Dernières Infos

Libye: trêve humanitaire de 12 heures à Benghazi (ONU)

AFP
19/11/2014

La mission de l'ONU en Libye a annoncé que les différentes parties s'affrontant à Benghazi, dans l'est du pays, avaient accepté une trêve humanitaire de douze heures mercredi, pour permettre notamment l'évacuation de civils des zones de combats.

Il s'agit de la première trêve depuis le lancement il y a un mois d'une nouvelle offensive du général Khalifa Haftar pour tenter de reprendre cette ville tombée en juillet aux mains de milices islamistes. Au moins 356

personnes ont péri dans ces combats.
La trêve ne semble cependant pas être totalement respectée, selon un journaliste de l'AFP sur place, qui a fait état de tirs à l'arme lourde entendus dans la ville, sans être en mesure d'en déterminer l'origine.
"Le chef de la Mission d'appui des Nations unies en Libye (Unsmil) Bernardino Leon a annoncé que les différentes parties dans le conflit à Benghazi avaient convenu d'une trêve humanitaire inconditionnelle dans les zones affectées, à partir de 7H00 (5H00 GMT) pour une durée de 12 heures", a indiqué l'Unsmil dans un communiqué transmis mercredi à l'AFP. La durée de la trêve pourrait être prolongée avec l'accord des deux camps, a-t-on ajouté de même source.

Selon l'Unsmil, cette trêve doit permettre au Croissant-Rouge libyen d'évacuer les civils des zones de combats, de récupérer les corps des morts et de faciliter l'évacuation des eaux usées qui ont inondé certaines zones de la ville en raison des combats.

Benghazi est l'une des zones les plus instables de la Libye, un pays dirigé par deux gouvernements et Parlements rivaux, et livré aux milices depuis le renversement de Mouammar Kadhafi au terme de huit mois de soulèvement en 2011. Deuxième ville du pays, Benghazi a été défigurée par les combats et connaît une pénurie de médicaments, de carburants et de nourriture.

Le général Haftar avait lancé une première offensive contre les islamistes dans la deuxième ville de Libye en mai, sans le soutien du gouvernement. En octobre, alors que les milices islamistes gagnaient en puissance, il a lancé une nouvelle campagne, soutenue cette fois par le gouvernement et le Parlement reconnus par la communauté internationale.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Le franbanais

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

Assez ! Khalass ! Enough !

Décryptage de Scarlett HADDAD

Médiation gouvernementale : le « Bassil nouveau » est arrivé !

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué