X

À La Une

Le "capitaine" sur le Blue Sky M, chargé de migrants, raconte...

Migration

"Ils m'ont promis 15 000 dollars et la possibilité de faire venir toute ma famille", explique un migrant syrien

OLJ/AFP
04/01/2015

Le "capitaine" des trafiquants, qui a conduit la semaine dernière quelque 800 clandestins syriens vers les côtes italiennes, à bord du cargo Blue Sky M, raconte son périple dans les colonnes du journal La Repubblica dimanche.

"Ils m'ont promis 15 000 dollars et la possibilité de faire venir toute ma famille", explique Sarkas Rani, Syrien âgé de 36 ans, dans un récit reconstituté d'après son interrogatoire devant les policiers qui l'ont arrêté le 31 décembre à Gallipoli (sud-est).

"Je suis arrivé en Turquie par avion depuis le Liban où j'étais réfugié. Là, j'ai été contacté par une connaissance qui savait que j'étais capitaine de navire", ajoute-t-il. Les deux hommes se rencontrent à Istanbul, font affaire, et Sarkas Rani embarque avec trois autres hommes sur le Blue Sky M, battant pavillon moldave, à destination de Mersin, port turc sité près de la côte syrienne. Le cargo y reste deux jours, ancré au large, dans l'attente de sa "cargaison".

Selon La Repubblica, les trafiquants ont même passé une annonce sur Facebook, proposant un embarquement pour la somme de 5 500 dollars par personne, ou 4 500 dollars pour les groupes de 25 personnes minimum. Le troisième jour, un bateau a emmené un premier groupe de 30 personnes sur le Blue Sky M. Pendant quatre jours, les va-et-vient se succèdent et le 25 décembre ils ont près de 800 perosnnes, hommes, femmes et enfants à bord du cargo.

 

(Lire aussi : Le voyage des migrants en Italie leur coûte jusqu'à 8 000 dollars)

 

Jamais les autorités turques n'ont procédé à la moindre vérification, assure le "capitaine" du Blue Sky M.
"J'ai personnellement tracé la route pour l'Italie", raconte encore Sarkas Rani. En raison du mauvais temps, il s'approche des côtes grecques et prend contact avec les autorités pour demander l'autorisation de s'abriter dans une baie en attendant une amélioration. Permission accordée par les autorités maritimes grecques qui, elles non plus, ne procèdent à aucune vérification, selon le récit de ce trafiquant.

Le bateau repart, prend la direction de la côte du sud de l'Italie et Sarkas Rani abandonne la passerelle pour se réfugier dans la cale après avoir bloqué la barre et le moteur. Le navire fait route à environ six noeuds (11 km/h) et pointe droit sur la côte où, sans intervention de la marine italienne, il se serait fracassé.
Les garde-côtes repèrent le navire qui ne répond pas, montent à bord, et à mois de cinq milles (9 km) de la côte, parviennent à reprendre le contrôle du navire.

Le Blue Sky M entre vers 03H30 mercredi dans le port de Gallipoli avec 768 Syriens à son bord. Deux jours plus tard, un autre cargo, abanondonné par son équipage, est intercepté par la marine italienne avec à son bord 360 migrants syriens.

 

Lire aussi

Migrants : "2014 est l'année la plus meurtrière" pour la Méditerranée

La marine italienne sauve un cargo chargé de migrants, le 3e en moins de 15 jours

« Je ne peux plus respirer, nous allons tous brûler comme des rats »

 

Pour mémoire
Espagne: plus de 150 migrants franchissent en 24h la frontière grillagée de Melilla

Ceuta et Melilla : drames et violences aux frontières de l'Europe

A Calais, un Noël quand même pour les migrants

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

c...

On pourrait deceler une connivence ou un certain laxisme de la part des autorités
D abord Turques,Comment embarquer impunément autant de passagers aussi "discretement" sans contrepartie financière!!!
puis Grecques. Malheureusement les pays d Europe n ont pas la vocation d accueillir toute la misère du monde

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

25 mai 2000-25 mai 2019 : ce qui reste de la fête de la Libération

Un peu plus de Médéa AZOURI

Et si on faisait tous la grève ?

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants