X

Liban

Rencontres pédagogiques sur les usages du numérique

OLJ
26/02/2015

Placées sous le patronage de M. Élias Bou Saab, ministre de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur, et de l'ambassadeur de France, Patrice Paoli, les Rencontres sur les usages numériques ont été organisées récemment à l'Institut français du Liban par l'Association franco-libanaise pour l'éducation et la culture (Aflec) et le Groupe d'établissements Élite dirigé par Rimah Hammoud, vice-président de l'Aflec, en partenariat avec l'Académie de Versailles, l'Institut français du Liban (IFL), la Mission laïque française (MLF), l'Agence pour l'enseignement du français à l'étranger (AEFE) et l'École supérieure des affaires (Esa).
Cet événement a été ouvert par une allocution du président de l'Aflec, François le Geoff, qui a rappelé l'engagement de l'association en faveur de l'école numérique en partenariat avec l'Académie de Versailles.
Fadi Yarak, directeur général de l'Éducation, a mis l'accent à son tour sur la coopération franco-libanaise dans le domaine pédagogique, avant d'exposer les chantiers développés par son département dans le domaine des nouvelles technologies appliquées à la pédagogie. L'ambassadeur de France a pour sa part souligné l'importance d'une politique éducative « forte et claire » susceptible de préparer les élèves à leur avenir.
Par la suite, M. Pascal Cotentin, délégué académique au numérique de l'Académie de Versailles, a exposé l'école du futur et fait le point sur les moyens actuellement disponibles et sur ceux à mettre en œuvre pour réussir cette école connectée.
Le temps fort de cette demi-journée a été la conférence d'Alain Boissinot, inspecteur général et ancien recteur d'académie, donnée sur le thème : « Le numérique : nouvelle pédagogie, nouvelle rhétorique ». Il a rappelé que le numérique est une donnée essentielle dans la formation des nouvelles générations. Prenant appui sur des enquêtes, des essais et des études, ainsi que sur les pratiques culturelles des jeunes et sur les rapports du numérique aux médias, M. Boissinot a invité le public à prendre du recul, en expliquant que l'arrivée des nouvelles technologies et leur utilisation dans l'éducation ne sont pas « un tsunami redouté ». « Il faut replacer cette innovation dans l'évolution des systèmes éducatifs », a-t-il dit, en soulignant que « l'univers se renouvelle sans pour autant que les anciennes pratiques ne soient balayées ». « Il y a simplement une nouvelle gestion de l'espace et du temps. Cette simplicité qui peut ne pas être évidente conditionne les nouvelles relations au savoir, à la connaissance et aux relations interpersonnelles. Ne craignons pas les changements. Tout changement peut être remis en cause », a-t-il encore dit.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué