauveurs" maronites s'en foutent éperdument, continuent en totale inconscience, éternellement plongés dans leur nombrilisme maladif, obsédés par leurs intérêts mesquins et ceux des fils, des filles, des gendres, des frères et cousins des gendres etc. Une primarité à vous faire crever de honte et de dégoût.

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

L’inquiétant ADN d’un ministre libanais

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué