Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Turquie

Au cœur de la campagne législative d’Erdogan, il y a... l’islam

Le président turc Recep Tayyip Erdogan brandit le Coran au cours d’un meeting électoral dans la province de Batman (Anatolie). Kayhan Ozer/AFP

À un mois des élections parlementaires en Turquie, le président islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan est descendu dans l'arène politique prêter main-forte à son parti, jouant notamment la carte de l'islam.
Bien que la Constitution lui ordonne de rester neutre dans la bataille qui se profile pour le scrutin du 7 juin, le chef de l'État, 61 ans, est omniprésent dans les médias. Il a ainsi organisé toute une série d'inaugurations à travers le pays, transformées pour l'occasion en meetings électoraux lors desquels il a loué les réalisations du parti au gouvernement, le Parti de la justice et du développement (AKP, issu de la mouvance islamiste) qu'il a fondé et dirigé jusqu'en 2014. Celui qui est aux rênes de la Turquie depuis 2003 a d'ailleurs provoqué la controverse en brandissant un coran traduit en kurde, devant les masses très conservatrices d'Anatolie, un geste inédit dans ce pays laïc où toute référence à la religion est interdite. « Ma vie est guidée par le Livre saint. C'est ainsi que j'ai vécu, que je vis et que je vivrai », a lancé le président, de confession musulmane sunnite. Une attaque claire contre le chef du principal parti d'opposition, Kemal Kiliçdaroglu, issu de la minorité alévie, une branche de l'islam progressiste. « On ne connaît pas bien ses références par rapport au Coran », a accusé M. Erdogan, parlant du dirigeant du parti républicain du peuple (CHP, centre gauche) qui s'est, pour sa part, dit « consterné par l'exploitation massive du Livre saint » à des fins politiques. Selon les observateurs, le geste de M. Erdogan traduit une certaine usure qui menace l'AKP, au pouvoir depuis 2002, et affaibli par le manque de charisme de son nouveau dirigeant, le Premier ministre Ahmet Davutoglu.
Selon Tarhan Erdem, directeur de l'institut de sondage Konda, « l'AKP perd des voix, c'est pour cette raison que le président agite le Coran (...) pour rallier le vote des électeurs attachés à l'islam », il prédit 41 % d'intentions de vote pour l'AKP au scrutin de juin contre 47,5 % à celui de 2011. Pour sa part, Serkan Demirtas, chef de bureau du journal Hürriyet Daily News, explique qu'« Erdogan, qui a un discours très populaire, est adulé par ses partisans qui ont du mal à comprendre la rhétorique plus intellectuelle de M. Davutoglu ». L'éventualité selon laquelle le parti prokurde HDP (Parti de la démocratie des peuples) pourrait rafler des bastions de l'AKP dans le Sud-Est kurde fait frémir le parti au pouvoir.
« Même avec un score élevé, la majorité absolue au Parlement n'est pas acquise pour l'AKP », commente M. Erdem. Une majorité dont l'homme fort de Turquie pourrait avoir besoin : il cherche à imposer la « nécessité » de transformer le système parlementaire actuellement en vigueur en régime présidentiel, une manière d'accroître ses pouvoirs de président, actuellement largement protocolaires.

Burak AKINCI/AFP

À un mois des élections parlementaires en Turquie, le président islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan est descendu dans l'arène politique prêter main-forte à son parti, jouant notamment la carte de l'islam.Bien que la Constitution lui ordonne de rester neutre dans la bataille qui se profile pour le scrutin du 7 juin, le chef de l'État, 61 ans, est omniprésent dans les médias. Il a...
commentaires (3)

bon...., propagande ordinaire des gouvernants ..., qui se disent laïque pour accéder à l'UE et font le contraire pour garder le pouvoir chez eux...au final, ce n'est pas sérieux et ca ne trompe personne ...à part le bon peuple des croyants ....peut 'être...

M.V.

17 h 20, le 10 mai 2015

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • bon...., propagande ordinaire des gouvernants ..., qui se disent laïque pour accéder à l'UE et font le contraire pour garder le pouvoir chez eux...au final, ce n'est pas sérieux et ca ne trompe personne ...à part le bon peuple des croyants ....peut 'être...

    M.V.

    17 h 20, le 10 mai 2015

  • QUE PEUT-IL CHANTER D'AUTRE... POUR SE REDORER LE BLASON !!!

    LA LIBRE EXPRESSION

    08 h 54, le 10 mai 2015

  • "Au coeur de la campagne législative d'Erdogan, il y a... l'islam". Et au coeur d'Erdogan, il y a... Daech.

    Halim Abou Chacra

    03 h 13, le 10 mai 2015

Retour en haut