X

À La Une

Progrès de l'armée syrienne et du Hezbollah dans le Qalamoun

Syrie/Liban

"L'armée libanaise ne participera à aucune bataille contre des groupes armés syriens, sauf pour défendre nos positions et notre territoire", affirme un haut responsable militaire libanais.

OLJ/Agences
07/05/2015

L'armée syrienne a bombardé une zone de montagne limitrophe du Liban, tuant des dizaines de rebelles, a annoncé jeudi le Hezbollah. La chaîne montagneuse du Qalamoun, qui s'étend sur une centaine de kilomètres le long de la frontière libano-syrienne, est depuis des mois le théâtre de violents affrontements entre les rebelles et les forces régulières de Bachar el-Assad, soutenues par des combattants du Hezbollah.

Les forces syriennes, épaulées par le parti chiite, ont repris un territoire d'importance stratégique dans le Qalamoun, Aassal al-Ward, a indiqué jeudi la chaîne al-Manar, relevant du Hezbollah. Plus tôt dans la journée, la chaîne avait indiqué que des dizaines de jihadistes avaient été tués ou blessés dans cette zone.
Les extrémistes auraient subi ces pertes lors de combats avec l'armée syrienne, selon al-Manar. L'armée syrienne et le Hezbollah ont également repris la région de Qarna, d'où des groupes insurgés lançaient des attaques contre le Hezbollah, a déclaré à Reuters un responsable du mouvement chiite.

(Lire aussi: Le front est risque-t-il de s'embraser ?)


De son côté, l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a rapporté que "le Hezbollah et le régime syrien ont pris des collines dans la région du Qalamoun après l'avoir intensément bombardé avec des missiles iraniens de type 'Bourkane' (Volcan) et des missiles sol-sol de moyenne portée". L'ONG fait état de blessés dans les deux camps. "Les combats sont menés depuis hier (mercredi) par le Hezbollah, avec la participation de l'armée syrienne, dans les environs d'Aassal al-Ward", a précisé à l'AFP le directeur de l'ONG, Rami Abdel Rahmane.
De son côté, une source militaire syrienne sur le terrain a indiqué à l'AFP que "l'armée syrienne et ses alliés ont avancé dans les environs d'Aassal al-Ward, ajoutant que des "dizaines de terroristes ont été tués", en référence aux rebelles.

D'après M. Abdel Rahmane, cette bataille du Qalamoun, contrôlée en majorité par l'armée syrienne et le Hezbollah, vise surtout à "remonter le moral du régime" après ses revers face aux rebelles notamment dans le nord du pays ces dernières semaines. "Cette bataille n'est pas aussi stratégique que ne tentent de le montrer le Hezbollah et le régime. Cela s'apparente plus à un battage médiatique", a assuré M. Abdel Rahmane.

(Repère : Pour l'armée de Bachar el-Assad, une série de revers en quelque mois)

 

Un porte-parole du Front al-Nosra, la branche syrienne d'el-Qaëda, a pour sa part nié toute avancée du Hezbollah. "Les combats se poursuivent dans la région d'Aassal al-Ward", a-t-il dit à l'AFP.
Al-Nosra avait annoncé sur Twitter il y a quelques jours la formation de l'Armée de la conquête à Qalamoun, s'inspirant du nom de la coalition qui a chassé le régime de la capitale provinciale d'Idleb (nord-ouest), de la localité proche de Jisr al-Choughour et de bases militaires dans cette région frontalière de la Turquie.

Jeudi soir, une source des services de sécurité libanais a rapporté la chute dans la Békaa de deux obus tirés du côté syrien de la frontière par les rebelles, sans faire état de victimes. Un des obus est tombé à deux kilomètres et l'autre à 10 km de Baalbeck, grande ville de l'est du Liban et un bastion du Hezbollah.


Mercredi, des combattants du Hezbollah ont attaqué un rassemblement du Front al-Nosra sur une colline au niveau du massif montagneux de l'Anti-Liban séparant le pays de la Syrie, connue sous le nom de Kherbat al-Nahla, qui domine la partie syrienne du Qalamoun. Le mouvement chiite a par la suite annoncé que ses combattants l'avaient reconquis, mais un groupe rebelle a dit avoir repoussé cet assaut que, d'après des rumeurs, le Hezbollah planifiait depuis des mois.

Mardi, c'est du côté de Brital, dans la partie nord de la Békaa, et de Tfaïl, un village libanais enclavé en territoire syrien, que des combats violents se sont produits entre des combattants du Hezbollah et des jihadistes d'al-Nosra, toujours selon la chaîne du parti chiite. Le même jour, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a annoncé le déclenchement, "le moment venu", d'une offensive contre les islamistes du Front al-Nosra dans la région du Qalamoun.

Par ailleurs, l'armée libanaise était en état d'alerte jeudi dans la zone de Soueiri (Békaa-Ouest), a rapporté la LBCI. Des hélicoptères de la troupe ont survolé la région à la recherche d'éventuels éléments armés. La veille au soir, des obus de mortier avaient atterri près de Soueiri. Selon la LBCI, ces obus auraient été tirés à partir de la Syrie voisine. "L'armée libanaise ne participera à aucune bataille contre des groupes armés syriens, sauf pour défendre nos positions et notre territoire", a affirmé jeudi un haut responsable militaire libanais à l'agence de presse pro-gouvernementale turque, Anatolie.

 

Lire  aussi
Syries noires, l’éditorial de Issa Goraieb

Des échéances locales et régionales au menu de la rencontre Aoun -Nasrallah, le décryptage de Scarlett Haddad

« Sous prétexte de guerre préventive, le Hezbollah se fait complice des crimes de Bachar el-Assad », avertit Saad Hariri

Les combats compliquent le dossier des militaires otages

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET LES AVENTURES CONTINUENT... AU MÉPRIS DE L'ETAT ET DU PEUPLE LIBANAIS !

Le Faucon Pèlerin

Celui qui a fait entrer le loup dans la bergerie, c'est à lui de le faire sortir. L'Etat et l'armée libanaises n'ont rien à foutre dans cette sale salade. Le Bon Dieu a mal fait les choses, Il a fait de la Crète une île et du Liban une partie collée à un continent.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : lorsque sonne l’heure...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué