X

À La Une

Les peshmergas ont brisé le siège du Mont Sinjar, annonce un responsable kurde

Irak

Plusieurs chefs de l'EI ont été tués dans le nord de l'Irak par des frappes aériennes américaines.

OLJ/AFP
18/12/2014

Les combattants kurdes peshmergas, appuyés par l'aviation de la coalition internationale, ont brisé jeudi le siège du Mont Sinjar, dans le nord de l'Irak, imposé depuis des semaines par le groupe jihadiste Etat islamique (EI), a indiqué un haut responsable de sécurité kurde.

"Les forces peshmergas ont atteint le Mont Sinjar, le siège de la montagne a été levé", a déclaré à des journalistes Masrour Barzani, le président du conseil de sécurité de la région autonome du Kurdistan, dans un centre d'opérations près de la frontière syrienne.

Un chef yazidi, communauté majoritaire dans cette région, qui se trouve sur le mont a cependant indiqué ne voir aucun signe de déploiement militaire, alors qu'un commandant peshmerga a expliqué que l'évacuation des quelques milliers de personnes bloquées sur la montagne ne commencerait que vendredi.

 

(Lire aussi : « Deux d'entre nous ont refusé et ils leur ont coupé la tête devant nous »)

 

Dans un communiqué, le bureau de M. Barzani a indiqué que le siège avait été brisé à 15H30 GMT et était le résultat d'une opération impliquant 8 000 peshmergas. "Cette opération représente (pour les forces kurdes) l'offensive militaire contre l'EI la plus grande et la plus réussie", dit le texte. Selon lui, les jihadistes ont fui en masse en direction de leurs fiefs du nord irakien, comme Tal-Afar ou Mossoul, la deuxième ville du pays.

L'EI, qui s'est emparé de vastes régions d'Irak depuis le lancement en juin de son offensive dans le pays, avait mis la main en août sur la ville de Sinjar, au pied du Mont éponyme tenu par des combattants kurdes et yazidis mais assiégé par le groupe radical. C'est la prise de Sinjar qui avait conduit les Américains à entamer leur campagne de bombardements aériens pour tenter de freiner la progression du groupe EI.

Les forces kurdes ont lancé mercredi une offensive d'envergure destinée à reprendre la région de Sinjar mais aussi d'autres secteurs proches de la frontière syrienne. Selon M. Barzani, qui a parlé de 700 kilomètres carrés de terrain repris à l'EI en deux jours, cette offensive a permis de couper les routes d'approvisionnement clés utilisées par l'EI. Le général américain James Terry a pour sa part indiqué jeudi que les kurdes, grâce à l'appui massif de la coalition internationale, ont repris une centaine de kilomètres carrés aux jihadistes de l'EI près de Sinjar, au nord-ouest du pays.

 

(Lire aussi : Hagel à Bagdad : c'est aux Irakiens de gagner la guerre anti-jihadistes)

 

Plusieurs chefs de l’EI tués dans des frappes aériennes
Plusieurs chefs de l’EI ont été tués dans le nord de l'Irak par des frappes aériennes américaines, a annoncé jeudi un responsable américain. Ces morts sont "le résultat d'une série de frappes aériennes conduites ce mois-ci sur plusieurs jours", a précisé ce responsable sous couvert d'anonymat.

Le chef de l'EI, Abou Bakr al-Baghdadi, ne fait pas partie des victimes, a encore précisé ce responsable.
Ces frappes faisaient partie d'une stratégie visant à "réduire les capacités de l'EI à diriger et contrôler" ses troupes, a expliqué ce responsable.  Cette opération n'est pas "négligeable", a-t-il précisé, et s'inscrit dans un effort plus large pour accentuer la pression sur les jihadistes, alors que l'armée irakienne se prépare à une importante contre-offensive dans les mois à venir.

 

(Lire aussi : « Les daechistes sont en train de détruire une religion millénaire pacifique devant les yeux du monde entier »)


Le Wall Street Journal avait d'abord révélé que plusieurs chefs importants de l'organisation islamiste avaient été tués par l'armée américaine, selon des informations du général Martin Dempsey. "Ce sont des cibles de grande importance, des hauts responsables", a déclaré dans une interview le plus haut gradé américain.

 

En Syrie voisine, pays ravagé depuis près de quatre ans par la guerre et où l'EI contrôle aussi de vastes secteurs, le groupe jihadiste combat sur plusieurs fronts -régime, rebelles, kurdes et parfois les tribus. Mercredi, les corps de 230 personnes exécutées par l'EI ont été découverts par leurs proches dans une fosse commune dans la province de Deir el-Zor (est), selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Les victimes sont des membres de la tribu des Chaïtat qui avait tenté de se soulever contre l'EI.
Enfin, deux journalistes kurdes travaillant pour la chaîne de télévision kurde irakienne Rudaw Media Network ont été enlevés lundi par l'EI en Syrie, selon leur employeur.

 

Lire aussi

Depuis janvier 2014, une explosion de départ de jihadistes français vers la Syrie et l'Irak

La Turquie a saisi 80 millions de litres de pétrole vendus par l'EI

Pour mémoire

Irak: les jihadistes de l'EI assiègent de nouveau le Mont Sinjar

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants