X

À La Une

Génocide arménien : la Turquie sème le trouble dans le calendrier

Commémorations

L'affaire a tourné en guérilla politique, avec pour toile de fond les événements tragiques de la Première guerre mondiale.

OLJ/Stuart WILLIAMS/AFP
19/04/2015

En décidant de célébrer en grande pompe, le 24 avril, le 100e anniversaire de la bataille de Gallipoli, avec un jour d'avance, la Turquie s'est attirée de vives critiques, certains l'accusant de vouloir faire de l'ombre à un autre centenaire plus polémique, celui du génocide arménien.

Plus qu'une simple querelle de calendrier, l'affaire a tourné en guérilla politique, avec pour toile de fond les événements tragiques de la Première guerre mondiale.

La controverse a démarré en janvier, lorsque le président turc Recep Tayyip Erdogan a invité son homologue arménien Serge Sarkissian, entre autres chefs d'Etat et de gouvernement, au centième anniversaire des combats qui ont opposé les troupes de l'Empire ottoman aux Alliés dans le détroit des Dardanelles. Comme l'an dernier déjà, les autorités d'Ankara ont retenu le 24 avril pour leurs festivités, avec un jour d'avance sur la date du débarquement des soldats britanniques, australiens, néo zélandais et français dans la presqu'île de Gallipoli, le 25 avril 1915. L'invitation a suscité la fureur de M. Sarkissian, qui l'a immédiatement refusée en rappelant qu'il honorerait le même jour, dans sa capitale Erevan, le souvenir des centaines de milliers d'Arméniens massacrés par les Ottomans à partir de 1915.

Selon Erevan et de nombreuses autres capitales, ces tueries ont coûté la vie à 1,5 million d'Arméniens lors d'une campagne d'élimination systématique qui relève du génocide. La Turquie récuse catégoriquement ce terme et critiquent tous ceux qui l'utilisent. Le président arménien a donc clairement accusé le dirigeant islamo-conservateur turc de vouloir se livrer à une "manipulation de l'histoire" et "détourner l'attention du monde des activités marquant le centenaire du génocide".

La controverse s'est transformée en cauchemar diplomatique pour les grands de ce monde, sommés de choisir entre Gallipoli et Erevan. C'est notamment le cas du président russe Vladimir Poutine, écartelé entre l'appel de l'ancienne république soviétique où ses troupes disposent toujours d'une base et son désir de plaire à Ankara, son partenaire dans un projet important de gazoduc.

 

(Lire aussi : Le journal "Jamanak", mémoire de 100 ans de vie des Arméniens d'Istanbul)

 

'Posture politique'

Selon le quotidien Kommersant, le numéro 1 russe devrait finalement se rendre en Arménie et dépêcher en Turquie le président du parlement, 4e personnage de l'Etat. Pour les deux pays, ces événements revêtent une même importance historique, qui relève de la fierté nationale ou de l'acte fondateur.

Pour les Turcs, la bataille de Gallipoli, particulièrement meurtrière, est une grande victoire. Elle a été un événement précurseur de la fondation de la Turquie moderne, et le colonel Mustafa Kemal (Ataturk), qui proclamera en 1923 la République turque moderne née de la chute de l'Empire ottoman, s'y est illustré. Pour les Arméniens, le 24 avril 1915 marque le coup d'envoi des arrestations et des déportations massives qui coûteront la vie à un million et demi des leurs dans le cadre d'une campagne d'élimination systématique. "Tout cela relève de la posture et de la rhétorique politiques", déplore le directeur du centre d'études régionales d'Erevan, Richard Guiragossian. "C'est un bras de fer obstiné et émotionnel où chaque camp essaie de provoquer et susciter des réactions exagérées".

 

(Lire aussi : Par un seul mot, le pape a conquis le cœur de tous les Arméniens)

 

A l'approche du jour J, la tension est à son comble. Le pape François, en évoquant le génocide arménien, et le Parlement de l'Union européenne (UE), en la priant de le reconnaître, ont rendu la Turquie furieuse. Des "délires", a tranché M. Erdogan, pendant que les médias qui le soutiennent s'offusquent de cette "guerre" faite à leur pays. "De nombreuses personnes en Turquie sont persuadés que le génocide arménien n'a pas existé ou qu'il n'a jamais été planifié", rappelle l'ancien ambassadeur de l'UE à Ankara, Marc Pierini, aujourd'hui expert à la fondation Carnegie. Le fossé entre les deux camps est profond, illustré par la paralysie du processus historique de normalisation des relations entre Ankara et Erevan amorcé en 2009. Mais certains veulent croire que ce n'est que partie remise. "La réconciliation prendra plusieurs générations", pronostique M. Guiragossian, "mais la normalisation sera un premier pas important".

 

Lire aussi

1915-2015 : commémorons en Turquie le génocide arménien !

« Je dis à mes enfants : à la maison, appelez-moi "Mama", et dans la rue, appelez-moi "Anne" »

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"L'invitation a suscité la fureur de M. Sarkissian, qui l'a immédiatement refusée en rappelant qu'il honorerait le même jour, dans sa capitale Erevan, le souvenir des centaines de milliers d'Arméniens massacrés par les Ottomans à partir de 1915." ! Ils devrait dire, massacrés par ses nouveaux amis Kurdes sur ordre des Ottomans....

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET ? TOUT LE MONDE CONNAÎT CETTE HISTOIRE DE GÉNOCIDE DES JEUNES TURCS CONTRE LE PEUPLE ARMÉNIEN... ET NON SEULEMENT !!!

AIGLEPERçANT

On parle de l'embarras de Poutine nouvel homme fort du monde moderne , mais qu'en sera t il des occicons ? oseront ils bouder la turquie qui pourrait en represaille leur renvoyer leurs banlieusards salafowahabites et fermer ses frontiers aux bacteries terroristes , ou prefereront ils tenir leurs principes et assister a EREVAN la reconnaissance du genocide armenien pour lequel on ne LE dit jamais qu'israrecel n'a jamais reconnu , non plus .

M.V.

La Turquie et son armée ,ferait bien d'évacuer le nord de l'île de Chypres , qu'elle a envahit puis occuper depuis 1974....

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants