L’édito de Émilie SUEUR

La responsabilité du marathonien

L’édito
14/07/2015

Après 17 heures de négociations tendues, le président du Conseil européen, Donald Tusk, a annoncé lundi matin qu'un accord à l'unanimité avait été trouvé pour négocier un nouveau plan d'aide à Athènes. Il s'agissait là du dernier épisode du marathon grec lancé en 2009, avec l'annonce par le gouvernement de Papandréou d'un déficit budgétaire trois fois supérieur aux statistiques officielles. Avec le plan dont le principe a été adopté lundi, la Grèce garde sa place dans la zone euro, mais cette dernière a montré ses limites, les profondes divisions en son sein et la réversibilité de l'adoption de la monnaie unique. La Grèce, elle, reprend le chemin des lourds sacrifices, sans garantie d'une sortie de crise rapide, voire d'une sortie de crise tout court. Pas nécessairement réjouissant, mais l'alternative, une absence d'accord et son Grexit corollaire, relevaient eux de la terra incognita.

Autre négociation marathon, celle sur le nucléaire iranien. Un marathon lancé il y a 12 ans. Douze années marquées par des impasses, dates butoirs et autres accords intérimaires ou cadres. Jusqu'à ces derniers jours, et une dernière ligne droite qui n'en finit plus de finir.

En jeu dans ce marathon, la sécurité de la région, voire au-delà. Pour l'Iran, un retour dans le concert des nations et une levée des sanctions. Pour le reste du monde, une neutralisation de la menace nucléaire iranienne en son volet militaire. Pour l'Arabie saoudite et Israël, de gros revers.

Il est une négociation qui dure depuis plus longtemps encore que les deux marathons précités et dont les enjeux recoupent et dépassent ceux de ces derniers.

Ce marathon, c'est celui de la lutte contre le réchauffement climatique, dans le cadre de la Conférence des parties (Cop), cette réunion annuelle qui, depuis 1992, rassemble les 195 États membres de la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques.

En décembre, le Cop21 se tiendra à Paris, une réunion qualifiée de cruciale par de nombreux experts, dont l'objectif sera pour les États de s'engager sur les moyens de contenir le réchauffement à 2 °C.

Les enjeux de ces négociations-là sont de nature environnementale bien sûr, mais ils vont aussi largement au-delà. Ces enjeux ont été résumés par plus de 40 experts internationaux dans un rapport publié hier.

Que dit ce rapport ? Que le réchauffement climatique, en entraînant une hausse du niveau des mers, restreint la surface des zones de production agricole et d'habitation engendrant, par là même, des flux migratoires et des conflits ; une pression extrêmement déstabilisatrice dans certaines régions qui entraînera une réduction des capacités d'intervention des gouvernements, voire laissera sans administration des territoires entiers, favorisant ainsi l'émergence de groupes terroristes. D'« énormes risques pour la sécurité nationale et internationale », résument les experts.

Les solutions existent, les experts en ont un large éventail, dans tous les domaines, de l'urbanisme à la santé, en passant par la gestion de l'eau ou la transition vers les énergies renouvelables.

Mais si les experts proposent, ce sont les politiques qui disposent.

Sur la crise grecque, les politiques ont tranché, avec plus ou moins de bonheur ; sur le nucléaire iranien, ils pourraient le faire sous peu. Sur le climat, on n'en attend, urgemment, pas moins d'eux, car l'enjeu, réel, de ces négociations marathons n'est rien moins que notre avenir à tous. Le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, ne disait pas autre chose, hier, à l'ouverture à Addis-Abeba d'une conférence sur le financement du développement, un dossier lui aussi au cœur de négociations souvent longues et délicates, avec cet appel aux responsables : « Laissons de côté ce qui nous divise et nos intérêts particuliers pour travailler ensemble au bien-être commun de l'humanité. »

Émilie SUEUR

À la une

Retour à la page "L'édito"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UN SAVANT AVAIT DIT : QUAND UN HOMME FAIT PIPI DANS LA MER LA MER RESTE MER ET SALÉE... MAIS QUAND DEMAIN PLUS DE 7 MILLIARDS D'ÊTRES HUMAINS FERONT PIPI DANS LA MER... LA MER NE SERAIT PLUS QU'UNE MER D'ACIDES... ET IL A PARLÉ SEULEMENT DE PIPI TOUT EN OUBLIANT LA GROSSE... LE MÉTHANE ET SES CONSTITUANTS...

Bery tus

vous avez totalement raison .. le future Grand pb et qui concernera le monde entier .. la nourriture !! moins de zone agricole avec la croissance demographique mondial toujours en acceleration ca c'est un cocktail d'un chao a venir (et plus rapidement qu'on peut le penser)qui durera des siecles ou qui sera irreversible !!

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants