Rechercher
Rechercher

À La Une - Syrie

Vingt villageois druzes tués par al-Nosra à Idleb, Joumblatt joue les médiateurs

A l'origine du drame, une altercation entre un druze ayant combattu avec l'armée syrienne et un membre de la formation islamiste.

Manifestation de druzes soutenant le président syrien Bachar el-Assad. Photo d'archives AFP

Des combattants du Front al-Nosra, branche syrienne d'el-Qaëda, ont tué 20 villageois druzes dans le nord-ouest de la Syrie, rapporte jeudi l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

La tuerie a eu lieu mercredi dans le village de Qalb Lozé, dans la province d'Idleb où le Front al-Nosra, allié avec d'autres groupes insurgés, enregistre d'importants succès depuis trois mois face aux forces gouvernementales.

Selon l'OSDH, qui cite des sources locales, le drame trouve son origine dans une altercation entre un habitant du village ayant combattu avec l'armée gouvernementale et un membre d'al-Nosra venu lui saisir sa maison. Des personnes âgées et au moins un enfant figurent parmi les morts, ajoute l'OSDH. Un membre de la formation islamiste a également été tué par des villageois qui ont réussi à prendre une arme à un combattant du groupe, affirme l'agence Reuters. L'AFP, citant l'OSDH, fait état de trois morts dans les rangs d'al-Nosra.

 

"Nous tuerons ceux qui nous tuent"
Le chef du Parti socialiste progressiste (PSP), Walid Joumblatt, a entrepris des contacts avec des factions de l'opposition et des représentants de pays étrangers pour circonscrire l'incident, indique un communiqué publié jeudi par le PSP, qui dénonce "la manipulation médiatique". Le cheikh Akl druze Naïm Hassan a également appelé à circonscrire l'incident.

La veille, M. Joumblatt avait une fois de plus appelé les druzes de Syrie à rejoindre les rangs de la révolution syrienne, puisque "le régime est fini", appelant les "parasites druzes suspects" proches de Bachar el-Assad à laisser les habitants de la Montagne faire leurs choix en paix.

 

(Lire aussi : l’appel de Hamadé aux druzes de Syrie : Il est temps de marcher sur Damas avec les forces révolutionnaires)



L'ancien ministre libanais Wi'am Wahab a de son côté fait porter jeudi la responsabilité du massacre au "Qatar qui finance" al-Nosra et à "la Turquie qui le soutient". Au cours d'une virulente conférence de presse, l'ancien ministre druze a affirmé que "le sang des druzes ne sera pas vendu" et s'est directement adressé au président syrien : "nous avons besoin d'armes, de chars et de roquettes à Soueida" (sud de la Syrie). "Si cela n'est pas fait, le régime syrien en porterait la responsabilité", a-t-il prévenu. "Nous tuerons ceux qui nous tuent", a-t-il menacé.

Le Premier ministre Tammam Salam a dénoncé de son côté "un massacre qui vise à semer la discorde", appelant à trouver une solution politique au conflit syrien.

Le leader du Courant du Futur Saad Hariri a, lui, souligné que cette tuerie est "un modèle dangereux du comportement honteux qui nuit à la population syrienne, à sa révolution et à ses victoires" et a exprimé sa solidarité avec "les parents des victimes ainsi qu'avec nos frères druzes au Liban et en Syrie".

Le leader des Forces libanaises, Samir Geagea, a également condamné la tuerie de Qalb Lozé, appelant à prendre toutes les mesures nécessaires à l'encontre des responsables. "Les pays de la région qui soutiennent l'opposition syrienne devraient intervenir afin de mettre un terme aux agissements de certains groupes, a martelé M. Geagea. Nous ne sommes pas débarrassés du régime criminel du président syrien Bachar el-Assad pour accepter d'autres genre de criminels".

Le Hezbollah a condamné un "crime sauvage" et appelé à "la patience et à l'unité en ces temps difficiles". 

Une petite communauté druze (près de 22 000 personnes) est établie dans la région d'Idleb, éparpillée entre 18 villages dans le rif de ce district, aujourd'hui sous le contrôle du Front al-Nosra. Contrairement aux druzes du sud qui s'en sont tenus à une certaine neutralité, leurs coreligionnaires d'Idleb ont soutenu les rebelles de l'ASL dès le début de la révolte.

La Syrie compte près de 600 000 druzes, qui représentent à peine 2 % de la population. Ils sont présents en nombre dans la région de Soueida. La religion druze, issue de l'islam, est considérée comme hérétique par l'école rigoriste sunnite défendue par el-Qaëda.

 

Avancée des rebelles
Parallèlement, toujours dans la province de Soueida, les rebelles syriens ont annoncé jeudi avoir pris au régime de larges parties d'une base aérienne contrôlée par les forces gouvernementales. "Le Front sud a libéré l'aéroport militaire de al- Thala, et procède actuellement à une opération de ratissage contre les forces" qui restent dans le secteur, a déclaré à l'AFP le porte-parole de cette alliance rebelle, Essam al-Rayes.

L'OSDH a confirmé la progression des rebelles. "Ils ont pris des parties de l'aéroport utilisé par les avions du régime pour bombarder les provinces de Deraa et de Damas", a indiqué le directeur de l'OSDH Rami Abdel Rahmane.

Mais la télévision d'Etat a qualifié de "totalement infondées" les informations sur "l'occupation" par les rebelles de l'aéroport d'al-Thala. Le gouverneur de Soueida, Atef al-Nadaf, a démenti à son tour à la télévision la prise de l'aéroport, accusant les médias de diffuser des "tromperies". De son côté l'agence officielle syrienne Sana a affirmé que "l'armée a mis en échec plusieurs tentatives d'infiltration de terroristes dans l'aéroport d'al-Thala, tuant plus de cent d'entre eux et détruisant des dizaines de véhicules blindés".

M. al-Rayes a indiqué également que le Front sud avait abattu un avion militaire du régime dans une zone entre Soueida et la province voisine de Deraa. L'OSDH a fait état de la même information et la télévision syrienne a parlé d'"un avion militaire qui s'est écrasé dans la région sud". Une enquête est en cours pour en déterminer les raisons, a-t-elle ajouté.

La progression du Front sud dans l'aéroport intervient au lendemain de la prise par l'Alliance (regroupement de forces rebelles modérées et islamistes) de la Brigade 52, dans la province voisine de Deraa. M. Abdel Rahmane a indiqué que de nombreuses forces du régime qui avaient fui la Brigade 52 s'étaient retirées vers al-Thala, situé à 10km.

 

 

Lire aussi
Assad veut-il punir les druzes de Syrie ?

 

Pour mémoire
Joumblatt exhorte les druzes de Syrie à s’éloigner d’Assad

La Syrie, paradis perdu des druzes du Golan


Des combattants du Front al-Nosra, branche syrienne d'el-Qaëda, ont tué 20 villageois druzes dans le nord-ouest de la Syrie, rapporte jeudi l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).
La tuerie a eu lieu mercredi dans le village de Qalb Lozé, dans la province d'Idleb où le Front al-Nosra, allié avec d'autres groupes insurgés, enregistre d'importants succès depuis trois mois face...

commentaires (2)

CONDAMNABLE ! ET MALHEUREUX !

L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION.

15 h 07, le 11 juin 2015

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • CONDAMNABLE ! ET MALHEUREUX !

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION.

    15 h 07, le 11 juin 2015

  • Comme quoi ...aucune minorité est à l'abris des djihadistes barbares de l'EI......!

    M.V.

    14 h 37, le 11 juin 2015

Retour en haut