X

À La Une

Médecins sans frontières s'alarme de la pénurie de carburant provoquée par l'EI dans le nord de la Syrie

Conflit

Plusieurs hôpitaux risquent de fermer et "les vies de nombreux Syriens sont encore plus en danger".

OLJ/AFP
21/06/2015

L'organisation Médecins sans frontières (MSF) s'est alarmée dimanche de la pénurie de carburant dans les zones rebelles dans la moitié nord de la Syrie, provoquée par les jihadistes du groupe État islamique (EI) qui contrôlent les puits de pétrole.

Pour l'organisation humanitaire, cette pénurie a une incidence grave, "notamment sur les activités médicales de secours". "De nombreuses structures de santé et organisations d'aide humanitaire ont dû stopper ou fortement réduire leurs activités en raison du manque de carburant pour alimenter les générateurs d'électricité et les moyens de transport", a-t-elle expliqué.

Jointe par téléphone, la responsable des programmes de MSF pour la Syrie, Dounia Dekhili, a expliqué à l'AFP que cette pénurie était due aux "combats entre groupes armés dans le nord de la Syrie", c'est-à-dire entre l'EI d'un côté et une coalition regroupant le Front al-Nosra, la branche syrienne d'el-Qaëda, et des rebelles islamistes de l'autre. Comme l'EI contrôle les puits de pétrole et les raffineries artisanales situées dans l'est du pays, il peut faire pression sur ses adversaires qui ont cruellement besoin de carburant. Les rebelles, cités par le Financial Times, assurent que l'EI utilise cette tactique pour les affaiblir.

 

(Lire aussi : L’EI fait sauter un gazoduc alimentant Damas)

 

Selon MSF, les administrations sanitaires à Hama et Idleb ont lancé un appel de détresse les 15 et 16 juin, et des hôpitaux dans d'autres zones ont appelé à l'aide, tandis que la Défense civile syrienne a averti que ses activités d'aide pourraient s'arrêter à Alep, Hama, Idleb et Lattaquié en raison du manque de carburant.
Plusieurs hôpitaux risquent de fermer et "les vies de nombreux Syriens sont encore plus en danger. Le carburant est indispensable pour faire fonctionner les pompes à eau pour l'eau potable, les incubateurs pour les nouveaux-nés et les opérations de secours des ambulances", a expliqué Mme Dekhili.

Si MSF a commencé à faire des donations de carburant, "le soutien que nous apportons n'aura qu'un impact à court terme", a-t-elle ajouté. "Nous appelons donc toutes les parties au conflit syrien à permettre un approvisionnement régulier de carburant à l'intérieur du pays pour répondre aux besoins massifs et immédiats de la population". MSF gère cinq installations médicales à l'intérieur de la Syrie et apporte un soutien direct à plus de 100 cliniques, postes de santé et hôpitaux de campagne.


Lire aussi
Les revenus du régime syrien s’épuisent avec la perte des ressources

Les mines de phosphates, une prise "symbolique" pour l'EI

 

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants