Rechercher
Rechercher

Liban - Droits des animaux

Une première : le ministère de l’Agriculture enlève un husky maltraité à ses maîtres

Ce cas d'intervention d'une institution officielle pour enlever un animal maltraité à son maître est une première au Liban. La chienne vivait enfermée dans une boîte depuis deux ans, selon les témoins qui ont alerté Beta.

La chienne était malade mais visiblement heureuse à sa sortie de « prison ». Photos fournies par Beta

Le sauvetage récent d'un husky, enfermé dans des conditions cruelles dans la sorte de boîte en bois qui lui servait de niche, fera date. Non pas parce que la cruauté envers les animaux est nouvelle au Liban et non plus parce qu'elle cessera de sitôt. Mais parce qu'il s'agit du premier cas où un animal est arraché à un maître abusif par une intervention d'un organisme officiel.

L'histoire commence par les appels à l'aide lancés par des voisins du maître de la chienne, à Sahel Alma, et qui sont parvenus à Beta, association de protection des animaux. « Des témoins nous ont alertés sur le fait que la chienne vivait depuis très longtemps, deux ans environ, dans une boîte en bois recouverte de nylon et fermée à clef, nous raconte Sevine Fakhoury, membre du conseil de l'ONG. Même dans la boîte, la chienne n'était pas libre de ses mouvements : sa laisse était liée à une chaîne à l'extérieur. Toujours selon les témoignages, le propriétaire s'occupait seulement de la chienne quand il fallait lui donner de l'eau et de la nourriture. »
Beta entame donc son enquête et découvre que la chienne reste enfermée dans la boîte, de jour comme de nuit. « Les voisins nous ont dit qu'elle y était depuis deux ans, souligne-t-elle. Les husky sont des chiens habitués au froid, que serait-ce quand ils se retrouvent dans un pays chaud, et enfermés de surcroît ! Ce sont des chiens qui ont besoin de se dépenser. Le traitement réservé à ce husky est inhumain, comme il l'aurait été pour n'importe quel chien. »

Les volontaires de Beta tentent alors une démarche auprès du propriétaire du husky. « Un grand nombre de ceux qui maltraitent les animaux sont tout simplement ignorants de la manière dont il faut les traiter, explique Sevine Fakhoury. Nous essayons de les sensibiliser au bien-être des animaux et de leur fournir les informations qui leur manquent, avant de tenter d'agir. » Toutefois, la réaction du propriétaire, qualifié d'homme d'un certain âge par la militante, devait être encore plus agressive que prévu. « Il a refusé d'écouter les volontaires de l'association, les mettant pratiquement à la porte à la fin de l'entretien », raconte-t-elle.
C'est à ce stade que l'association envoie une lettre au ministre de l'Agriculture, Akram Chehayeb. « Quand nous sommes revenus sur les lieux, c'était en compagnie de deux vétérinaires du ministère qui avaient pour ordre de sauver le chien, dit-elle. Ils ont constaté le cas de maltraitance de leurs propres yeux. Nous avons ouvert la porte de la "prison" de la chienne et l'en avons sortie. Le propriétaire a eu beau protester, rien n'y a fait. »

Une vidéo a été postée par Beta sur les réseaux sociaux et sur YouTube montrant les moments émouvants de la libération de la chienne. « Elle était tellement heureuse de pouvoir enfin courir en liberté, raconte Sevine Fakhoury. On le voit très bien sur les images. D'ailleurs, elle nous témoigne beaucoup d'affection depuis qu'elle est chez nous. »
Après examen de l'animal, Beta se rend compte qu'elle a environ deux ans d'âge. Elle aurait donc pratiquement passé toute sa vie dans cette boîte, mais Sevine Fakhoury dit ne pouvoir confirmer une telle information. « Il nous a fallu la soigner, poursuit-elle. Quand elle est sortie de la boîte, elle a pissé du sang trois fois. Le vétérinaire a diagnostiqué une infection. »

 

 

Squelettiques et enfermés
Sevine Fakhoury est aujourd'hui particulièrement fière de cette libération. « C'est un précédent qui a été créé par le biais de l'intervention du ministère de l'Agriculture », dit-elle. Elle ajoute : « Cela s'applique évidemment aux cas extrêmes comme celui-là. De telles maltraitances sont inacceptables. Mais nous tenons à préciser que notre association ne va pas systématiquement à l'encontre des gens. Nous préférons les éduquer sur les besoins des animaux de compagnie qu'il faut obligatoirement respecter quand on les accueille chez soi. »

Des cas de maltraitance d'animaux, il y en a malheureusement des tas. Qu'ils soient causés par de l'ignorance ou par une simple tendance à la cruauté, le résultat est le même. Les cas recensés récemment par l'association sont malheureusement nombreux. L'un des cas les plus poignants est celui de deux chiens de chasse retenus dans un enclos à Zouk. Photographiés et filmés par un témoin, ils apparaissent squelettiques et à peine capables de bouger. Ils sont enfermés dans des cages en béton dont ils essaient de s'échapper, ils ont déjà les membres tout ensanglantés, selon ce témoin. Celui-ci leur a déjà donné à manger à maintes occasions, constatant qu'ils sont constamment affamés. Le propriétaire ne veut rien entendre.
Un autre cas observé est celui de deux pointers enfermés dans de minuscules cages avec grillage en pleine rue de Hamra depuis des années. Leurs photos parlent d'elles-mêmes. Un autre chien, un berger allemand celui-là, est enfermé dans une minuscule cage en fer dans le secteur de Caracas, à Beyrouth. Le chien semble propre et bien nourri, mais enfermé la plupart du temps.

Sevine Fakhoury pointe du doigt un problème de mentalité. « La plupart du temps, les propriétaires se disent qu'il ne s'agit que d'un chien et le gardent enfermé pour des raisons qui leur semblent pratiques parce qu'ils n'ont pas de place à la maison par exemple, dit-elle. Il faut qu'ils sachent qu'un chien a un besoin vital de rester en liberté, même s'il est bien entretenu. »

 

Pour mémoire
La vente de poussins teints enfin interdite !

Liban : Après le chat au micro-ondes, le chien sur le pare-brise...

La bête humaine : animaux maltraités au cœur d’un quartier résidentiel

Le sauvetage récent d'un husky, enfermé dans des conditions cruelles dans la sorte de boîte en bois qui lui servait de niche, fera date. Non pas parce que la cruauté envers les animaux est nouvelle au Liban et non plus parce qu'elle cessera de sitôt. Mais parce qu'il s'agit du premier cas où un animal est arraché à un maître abusif par une intervention d'un organisme officiel.L'histoire...
commentaires (3)

ET QU'EN EST-IL DES FEMMES MALTRAITÉES ET SOUVENT TUÉES... QUI VA LES SAUVER ???

LA LIBRE EXPRESSION

10 h 12, le 10 juin 2015

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • ET QU'EN EST-IL DES FEMMES MALTRAITÉES ET SOUVENT TUÉES... QUI VA LES SAUVER ???

    LA LIBRE EXPRESSION

    10 h 12, le 10 juin 2015

  • Bravo BETA Mais il a apris quoi le mec comme ca ? prq ne pas avoir arranger un habitat a la chienne sur place ..... faire payer une amende au proprio ...et laisser un regard sur la chienne et le metre ???? sensibilise et accompagne les animaux avec leur PET est de rigeur au Liban ....... Mon avis

    Houda Nassif

    08 h 41, le 10 juin 2015

  • Bravo, merci et bonne continuation!

    NAUFAL SORAYA

    06 h 57, le 10 juin 2015

Retour en haut