L’édito de Michel HAJJI GEORGIOU

Catharsis

L’édito
08/05/2015

La parole est libératrice.
Cela, nul n'est mieux placé que Walid Joumblatt pour le savoir.
Que de fois le héros shakespearien – souvent antihéros, au demeurant – n'a-t-il présidé aux choix cornéliens du chef du Parti socialiste progressiste...
Le Hamlet en Walid Joumblatt a beau sommeiller d'une torpeur bien contrôlée, il finit toujours par se réveiller et à s'élever au niveau requis par le cours des événements.
Devant le Tribunal spécial pour le Liban, c'est-à-dire devant le temps-hors-du-temps, le temps de la justice, Walid Joumblatt a fait un pas de plus cette semaine vers le héros shakespearien qui accomplit son destin et un pas de moins pour s'éloigner de cette insoutenable procrastination à venger le père qui le ronge depuis des années.
En 2005, pour la commémoration de l'assassinat de Kamal Joumblatt, le fils avait déposé une rose sur la tombe du père. Symboliquement, la terre du Liban en laquelle repose le leader progressiste n'était plus souillée par l'occupant assadien. Un premier acte de libération, au terme de longues nuits de captivité politique au sein de la « grande prison » de l'occupation syrienne.
Le rapt politique – celui qui a contraint Walid Joumblatt, comme la plupart des acteurs politiques locaux, à collaborer, cautionner et jouer les premiers rôles, au sein du système mis en place par les assassins de son père, par un acte d'une violence inouïe contre lui-même – est enfin terminé.
Que le chef du Front de lutte nationale ait eu pleine conscience de l'impact de cette violence sur lui ou pas, qu'il ait tout fait pour la refouler et l'enfouir au plus profond de lui, en servant les intérêts de la tutelle et en vitupérant durant des années contre toute parole échappant au joug syrien, tout cela fait désormais partie de l'histoire.
Devant les juges, cette semaine, Walid Joumblatt a fait ouvertement le deuil de ce compromis avec les assassins de son père, en le dénonçant expressément.
Cette semaine, le leader du Rassemblement démocratique a franchi un pas de plus dans son processus de libération en portant enfin, près de quarante ans plus tard, le dossier de l'assassinat de son père, avec moult détails, devant la justice internationale.
Cette semaine, nous n'étions plus sur un plateau de télévision, devant une masse invisible et indifférenciée, ou dans le cadre d'un meeting partisan ou traditionnel, où la parole peut subir travestissement, contorsions et revirements, mais devant les fameux « juges de Berlin », avec leur prestance, leur sévérité, leur prestige, leur intemporalité.
Cette semaine, le leader féodal, le chef rebelle à toute autorité, l'autorité absolue rebelle, l'enfant terrible de la politique libanaise, était, pour la première fois, un citoyen-témoin, soumis à l'autorité suprême, celle qui détermine la justice et la vérité, qui plus est dans un processus immanent et intemporel, échappant à ce temps politique avec lequel Walid Joumblatt sait si bien jongler.
Cette semaine, l'événement n'était pas au-
dehors, mais au-dedans : la réconciliation de Walid Joumblatt avec lui-même. Que cette libération salutaire intervienne à l'heure où le régime Assad s'effondre lamentablement sous les coups de boutoir du peuple syrien n'en est que plus forte.
Mais la liberté est avant tout un état psychologique qui consiste à vouloir être libre.
Or, au moment même où Walid Joumblatt démonte en public le système dont il était le serviteur otage, d'aucuns cherchent à réveiller les vieux démons de la guerre et du sectarisme, et à rouvrir les douloureuses plaies cautérisées à Moukhtara en août 2001 par le patriarche Sfeir.
Au moment où le régime syrien est à l'agonie, d'aucuns, volontairement ou pas, entretiennent son spectre et se (re)placent volontairement sous la tutelle psychologique de l'occupant en alimentant le bréviaire de la haine, de la frustration et de la discorde sectaire, credo infernal de la satanée « alliance des minorités ».

Michel HAJJI GEORGIOU

À la une

Retour à la page "L'édito"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

La grande majorité des minorisés, rassemblée à Dâhïyéh et à Râbïyéh, disparaitra lorsque notre Fatal Tribunal les dispersera d’1 façon radicale dans le bruit confus de leur quincaillerie Per(s)cée dispersée sur les trottoirs, et dans le tumulte croissant du bas-fond des zkkâks annonçant l'approche de leur inévitable débâcle finale. À la tête d'1 petite clique restante, les minoritaires divin-fakkîh et boSSfèèèr-amèèèr tenteront de sauver l'honneur du walïyoûl-aSSadisme finissant. Sous la protection de leur ferraillerie rouillée restante, rétro ancien moudéééle, ils se rendront à Qassioûne, là où ils penseront rencontrer le résidu des bääSSyriens aSSadiots d’à côté ! Mais c'est en vain que ces bääSSdiots oranginés et noircis d’ici les attendront ; ces aSSadiques de là-bas, très prudents n’est-ce pas, laisseront en plan ces puînés d’ici ! Les empêchant même de se réfugier sur le Hatây dans leur réduit älaouîto-nusayrî. Un chaos confus rendant toute fuite impossible, les troupes Cédraies s'avanceront sur Barada, faisant prisonniers la grande majorité d’entre eux ; la lie restante parvenant à cavaler vers Brâd et Laodicée. C’est ainsi qu’ils termineront leur pathétique minoritaire épopée. Si 05 fut l'insurrection des Sains Cédraies, le Jugement du Tribunal sera le sceau de l’écrasement total de ces Malsains en 8 pâmés libanais(h) ; expression "pure" et classique de cet archaïque sectarisme minoritaire chïïtique, maronitique, älaouitique et même druzizte de ce "croissant fertile".

RE-MARK-ABLE

En quoi serait il guérissable des chocs qu'il s'inflige et qu'il nous inflige . Avec cette girouette demain est toujours un jour nouveau !

Hitti arlette

M. Georgiou , ne jubilez pas trop . Ce Hamlet du terroir est imprevisible . Il nous a habitués à retourner sa veste ad libitum .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

MAIS... LES PREUVES TANGIBLES... Où SONT-ELLES ? CHEZ QUI ? AVEC QUI ? ON DIRA : AVEC LES "SUICIDÉS"... OU "LES ENVOYÉS AD PATRES"... ET LES VRAIS TÉMOIGNAGES... LES VRAIES ACCUSATIONS... NON LES ON M'A DIT ET J'AI ENTENDU... Où SONT-ILS ? ALORS... WAIT AND SEE !!!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

POURQUOI NE PAS EN FAIRE UN RODRIGUE ? L'EXAGÉRATION EST PARFOIS SYNONYME DE DIVAGATION !
IL A DIT FRANCHEMENT CE QU'IL SAIT ET CROIT... HOMMAGE À SON COURAGE... CE QUE TOUT LE MONDE SAIT ET CROIT... TOUT EN PONCTUANT TOUJOURS QUE CE SONT DES ACCUSATIONS POLITIQUES SEULEMENT. ALORS ? SACHANT PERSONNELLEMENT LES MENACES... CONTRE FEU HARIRI... ET CONTRE LUI MÊME... SON ACCUSATION N'AURAIT POINT DÛ ÊTRE SEULEMENT POLITIQUE !!! IL AURAIT DÛ SE TENIR SUR SON SÉANT ET CRIER : J'ACCUSE TOUT EN ÉNUMÉRANT LES PREUVES !!!

Halim Abou Chacra

"Le régime syrien est à l'agonie". Ses sbires aussi, évidemment.

Bery tus

Bien dit Mr !!

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué