X

Liban

Une grève de la faim au centre-ville pour obtenir la démission de M. Machnouk

crise des déchets
04/09/2015

Waref est un jeune ingénieur de 27 ans qui travaille pour son propre compte et qui a décidé, à partir d'hier, de ne plus aller au travail et d'élire domicile dans une tente près du ministère de l'Environnement au centre-ville afin de faire pression sur le ministre de l'Environnement, Mohammad Machnouk.

Waref Sleiman, originaire de Bednayel, a choisi une autre façon de manifester, ou plutôt de protester dans la foulée de la campagne « Nous réclamons des comptes ! » : la grève de la faim. Une initiative qui caractérise par excellence les manifestations pacifiques et qui fait souffrir le corps pour une noble cause. La cause de Waref est la démission du ministre de l'Environnement Mohammad Machnouk, première étape de la reddition des comptes réclamée à tous les responsables. « Nous n'avons aucun problème avec la personne du ministre, mais avec son entêtement qui résume toute une mentalité archaïque qui met en avant le poste et le pouvoir qui vient avec, au détriment des droits de la population ! », s'exclame Waref calmement, tout en restant étendu sur son matelas posé à même le sol, sur le trottoir adjacent au parking, en face du ministère de l'Environnement, afin de préserver son énergie. Le jeune homme, qui a cessé de manger depuis mercredi en se contentant de quelques gorgées d'eau, n'a rien perdu encore de son enthousiasme et espère obtenir un changement à travers sa grève de la faim qui a attiré d'autres jeunes, dont son cousin Dany Sleiman, venus le rejoindre hier en début de soirée sous sa minuscule tente.

Le jeune homme a révélé à L'Orient-Le Jour avoir préparé son corps à cette grève en arrêtant progressivement de manger depuis quelques jours déjà. « Je vais arrêter de manger jusqu'à ce que le ministre démissionne, il doit le faire, c'est impossible qu'il ne réagisse pas comme s'il était le seul connaisseur en écologie et comme s'il était irremplaçable », explique le jeune activiste.


(Lire aussi : Marwan Maalouf, la tête dans les nuages et les pieds sur terre)

 

Le frère de Waref, présent auprès de lui sans pouvoir pour autant participer à la grève de la faim pour des raisons professionnelles, soutient totalement la prise de position de son frère de même que sa mère qui avait déjà participé à la manifestation du collectif « Vous puez ! », samedi 22 août, aux côtés de ses enfants et de leurs amis. « Waref est l'un des premiers activistes arrêtés par les forces de l'ordre durant les premières manifestations, mais ceci l'a rendu encore plus acharné pour réclamer des comptes aux dirigeants qui ne semblent pas affectés par tous les mouvements de protestation. J'espère qu'ils seront, eux et les jeunes qui n'ont pas encore réagi par peur ou par désinvolture, touchés cette fois-ci par la grève de la faim », explique le jeune frère, fier de son aîné.

« Nous sommes tous des étudiants universitaires, nous n'appartenons à aucun parti politique, mais nous appartenons à la société des jeunes activistes pour le changement du pays. Il est temps qu'on nous rende des comptes, et le ministre Machnouk doit être le premier à le faire car il est le premier concerné par la crise des déchets qui a déclenché tous les mouvements principalement nourris par les jeunes comme nous », explique l'ami de Waref qui est venu afficher son soutien au petit groupe de grévistes de la faim qui s'est élargi à six durant notre rencontre.

 

Lire aussi
Tous les espoirs accrochés au rapport de Chehayeb

À Riad el-Solh, les protestataires récidivent : « Nous voulons le changement »

 

Voir
Place des Martyrs : les images de la manifestation

Occupation, évacuation musclée : les images d'une journée tendue au ministère de l'Environnement

Manifestation massive place des Martyrs, morceaux choisis (vidéo)

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Le Faucon Pèlerin

Vous voulez manifester, c'est normal dans l'unique pays démocratique de cet "Orient compliqué". Mais ne manifestez pas n'importe où et contre n'importe qui. Si vous êtes logiques envers vous-mêmes, allez manifester devant les ministères de ceux qui bloquent les institutions de l'Etat et qui boycottent l'élection présidentielle. Car c'est cela qui est l'unique cause de cet état lamentable et suicidaire. Ces naufrageurs de la Patrie sont connus. Ce sont le Hezbollah, Amal, CPL, les descendants des réfugiés arméniens et leurs alliés. Je ferme le ban !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

De vrais niais d'aucune efficacité....

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

A leurs têtes, on voit que ce sont biens des "orangistes de.... "Louâïyzéh, de la Sagesse ou de Champvîîîle" ; yâ wâïylîîîh !

Cadige William

De vaudeville... en vaudeville...!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

Où ÉTAIENT-ILS CES OFFUSQUÉS "MANIPULÉS" DANS LA CORRUPTION DE L'ÉLECTRICITÉ AVEC LE 1,2 MILLIARDS DE DOLLARS JETÉS SUR LES BARGES DANSEUSES DE VENTRE TURQUES ET LES INTERVENTIONS ILLÉGALES HORS DES FRONTIÈRES ? LES MANIPULATEURS QUI VEULENT FAIRE DES DÉCHÊTS UNE CAUSE POUR DES ACQUIS POLITIQUES... ET SURTOUT LES "ÉLECTRICIENS" DE LA MANIFESTATION D'AUJOURD'HUI... JOUENT CRIMINELLEMENT LE DESTIN DU PAYS AU "QUITTE OU DOUBLE" !!!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre la crise économique et financière et l’implantation des Palestiniens...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants