X

À La Une

A Sousse, la crainte d'un avenir noir pour le tourisme

Tunisie

"C'est plus qu'une catastrophe, il n'y a plus d'espoir pour plusieurs années", se désole un commerçant tunisien.

OLJ/Kaouther LARBI/AFP
28/06/2015

Dans la médina de Sousse, Ali Soltani feuillette rageusement un journal à la recherche de détails sur l'attentat sanglant qui a frappé un hôtel de la région la veille. "Il n'y a plus d'espoir. C'est un coup mortel pour le tourisme", lâche le commerçant tunisien.

Pas moins de 38 personnes, dont un grand nombre de touristes britanniques, ont été tuées vendredi lorsqu'un étudiant tunisien se faisant passer selon les autorités pour un vacancier a ouvert le feu dans un hôtel de la station balnéaire de Port el-Kantaoui, à une vingtaine de kilomètres de Sousse.

Un carnage revendiqué par le groupe État islamique (EI) qui a profondément choqué les Tunisiens, et fait craindre à de nombreux habitants de Sousse, grande ville touristique du centre-est du pays, des années noires pour ce secteur vital de l'économie tunisienne (400.000 emplois).
"Je ne réalise pas encore ce qui s'est passé hier", avoue M. Soltani. "C'est plus qu'une catastrophe, il n'y a plus d'espoir pour plusieurs années". "Je n'ai plus le goût de travailler. Depuis hier, on se regarde comme des bêtes sans pouvoir rien faire. Nous ne sommes pas habitués à ces carnages!", renchérit Kamel Ben Sadok, qui travaille le cuivre non loin de là.

Beaucoup se disent incrédules de voir le pays frappé par des attentats sanglants contre des civils étrangers, deux fois à trois mois d'intervalle. Le 18 mars, 22 personnes (21 touristes et un policier tunisien) avaient été tuées dans le musée du Bardo, à Tunis, par deux jeunes Tunisiens armés. L'EI avait alors déjà revendiqué l'attaque. "Ça fait très mal. Nous étions encore en train de panser les plaies du Bardo lorsque nous avons reçu un coup encore plus fort", déplore Alya, une habitante de Sousse.

 

(Lire aussi : Terrorisme sans frontières)

 

'Passer des vacances ou mourir ?'

Beaucoup disent comprendre que les touristes boudent la Tunisie pendant quelque temps.
"A leur place, je ne mettrais plus les pieds en Tunisie en cette période. C'est normal qu'ils quittent rapidement le pays après cette catastrophe. Ils viennent pour passer des vacances ou pour mourir?", lance Imed Triki, un commerçant. Pour lui, ce qui se passe en Tunisie est "le résultat d'une situation chaotique dans tous les secteurs depuis la révolution" de janvier 2011, qui a mis fin à la dictature de Zine el-Abidine ben Ali. "Il suffit de voir le comportement des gens dans les rues, des hommes politiques sur les plateaux de télévision et des fonctionnaires dans les administrations pour constater que rien ne marche dans le pays: ni sécurité, ni économie, ni politique", dit-il avec amertume.

D'ordinaire, des dizaines de touristes visitent chaque jour sa boutique mais "depuis hier (vendredi), c'est le désert". Et "ce ne sont pas les Tunisiens qui vont sauver la saison touristique, et les touristes vont nous bouder pour une longue période", soupire le commerçant.

 

(Repère : Tunisie: les troubles depuis la révolution)


Dans la médina, seuls quelques touristes visitaient les boutiques samedi matin. "Il me reste trois jours à passer en Tunisie et j'ai décidé de ne pas aller à la plage par précaution, mais je veux quand même aller jusqu'au bout de mes vacances malgré les coups de fil et la pression de ma famille pour rentrer", raconte Merry, une Britannique accompagnée de son mari.

Malgré l'attentat de vendredi, des dizaines de Tunisiens profitaient de la mer sur la plage de la zone touristique d'el-Kantaoui. Mais aucun touriste étranger n'était visible parmi eux. "Le peu qui restent sont à l'hôtel, ils ne veulent sortir que pour le départ à l'aéroport", explique Salem, qui travaille dans un hôtel près du lieu du massacre.
Des voyagistes ont commencé dès vendredi à évacuer leurs clients, comme le belge Jetair qui a indiqué que 2.000 personnes devaient être rapatriées en Belgique d'ici samedi soir. Le tour opérateur Thomson a lui annoncé l'envoi de dix avions pour rapatrier environ 2.500 touristes britanniques, ainsi que l'annulation de tous ses séjours la semaine prochaine en Tunisie.

 

Lire aussi

La communauté internationale dénonce les « abominables » attentats de vendredi

Le député Rahoui à « L'OLJ » : Ces terroristes nous en veulent parce que nous avons réussi notre révolution

Il faut "s'unir pour combattre le mal", préconisent des jeunes Tunisiens

Pour mémoire

Un militaire tue sept de ses camarades dans une caserne de Tunis

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants