X

Liban

Cheaïb devant le TSL : « De témoin, je suis devenu faux témoin »

Justice

Le responsable de la Défense civile travaillait avec l'un des cinq accusés dans l'affaire Hariri, Sélim Ayache.

OLJ
15/05/2015

La défense de Karma Khayat et de la chaîne al-Jadeed a invité hier à la barre du Tribunal spécial pour le Liban (TSL), Afif Cheaïb, chef du bureau d'enquête à la Direction générale de la Défense civile. M. Cheaïb était affecté auparavant à la direction du bureau de la Défense civile à Nabatiyé, où travaillait également Sélim Ayache, l'un des cinq membres du Hezbollah accusés dans l'affaire de l'assassinat de Rafic Hariri.

M. Cheaïb fait partie de la série de témoins qui avaient fait l'objet d'une émission télévisée diffusée par al-Jadeed, et dont l'identité a été reconnue suite à cette émission. Il bénéficiait, à l'instar d'autres témoins qui ont figuré dans cette émission, d'un programme de protection spéciale que lui avait assuré le TSL. Il était sollicité par l'accusation dans le dossier de l'assassinat de Rafic Hariri. D'où l'importance que devait avoir son témoignage dans le cadre du procès intenté contre al-Jadeed et sa directrice Karma Khayat, comparaissant pour outrage au tribunal et obstruction à la justice, aussi bien que dans le procès Hariri.

Pour la défense, ce dernier témoignage dans le procès intenté contre Karma Khayat et al-Jadeed devait démontrer que M. Cheaïb a subi bien plus de tort par les « fuites » qui ont eu lieu dès le début « au sein du TSL » que par l'émission télévisée, « un moindre mal », comme l'a affirmé le témoin lui-même lors de sa déposition.
Sur l'insistance du juge compétent en matière d'outrage, Nicola Lettieri, l'audience d'hier devait être publique la plupart du temps, entrecoupée de sessions closes. Un point que la défense n'a pas hésité à relever à l'issue de l'audience, en insistant sur le fait que le juge a « imposé » une audience ouverte où le témoin jadis « protégé » a fini par s'exprimer à visage découvert, ce qui prouve « l'absurdité » de tout ce procès.

 

(Lire aussi : Affaire al-Jadeed : la directrice de l'association Arij invitée par la défense à témoigner)


À plusieurs reprises, le témoin a été interrogé sur l'impact qu'avait eu sur lui le fait que son identité ait été révélée au grand public et si cela a affecté sa carrière ou sa vie privée.
« Moi j'ai été affecté par l'attitude du tribunal lui-même et non par les médias », a-t-il dit plus d'une fois. Et de s'insurger : « Je me demande comment des fuites qui sont parvenues aux médias nous ont transformés de témoins en faux témoins ». Affirmant s'exprimer au nom de l'ensemble des Libanais, il a dit que les citoyens « ont besoin de savoir qui est derrière ces fuites ». Sur ces entrefaites, l'accusation lui a lancé : « Vous avez dû être bien préparé pour ce témoignage (sous-entendu par la défense) », une remarque qui a soulevé l'objection de la défense.
Le témoin a raconté avoir rencontré à trois reprises les enquêteurs du bureau du procureur du TSL, insistant toutefois sur le fait qu'il ne l'a pas fait de sa propre initiative, mais qu'il avait été « convoqué » par le tribunal.

 

(Pour mémoire : Joumblatt devant les juges : Le régime syrien a tué Hariri)


Il a ensuite relaté comment en 2012 une équipe d'al-Jadeed – formée de Firas Hatoum et d'un cameraman – est venue à son bureau pour lui demander une entrevue. « Ils avaient avec eux une caméra visible et une autre cachée », a-t-il expliqué. « J'ai refusé de leur accorder l'entretien en précisant que la loi ne m'autorise pas à le faire et que j'ai besoin du feu vert de ma hiérarchie. Ils m'ont dit qu'ils voulaient juste discuter avec moi pour quelques minutes, sans caméra. Nous sommes entrés dans mon bureau, mais j'ignorais qu'ils filmaient avec une caméra cachée », a indiqué M. Cheaïb, soulignant avoir été surpris par la suite en apprenant cela. Le témoin a ajouté que les journalistes lui ont dit être au courant que des membres de la Défense civile ont été convoqués par le TSL et qu'il en faisait partie. « Ils avaient des informations, qui provenaient de fuites ou d'autres sources, je n'en sais rien. Je ne pouvais pas en parler. Je leur ai dit que je devais aller faire mon sport et qu'on en reparlera à une autre occasion. Ils ont insisté. J'ai fini par leur dire qu'effectivement, il y a quelque chose de vrai dans ce qu'ils disaient et que nous avons un employé du nom de Sélim Ayache, mais qu'il fallait que je m'assure s'il est toujours là, et que j'avais besoin d'un peu de temps pour essayer de recueillir certains détails à ce propos. »

Le témoin a précisé par ailleurs avoir appris que la diffusion de cet entretien a eu lieu en août 2012 par un collègue. Il a indiqué n'avoir vu l'émission que bien plus tard. « Je ne regarde pas beaucoup la télévision », a-t-il dit.
Le juge Lettieri a levé la séance – la dernière dans le cadre de cette affaire –, sommant les deux parties de présenter leurs conclusions finales par écrit avant la prochaine audience, qui devrait se tenir au mois de juin prochain.

 

Pour mémoire
Catharsis, l'édito de Michel Hajji Georgiou

Majdalani au TSL : « Abou Adass » pourrait avoir été incarcéré dans la première cellule de Geagea

Karma Khayat aux juges : La force est avec vous, mais le droit et l'opinion publique sont avec nous

« Bachar el-Assad est un despote, mais pas le seul dans le monde arabe », affirme Joumblatt

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CHERCHEZ ET PUNISSEZ LA FUITE ! QUAND EST-CE QUE LE TRAIN VA QUITTER LA PREMIÈRE STATION ?

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre la crise économique et financière et l’implantation des Palestiniens...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants