Rechercher
Rechercher

Danemark

Comment changer un apprenti jihadiste déterminé à détruire le monde occidental ?

À Aarhus, des tuteurs proposent des programmes innovants pour déradicaliser de jeunes musulmans.

À Aarhus, des tuteurs proposent des programmes innovants pour déradicaliser de jeunes musulmans. Bjorn Lindgren/AFP

Comment changer un apprenti jihadiste déterminé à détruire le monde occidental ? À Aarhus, une ville du nord du Danemark, vous l'invitez à prendre un café et commencez à parler football.

C'est la méthode douce utilisé par Mads, tuteur dans un programme innovant qui cherche à déradicaliser de jeunes musulmans et à les empêcher de recourir à la violence. Ce jeune trentenaire est bénévole et refuse de dévoiler son vrai nom pour ne pas compromettre son travail. « Le type que je suis en ce moment voulait vraiment aller en Syrie », confie-t-il. « Mon objectif n'est pas de le couper de la religion parce que ce n'est pas un problème qu'il soit religieux, mais c'est de trouver un équilibre », explique-t-il. Les jeunes hommes avec lesquels Mads a travaillé ont grandi dans des quartiers comme Gellerupparken, dans de tristes immeubles en béton où 80 % de la population est d'origine étrangère.

 

(Lire aussi : Jihadistes français : « Il n'y a pas seulement Aïcha et Brahim, il y a aussi Jacqueline et Michel »)


Avec ses graffitis et ses vitres cassées, l'endroit est bien loin de l'image de prospérité du Danemark. À quelques pas de là, se trouve la mosquée de Grimhoej, qui a refusé de dénoncer l'État islamique (EI).
Sa présence est sans doute l'une des raisons pour lesquelles 30 habitants d'Aarhus, qui n'en compte que 324 000, se battent en Syrie. Pour rappel, le Danemark compte après la Belgique le plus grand nombre de ressortissants combattant en Syrie selon une estimation du magazine The Economist.

 

Une centaine de combattants danois
En outre, selon les services de renseignements danois, plus de 100 Danois ont pris part à la guerre civile syrienne. Au moins 16 d'entre eux ont été tués et une cinquantaine sont rentrés. Confronté à ce défi, le pays propose des programmes de réhabilitation à ceux qui seraient tentés par le jihadisme et, de manière plus controversée, à ceux qui sont de retour au Danemark.

 

(Lire aussi : Jihadistes français en Syrie : "le retour en terre de mécréance est interdit", avertit un recruteur)

Aussi, ces programmes participent d'une double approche : frapper les jeunes extrémistes d'une interdiction de sortie du territoire et les mettre en prison s'ils l'enfreignent, mais aussi investir dans des mesures préventives. En 2007, Aarhus a été la première commune danoise à instituer un programme de lutte contre la radicalisation. Des témoins de la radicalisation d'un proche peuvent communiquer son nom.

Après une évaluation de la personne, cette dernière peut se voir proposer un programme d'accompagnement pour l'aider à trouver une formation ou un emploi ainsi qu'un logement. « J'ai aidé celui avec qui je travaille actuellement à écrire des lettres de candidature pour des emplois à mi-temps, et nous sommes allés les déposer ensemble », explique Mads.

Cela dit, pour les tuteurs, qui rencontrent leurs protégés une ou deux fois par semaine, la tâche peut être ingrate. D'ailleurs, après des réunions régulières depuis le mois de mars, l'adolescent que Mads suit l'a récemment menacé de rejoindre la Syrie. Une nouvelle preuve que l'équilibre atteint est fragile.

 

Lire aussi
Ceux qui fuient leur propre liberté

« Je ne suis pas un terroriste, j'aime les filles, la vie et la France »


Comment changer un apprenti jihadiste déterminé à détruire le monde occidental ? À Aarhus, une ville du nord du Danemark, vous l'invitez à prendre un café et commencez à parler football.C'est la méthode douce utilisé par Mads, tuteur dans un programme innovant qui cherche à déradicaliser de jeunes musulmans et à les empêcher de recourir à la violence. Ce jeune trentenaire est...

commentaires (5)

"Comment changer un apprenti jihadiste déterminé à détruire le monde occidental ?" Avant tout il faut commencer par envoyer au diable l'imam qui l'a endoctriné et continue à d'inculquer librement à une multitude de jeunes un "jihad" criminel que la conférence d'Al-Azhar vient de condamner fermement.

Halim Abou Chacra

12 h 24, le 06 décembre 2014

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • "Comment changer un apprenti jihadiste déterminé à détruire le monde occidental ?" Avant tout il faut commencer par envoyer au diable l'imam qui l'a endoctriné et continue à d'inculquer librement à une multitude de jeunes un "jihad" criminel que la conférence d'Al-Azhar vient de condamner fermement.

    Halim Abou Chacra

    12 h 24, le 06 décembre 2014

  • Comment ? Mais en l'envoyant " s'instruire et s'éduquer" chez les mollâhs Per(s)cés, n'est-ce pas !? En le fakkihisant, quoi !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    11 h 28, le 06 décembre 2014

  • Je sais pas moi , promettez leur aussi des vierges a l'infini en cas de desintoxication au salafowahabisme allie aux sionistes manipulateurs et maîtres chanteurs , mr Mads , en plus vous portez bien votre nom traduit en anglais ..

    FRIK-A-FRAK

    10 h 59, le 06 décembre 2014

  • Vous rêvez, Messieurs! Une seule solution: Vous l'attrapez et l'enfouissez dans un trou à rat pour le restant de sa vie. Rien ne vaut la méditation et il aura tout le temps de convaincre son créateur de lui épargner le feu éternel.

    Paul-René Safa

    08 h 40, le 06 décembre 2014

  • DU RÊVE ! ET LES CRIMES COMMIS EN SYRIE ET EN IRAQ ET OU AILLEURS... ON N'EN PARLE PLUS ? ET LA JUSTICE ? 3ALA ALLAH ?

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    06 h 25, le 06 décembre 2014