X

À La Une

Nouveau front dans l'offensive antijihadistes en Irak

Conflit
OLJ/AFP
28/12/2014

Les forces irakiennes ont pénétré dimanche dans la ville de Doulouïya, au nord de Bagdad, contrôlée en grande partie par le groupe Etat islamique (EI), ouvrant un nouveau front dans leur offensive contre cette organisation jihadiste, selon des responsables.
Les jihadistes tentent depuis des mois de s'emparer totalement de cette ville stratégique située à 90 km de Bagdad, mais font face à une résistance des tribus sunnites notamment celle d'Al-Joubour, dans la partie sud de la cité donnant sur le fleuve Tigre.

Policiers et soldats, aidés des forces spéciales antiterroristes, de miliciens armés et de membres de tribus, et appuyés par l'aviation irakienne, ont réussi à pénétrer à partir du nord de plusieurs km à l'intérieur de la ville, selon les responsables militaires et de la sécurité. Ils cherchent désormais à consolider leurs positions avant de se lancer en direction du centre, ont-ils précisé.

L'offensive a été lancée vendredi à partir de plusieurs axes. Les forces irakiennes ont réussi à prendre plusieurs villages au sud de cette ville de taille moyenne, ont ajouté les responsables.
"Les forces armées sont entrées à Doulouïya" après avoir pris le contrôle de l'aéroport situé au nord de la ville et "renforcent les positions conquises", a dit un officier de l'armée à l'AFP. Elles sont la cible de francs-tireurs de l'EI et craignent les mines laissées par les jihadistes.
Un policier prenant part à l'assaut a confirmé à l'AFP la prise de l'aéroport en expliquant que les forces irakiennes tentaient de resserrer l'étau autour des jihadistes.

Doulouïya relie les provinces de Diyala (est) et Salaheddine (nord) et est située au sud de la ville de Samarra qui abrite l'un des principaux mausolées chiites.

L'EI, un groupe ultradical sunnite accusé de crimes contre l'Humanité, a lancé une offensive fulgurante en juin qui lui a permis de s'emparer de vastes régions sunnites d'Irak face à une armée en déroute.

Les forces gouvernementales dominées par les chiites ont ensuite cherché à regagner du terrain avec l'aide de combattants sunnites et kurdes et surtout l'appui aérien des Etats-Unis, à partir d'août, auxquels se sont joints ensuite des pays occidentaux dans le cadre de la coalition internationale antijihadistes.

Les combattants kurdes (peshmergas), alliés des forces irakiennes, ont lancé le 20 décembre une offensive depuis le sud de la ville de Rabia, à la frontière avec la Syrie, avec l'objectif de reconquérir au total un territoire d'environ 2.100 km2. A la faveur de cette offensive, ils ont réussi à briser le siège imposé au Mont Sinjar depuis septembre par l'EI.

L'armée a enregistré ces derniers mois plusieurs succès, en reprenant notamment la ville de Baïji (nord) et le barrage de Mossoul, le plus important du pays, ainsi que d'autres secteurs moins significatifs.


Lire aussi

En Syrie, l'Etat islamique a exécuté plus de 2000 personnes en six mois

Aafia Siddiqui, ou la "Lady el-Qaëda" qui risque de devenir "Lady État islamique"

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : lorsque sonne l’heure...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué