Rechercher
Rechercher

Liban - Dialogue

La rencontre Aoun-Geagea, un grand événement, en dépit des apparences

Le sommet se tiendrait avant le 9 février, fête de la Saint-Maron

Le niveau des attentes soulevées par la rencontre entre le général Michel Aoun et Samir Geagea s'élève à mesure que ses préparatifs avancent, au point qu'aux yeux des proches des deux hommes, cette rencontre constituera le grand événement des prochains jours ou des prochaines semaines.
Ces préparatifs, auxquels veillent personnellement les deux hommes, vont bon train, les deux chefs chrétiens réalisant qu'il y va de leurs intérêts personnels respectifs de rendre cette rencontre possible et, surtout, de faire en sorte qu'elle ne déçoive pas leurs partisans. Tous deux reviennent de loin, précisent leurs proches, et quelque chose de décisif doit se produire pour justifier ce rapprochement.
La rencontre et son ordre du jour sont préparées par des réunions que président parfois personnellement l'un ou l'autre des deux chefs chrétiens, outre celles que tiennent le député Ibrahim Kanaan (CPL) et Melhem Riachi, responsable à l'information et à la communication des Forces libanaises. Une réunion se tiendra aujourd'hui sous la présidence de Samir Geagea, à Maarab, qui sera axée sur l'ordre du jour de la réunion, qui fait toujours l'objet de tiraillements.
Par ailleurs, dans le cadre des démarches de rapprochement entre les deux formations, on s'attend à ce que M. Geagea lance au général Aoun une invitation à assister à la première séance de remise de cartes d'affiliation au parti des Forces libanaises, mercredi prochain (14 janvier). Une invitation à laquelle M. Aoun répondra en déléguant Ibrahim Kanaan à la cérémonie.
Quant à la fameuse rencontre Aoun-Geagea, des sources proches des deux camps la situent avant la prochaine fête de saint Maron (dimanche 9 février). Peut-être même le 6 février, un vendredi. Si cette prévision se réalise, les deux hommes se rencontreront le jour anniversaire même de la signature du fameux accord d'entente entre le CPL et le Hezbollah.
« Qu'est-ce qui pousse Michel Aoun et Samir Geagea à se rencontrer ? » est-on amené à s'interroger. Eh bien, qu'on le veuille ou non, c'est le sentiment près d'être partagé par M. Aoun que, huit mois après la fin du mandat de Michel Sleiman, rien n'y fera et aucune des deux personnalités maronites n'a de chances de décrocher la présidence en raison des veto imposés par leurs parrains régionaux respectifs, l'Iran pour Michel Aoun, l'Arabie saoudite pour Samir Geagea.
L'impasse se confirmant aux yeux de Michel Aoun, il serait désormais convaincu que, faute d'être roi, il pourrait être faiseur de roi et participer étroitement à l'élection d'une figure maronite considérée de second plan, mais que l'appui dont elle bénéficierait éventuellement des deux chefs maronites transformerait en candidat de tout premier plan.

Partenariat
Le « véritable partenariat » entre le Courant patriotique libre et les Forces libanaises apporterait des avantages à leurs chefs respectifs, en ce qu'ils fixeraient à eux deux un « plafond » en dessous duquel il ne serait plus possible de ramener les revendications des communautés chrétiennes, en particulier de la communauté maronite. Ce partenariat serait appelé à fonctionner exactement comme fonctionne le tandem chiite Hezbollah-Amal qui, au-delà de leurs différences qui peuvent être sensibles (le mouvement Amal est prosyrien, le Hezbollah pro-iranien), sont alliés de telle sorte qu'aucun des acquis que souhaite la communauté chiite ne lui échappe désormais.
Partant, les observateurs s'attendent à ce que la situation des chrétiens au sein de la République de Taëf se redresse nettement sur le plan de la présence des chrétiens au niveau des postes de seconde catégorie et des catégories subalternes au sein de la fonction publique. Il n'est pas exclu en outre que ce partenariat contribue efficacement à restituer à la première présidence l'une ou l'autre des prérogatives que l'accord de Taëf (1989) lui a fait perdre et, enfin, qu'il se répercute sur la représentativité des députés chrétiens, par le biais d'une nouvelle loi électorale sur laquelle s'entendraient les deux hommes.

Acquis personnels
Enfin, au-delà des acquis que leur partenariat vaudrait à leur communauté, les deux hommes y trouveraient des acquis personnels non négligeables et peut-être même essentiels. Ainsi, M. Aoun ne pourrait que se féliciter d'avoir atteint l'un de ses objectifs stratégiques visant à restaurer le prestige de la présidence au sein de la République de Taëf, tandis que M. Geagea, en se rapprochant de Michel Aoun et en tournant la page d'un contentieux désormais obsolète, pourrait se voir confirmé dans son leadership chrétien par le fait même de la négociation avec Michel Aoun, ce qui pourrait jouer à son avantage lors d'une future élection présidentielle.


Le niveau des attentes soulevées par la rencontre entre le général Michel Aoun et Samir Geagea s'élève à mesure que ses préparatifs avancent, au point qu'aux yeux des proches des deux hommes, cette rencontre constituera le grand événement des prochains jours ou des prochaines semaines.Ces préparatifs, auxquels veillent personnellement les deux hommes, vont bon train, les deux chefs...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut