À La Une

Liban : le cheminement vers l’indépendance en images

Dans nos archives
OLJ
22/11/2014

 

 

Faute de célébration de l'indépendance, puisque faute de président, nous ressortons de nos archives cette vidéo que nous avions préparée en 2013, pour les 70 ans de l'indépendance du Liban.

L'occasion, pour L'Orient-Le Jour, de revenir sur les épisodes marquants de la marche vers l'indépendance, des pendaisons de patriotes libanais sur la place des Martyrs en 1915 au retrait des derniers soldats français et anglais en 1946, en passant par le démembrement de l'Empire ottoman, la France libre au Levant ou encore l'épisode de Rachaya. En musique et en images.

 

Lire aussi

La fête de l'Indépendance annulée, une première au Liban

Google se met à l'heure de l'indépendance libanaise

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DES PATRIOTES... ET GRANDES PERSONALITÉS... ON EST PASSÉ AUJOURD'HUI AUX VAURIENS... DES "NULLITÉS" !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Comment bouder leur plaisir ? Et ne pas comprendre qu’ils avaient eu envie de s’étreindre, d’avoir la larme à l’œil et même de s’embrasser ? Ces Libanais(h) n’étaient plus cette bande d’irresponsables avant-hier encore stigmatisée par leur Français éhhh premier de cordée, mais le commando résolu Arabo-phéniciséàRien qui, prêt à tout et ne doutant de rien, avait trouvé la solution pour ce patelin ! Nulle ironie ne serait convenable, devant ce "pacte national" qui recouvre pourtant une multitude d’équivoques et de dérobades. Et, en tout cas, de rétractations par rapport aux engagements que les uns et les autres avaient pris auparavant. Ces ambiguïtés se retrouvent dans les plaidoyers que chacun prononce pour répondre à la question : qui a perdu, qui a gagné ? Car ces avis font plus que diverger, et sont nullement compatibles. Il s’agit d’un entrecroisement de plaidoiries dans le propre intérêt de chacun de ces Niais libanais(h). Les relire et, mieux encore, les confronter aux expertises assermentées de Mandataires français ; elles-mêmes discordantes ; est pour le moins déconcertant. Certes ils ne sont pas au bout du chemin, loin de là, et un certain nombre de pièces doivent encore être agencées dans l’imbroglio de ce pseudo Kottor-contrée. Donc, en attendant, il leur reste à croiser les doigts ou à décroiser les jambes, et espérer que ce vrai montage français bidulé tienne un temps soit peu encore ce chemin foireux et cabossé éhhh, éhhh libanais(h) !

Soeur Yvette

Merci...merci pour cette video

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.