X

Liban

Laurent Fabius à « L’OLJ » : « Nous mesurons la grande difficulté de la situation » au Liban

Assemblée générale de l’Onu
28/09/2015

« La crise syrienne et ses implications pour l'Union européenne vont occuper une place essentielle » lors de la 70e session de l'Assemblée générale des Nations unies, qui entame ses travaux aujourd'hui dans une ambiance de frénésie diplomatique, en présence de 154 chefs d'État et de gouvernement et de 50 ministres. Qualifiée « d'historique et exceptionnelle », cette semaine ministérielle regroupe au Palais de Verre le plus grand rassemblement de dirigeants de la planète, notamment le président russe Vladimir Poutine et le président de la Chine Xi Jinping.

Lors d'une rencontre avec la presse francophone au siège de la mission française auprès de l'Onu « pour faire le point sur les thèmes et les événements principaux de cette semaine », le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a indiqué, qu'il « aura l'occasion de rappeler la solidarité de la France envers le Liban, en proie à un blocage à la fois politique, institutionnel, et à une crise humanitaire majeure ». M. Fabius a affirmé qu'il participera mercredi à la réunion du Groupe de soutien international au Liban, en présence du secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon, du Premier ministre Tammam Salam, du secrétaire d'État américain John Kerry, et d'autres, « parce que nous considérons que le Liban doit être accompagné et soutenu pour sortir de ses difficultés actuelles. Ce sujet sera également évoqué notamment avec nos partenaires iraniens, lors de la rencontre du président François Hollande avec le président Rohani et les Saoudiens. »

 

Situation difficile
Que peut donc faire concrètement la France pour venir en aide au Liban en proie au fardeau des réfugiés syriens et au blocage de ses institutions? Le ministre Fabius a rappelé à L'Orient-Le Jour « les liens très étroits entre la France et le Liban, puisque la France est traditionnellement l'amie du Liban. Pour nous, ce n'est pas simplement un choix politique, c'est un choix du cœur qui ne se dément pas », a-t-il assuré. « Le Liban est dans une situation très difficile depuis malheureusement longtemps. Il y a la présence massive de réfugiés syriens, qui représentent un tiers de la population, ce qui est considérable avec des conséquences de toute sorte. Il y a aussi une crise proprement politique puisque nos amis libanais ne parviennent pas à choisir leur président. Et s'ajoute à cela un certain nombre d'événements, notamment la question des déchets et d'autres, qui évidemment sont rendus d'autant plus délicats à régler », a-t-il constaté.

 

Cent millions d'euros aux réfugiés
« Qu'avons-nous à l'esprit? poursuit-il. D'une part, essayer de faire le maximum pour que le flot des réfugiés syriens au Liban diminue ou tarisse. Mais là, il s'agit de traiter la cause, et la cause, c'est le problème syrien » , a-t-il dit. Et le ministre français d'ajouter : « Il faut d'autre part aider financièrement le Liban qui est vraiment mis en difficulté et le président de la République a annoncé 100 millions d'euros pour les réfugiés, dont une part pour le Liban. La France qui est en relation avec les uns et les autres doit travailler pour essayer, je dis bien essayer, de favoriser une solution institutionnelle », a-t-il assuré.

 

Protéger le Liban
Laurent Fabius a poursuivi : « J'ai eu l'occasion moi-même de rencontrer nombre de protagonistes et c'est très difficile, a-t-il jugé. Nous n'avons pas la prétention, par un coup de baguette magique, de régler tout cela. Et puis, il faut aussi que nous prenions nos dispositions pour que telle ou telle force ne profite pas de cette situation régionale pour imposer durement sa loi au Liban. C'est de tout cela qu'on va parler. Moi-même et le président de la République, nous verrons le Premier ministre, Tammam Salam, mais notre effort est constant et en même temps, nous mesurons la grande difficulté de la situation. Je veux simplement dire que nous nous sentons totalement aux côtés de nos amis libanais », a encore souligné le chef du Quai d'Orsay.

