X

À La Une

Plus de 400 enfants au sein de l'EI en Syrie : "De l'exploitation et du lavage de cerveau"

Jihad

Le groupe jihadiste soumet les enfants, appelés "lionceaux du Califat", à des entraînements intensifs militaires et religieux, dénonce l'OSDH.

OLJ/AFP
24/03/2015

Plus de 400 enfants en Syrie ont été entraînés au combat par les combattants extrémistes du groupe Etat islamique (EI), a indiqué mardi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Le groupe jihadiste soumet les enfants, appelés "lionceaux du Califat", à des entraînements intensifs militaires et religieux dans les territoires qu'il contrôle en Syrie, précise l'ONG.

Des vidéos diffusées sur des comptes proches de l'EI montrent des garçons, dont certains âgés d'à peine huit ans, chargeant des fusils, tirant et marchant à genoux à travers les broussailles. Les vidéos montrent également des enfants assis à une table ronde étudiant des textes religieux.
"Une fois atteints l'âge de 15 ans, ces enfants ont le choix de devenir de véritables combattants touchant des salaires", a indiqué le directeur de l'OSDH Rami Abdel Rahmane. "L'EI tente d'attirer les enfants avec l'argent et les armes", ajoute-t-il, soulignant que les enfants ne sont pas forcés à se battre, mais c'est ce qu'ils font durant la journée puisqu'ils ne vont pas à l'école et ne travaillent pas.

Les enfants soldats sont souvent utilisés aux points de contrôle ou pour obtenir des informations dans les zones non contrôlées par l'EI, puisque les enfants passent souvent inaperçus, selon M. Abdel Rahmane.
Mais d'autres enfants sont recrutés pour des objectifs plus violents. Une vidéo diffusée par l'EI ce mois-ci, a montré un enfant à peine âgé de 12 ans, tirant à plusieurs reprises sur un otage. Selon M. Abdel Rahmane, l'EI a déjà utilisé 10 enfants comme des kamikazes en Syrie, et a réuni ensemble tous les bataillons composés d'enfants. "C'est de l'exploitation et du lavage de cerveau", affirme M. Abdel Rahmane à l'AFP.

 

(Vidéo : Les enfants soldats de l'État islamique : deux petits Yazidis témoignent)



"Ce qui choque, c'est qu'ils ne s'en cachent pas, ils s'en vantent", dénonce Nadim Houry, directeur adjoint pour le Moyen-Orient à Human Rights Watch. "Leur utilisation d'enfants soldats fait partie d'un effort d'endoctrinement...", ajoute-t-il.

Dans un rapport publié en juin 2014 et intitulé "Peut-être vivons-nous, peut-être mourons-nous: recrutement et utilisation des enfants par des groupes armés en Syrie", HRW avait déjà accusé les groupes extrémistes tels que l'EI de "recruter des enfants en mélangeant études et entraînement au maniement des armes et en leur donnant des tâches dangereuses, dont des missions-suicide".


Le conflit syrien, entré dans sa cinquième année, a fait plus de 215 000 morts et entraîné le déplacement d'environ 11,5 millions de personnes. Selon l'Onu, plus de 2,1 millions d'enfants en Syrie ne sont pas scolarisés en raison des violences.

 

Lire aussi
Sévices sexuels, torture, embrigadement... Le calvaire des enfants d'Irak face à l'EI

HRW enjoint les rebelles syriens de cesser de recruter des enfants-soldats

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

C’est tous les jours dimanche

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants