Rechercher
Rechercher

Sur le net

"Wou Ba'den ?", dans la peau d'un réfugié syrien au Liban

Un web documentaire, proposé par l'ONG Solidarités International, montre les réalités quotidiennes des déplacés syriens au Liban.

Capture d'écran de la page d'accueil du web documentaire "Wou Ba'aden"

"1,5 million de personnes ont passé la frontière entre la Syrie et le Liban depuis le début du conflit il y a quatre ans. 80% de ces réfugiés sont des femmes et des enfants. Au Liban, une personne sur quatre est un réfugié".

Le décor est planté. Ce sont sur ses trois phrases que s'ouvre le web documentaire interactif "Wou Ba'den?" (Et après ?), conçu et réalisé par l'ONG Solidarités International avec le soutien de l'Union européenne (ECHO) et de l'Unicef. Un webdoc qui propose aux internautes de se mettre dans la peau d'un réfugié syrien au Liban.

Il ne s'agit pas là du premier web documentaire sur la question. Mais contrairement aux autres, produits par le journal britannique The Guardian et  la BBC,  "Wou Ba'den ?" n'intègre pas d'élément de jeu. Interrogée par L'Orient-Le Jour, son auteur et réalisatrice Marine Pradel explique que "la question des réfugiés syriens au Liban est trop grave pour en faire un jeu". 

 

Capture d'écran.

 

"Wou Ba'den ?" met donc l'internaute dans la position du réfugié. "Vous venez de passer la frontière syrienne. Votre vie de réfugié débute ici, au Liban", annonce le module web. S'ouvre alors une image panoramique de la localité de Anjar, dans la Békaa. Trois choix, illustrés par des dessins en noir et blanc, s'offrent alors à l'internaute : aller dans la ville la plus proche, emménager dans un abri collectif et intégrer un campement informel de réfugiés.

A chaque étape, des vidéos filmées en caméra subjective donnent corps au parcours choisi par le réfugié. "Ces vidéos ont été tournées en février et en mars dans la Békaa et au Liban-nord", explique Marine Pradel. "Nous nous sommes inscrits dans une démarche immersive sur un mode exploratoire", poursuit-elle. Une exploration en profondeur dont le but est de "sensibiliser le plus largement possible à la vie des réfugiés", indique la jeune femme.

 

Lire aussi

Angelina Jolie : L'Onu a échoué en Syrie

Le Liban s'adapte aux crises régionales


"1,5 million de personnes ont passé la frontière entre la Syrie et le Liban depuis le début du conflit il y a quatre ans. 80% de ces réfugiés sont des femmes et des enfants. Au Liban, une personne sur quatre est un réfugié".


Le décor est planté. Ce sont sur ses trois phrases que s'ouvre le web documentaire interactif...

commentaires (2)

Fascinant ce commerce au frais du contribuable européen ! Payer et subventionner - cher - des réalisateurs et des web-designers occidentaux pour venir faire des projets médiatiques au Liban sur le dos des réfugiés et des Libanais. Et preuve supplémentaire que l'argent des occidentaux sert d'abord les intérêts des occidentaux.

Sophie Schoucair

19 h 08, le 29 avril 2015

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Fascinant ce commerce au frais du contribuable européen ! Payer et subventionner - cher - des réalisateurs et des web-designers occidentaux pour venir faire des projets médiatiques au Liban sur le dos des réfugiés et des Libanais. Et preuve supplémentaire que l'argent des occidentaux sert d'abord les intérêts des occidentaux.

    Sophie Schoucair

    19 h 08, le 29 avril 2015

  • Wou Ba3den ba2a? C'est pour nous culpabiliser? de quoi?

    Je partage mon avis

    18 h 33, le 29 avril 2015