 

La crise syrienne
La crise en Syrie, thème majeur de cette 70e session, restera au cœur de tous les entretiens notamment entre les présidents américain Barack Obama et russe Vladimir Poutine. Le ministre français a souligné que cette session de l'Assemblée générale sera « l'occasion d'évoquer la crise syrienne et ses implications pour l'Union européenne qui fait face à un afflux sans précédent de réfugiés. Cette dernière question sera abordée notamment lors d'une réunion de haut niveau organisée par l'Allemagne au titre de sa présidence du G7, en présence des pays du Golfe ».
Laurent Fabius n'a pas manqué de rappeler la position de la France, particulièrement sur la question de la transition politique en Syrie : « Seule la mise en place d'une transition politique, associant des éléments du régime actuel et de l'opposition modérée, conformément au communiqué de Genève, permettra de mettre un terme au conflit syrien. Bachar el-Assad ne peut représenter l'avenir d'un pays et d'un peuple qu'il a martyrisés. »

 

La conférence de Paris
« L'Assemblée générale des Nations unies sera placée, à la fois pour les Nations unies et pour la France, sous le signe du climat et développement », a encore souligné le ministre français. Mettant en exergue l'importance du « triangle » Addis-Abeba, New York, Paris, il a relevé que « la conférence d'Addis-Abeba a permis d'avancer sur les questions générales concernant le financement du développement. À New York, nous allons définir ce qu'on appelle de nouveaux Objectifs de développement durable (ODD), qui incluront pour la première fois la protection de l'environnement. Et le 30 novembre à Paris, lors de la COP21, nous espérons parvenir à un accord universel qui permettra de limiter le réchauffement climatique à deux degrés ».

 

Lire aussi

Syrie : le début des négociations sérieuses

La crise des réfugiés et le développement durable au centre de l'intervention de Salam à l'Onu

Reçu par Hollande, Sleiman évoque un « Genève 3 » pour la Syrie...

 

 

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Gebran Eid

UN LOUP DÉGUISÉ EN AGNEAU VA AIDER LE LIBAN !

M.V.

Nous mesurons aussi la " grande difficulté de la situation en France " avec 5,5 millions de chômeurs, 2 200 Milliards d'EUR de dettes d'état ...une croissance zéro ,une note abaissée par les agences de notations et cerise sur le gâteau un président anormalement Normal...! qui parade à Broadway en faisant des selfie ...

FAKHOURI

Heureusement qu'ils ont la parole pour se faire prévaloir
Fabius, PM, = néant
Fabius Ministre des AE = néant
Et sous la férule de "MOI JE, Président" c'est encore pire

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Ces français, habillez-les en bleu, habillez-les en rouge, habillez-les en blanc, ils décevront tout le temps !

RE-MARK-ABLE

Au point ou notre pauvre France en est , elle n'est pas a une contradiction ridicule pres !

Avec hollandouille a la tete de ce pays meurtri ou voulez vous qu'elle aille ?

Marine et Zemmour , vite s'il vous plait ! tres vite .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

BIDDAK MÉSSOURA ???

Le Faucon Pèlerin

Laurent Fabius : "La France est traditionnellement l'amie du Liban." C'est vrai, mais comme on dit chez nous ; "L'oeil voit mais la main est courte" Il faut reconnaitre une fois pour toutes que la France n'est plus la France ce qu'avait voulu le général de Gaulle.

C.K

Bof, qu'il s'economisent ces reunions et aillent se faire un bon geuleton dans un palace, ces nuls,,,,

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Il faut aider financièrement le Liban qui est vraiment mis en difficulté et le président de la République a annoncé 100 millions d'euros pour les réfugiés, dont une part pour le Liban. La France qui est en relation avec les uns et les autres doit travailler pour essayer, je dis bien essayer, de favoriser une solution institutionnelle." ! On a compris, Laurent, on a compris ! Payez-les avec une partie de ces 100 millions et qu'on en finisse !

M.V.

Quelle lapalissade ...surtout que ni Fabius ..ni Normal 1er en représentation à Broadway....ne vienne s'occuper de nos affaires internes...et nous ne voulons pas surtout, de la protection bidon ,du dernier gouvernement entièrement socialiste en Europe...!

NAUFAL SORAYA

Que de mensonges et de perfidie de la part de tous ces hommes...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

INTERNATIONALEMENT... FRANCE SURTOUT... LE COEUR Y EST... LA LOGIQUE EST CONSEILLÉE... LOCALEMENT TOUT Y MANQUE !!!

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué