Rechercher
Rechercher

À La Une - Syrie

Les rebelles encerclent un village druze dans la province de Qouneitra

Les réfugiés syriens rentrent dans la cité de Tall Abyad libérée de l'EI.

Des soldats israéliens prenant part à un entraînement militaire dans la partie annexée du plateau du Golan. Mercredi, des rebelles encerclaient un village druze contrôlé par le régime de Bachar el-Assad et situé du côté syrien du Golan. AFP PHOTO / MENAHEM KAHANA

Des rebelles encerclaient mercredi un village druze contrôlé par le régime de Bachar el-Assad et situé du côté syrien du plateau du Golan annexé par Israël, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Mardi, Israël, où vit une importante minorité druze, avait annoncé qu'il se préparait à un éventuel afflux de Syriens fuyant les combats dans cette zone. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a affirmé "être attentif à ce qui se passe près de nos frontières", indiquant avoir "donné des instructions de faire le nécessaire", sans plus de précisions.
Le chef d'état-major israélien, le général Gadi Eisenkot, a affirmé que son pays devait se préparer à un éventuel afflux de réfugiés syriens, sans évoquer en particulier les druzes.

Après de violents affrontements avec l'armée syrienne, les rebelles, dont des islamistes, "encerclent désormais totalement le village de Hadar", situé dans la province de Qouneitra et à la lisière de la province de Damas, rapporte l'OSDH.
La province de Qouneitra, en grande partie située sur le plateau du Golan, est tenue en majorité par les rebelles mais comprend une poignée de villages et localités aux mains du gouvernement.
"Les rebelles ont reçu des renforts d'autres localités de Qouneitra", a indiqué Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH, précisant que 10 soldats et 14 rebelles avaient été tués. "Les villageois druzes de Hadar soutiennent le gouvernement", a-t-il précisé.

Les druzes de Syrie, une minorité musulmane hétérodoxe qui représente environ 3% de la population, ont récemment exprimé leurs craintes face aux avancées des rebelles.
La semaine dernière, 20 villageois druzes ont été exécutés après une altercation avec le Front al-Nosra, la branche d'el-Qaëda en Syrie, dans le village de Qalb Lozé, dans la province d'Idleb (nord-ouest). Peu après, des forces rebelles avaient brièvement pris une base aérienne dans la province à majorité druze de Soueida (sud), une avancée inédite dans cette région presque totalement sous le contrôle du régime.
Les rebelles ont été expulsés de l'aéroport mais les combats se poursuivent dans les environs.

Depuis la fin mars, les forces fidèles à Bachar el-Assad ont subi plusieurs revers importants: une alliance islamiste incluant le Front al-Nosra a conquis la quasi-totalité de la province d'Idleb et les jihadistes de l'organisation Etat islamique ont pris la ville de Palmyre, à 240 km au nord-est de Damas.

 

(Lire aussi : Le régime syrien optimiste : "Damas, Homs, Hama et maintenant le Qalamoun sont sûrs")

 

Les réfugiés rentrent à Tall Abyad
L'EI a toutefois elle aussi essuyé un revers mardi quand les Unités de protection du peuple kurde (YPG), appuyées par les frappes aériennes de la coalition antijihadiste dirigée par les Etats-Unis et des groupes rebelles syriens, ont repris mardi le contrôle de Tall Abyad. Cette ville frontalière représentait pour les jihadistes un des principaux points de passage pour le transit des armes comme des combattants.

Mercredi, baluchons à la main et enfants sur les épaules, des réfugiés syriens ont retraversé par centaines la frontière de la Turquie pour regagner Tall Abyad. Depuis le matin, de petits groupes d'hommes, de femmes et d'enfants, chargés de maigres bagages, se sont pressés en groupe sous le soleil au poste-frontière turc d'Akçakale (sud) pour rentrer chez eux, a constaté une journaliste de l'AFP.
Quelque 400 personnes sont ainsi retournées en Syrie, selon un officier de police turc.

 

(Lire aussi : Malgré les risques, les réfugiés de Tall Abyad pressés de retrouver la Syrie)


Sur place, les vainqueurs veulent agir avec célérité pour que la vie redevienne normale avant le début du mois de jeûne musulman qui commence jeudi. "Les opérations militaires sont terminées et la ville est sécurisée. Le four municipal a recommencé à fonctionner et nous avons distribué du pain aux résidents qui reviennent", assure Cherfane Darwich, porte-parole du groupe rebelle Bourkane al-Fourat, allié au YPG.

Les forces kurdes sont en outre présentes autour d'un autre fief de l'EI, Aïn Issa, situé à 45 km au sud-ouest de Tall Abyad, selon le rebelle. La progression des forces kurdes a suscité les craintes de la Turquie, qui redoute qu'à l'instar des Kurdes d'Irak, ceux de Syrie ne constituent un territoire autonome le long de la frontière turque.

Ailleurs en Syrie, 33 personnes, dont des enfants, ont été tuées dans des secteurs contrôlés par le régime et la rébellion dans Damas et ses environs, selon l'OSDH.
Les attaques contre les civils menées tant par le régime que par les rebelles ont été vivement condamnées par l'émissaire spécial de l'Onu, Staffan de Mistura, qui vient d'achever une visite à Damas.

 

Lire aussi
« Ce qu'on subit à Alep est 10 fois pire que ce que j'ai vu à Beyrouth »

Pourquoi al-Nosra s'est excusé après la tuerie de Qalb Lozé, l'éclairage de Samia Medawar

 


Des rebelles encerclaient mercredi un village druze contrôlé par le régime de Bachar el-Assad et situé du côté syrien du plateau du Golan annexé par Israël, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).Mardi, Israël, où vit une importante minorité druze, avait annoncé qu'il se préparait à un éventuel afflux de Syriens fuyant les combats dans cette zone. Le Premier...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut