Rechercher
Rechercher

Liban - La bonne nouvelle du lundi

Une quarantaine de journaux, dont « L’OLJ », à l’honneur pour leur engagement dans un journalisme d’impact

Coupures d'électricité, crise économique, malaise social, clivages politiques accrus, tensions communautaires, vacance de la présidence, attentats... Face à l'ambiance générale quelque peu délétère, « L'Orient-Le Jour » s'est lancé un défi : trouver une bonne nouvelle chaque lundi.

Sur une grande banderole tendue le 24 septembre à l’occasion de l’Impact Journalism Day sur la façade de l’hôtel de ville à Paris, les logos de la quarantaine de médias partenaires, dont celui de « L’Orient-Le Jour ».

Il y a la petite bonne nouvelle, dont on ne prétendra pas qu'elle n'a pas un air d'autosatisfaction. Mais pas que.

Autosatisfaction, car notre logo s'est retrouvé la semaine dernière sur la façade de la mairie de Paris. Et pas sous la forme, improbable certes, d'un vague tag griffonné à la va-vite. Le logo de L'Orient-Le Jour et celui d'une quarantaine d'autres journaux du monde entier ont été imprimés sur une grande banderole, tendue le long de la façade de l'imposante bâtisse de l'hôtel de ville.

Cette exposition, nous la devons à Sparknews, une plate-forme en ligne rassemblant des initiatives citoyennes en faveur de la planète, et à un engagement pour un journalisme d'impact.
Sparknews est à l'origine de l'Impact Journalism Day, un événement éditorial qui rassemble des rédactions du monde entier autour de la publication, à la même période, d'un supplément consacré à des solutions positives et innovantes aux problèmes du monde.

Nous étions de la première édition l'année dernière, nous avons rempilé pour la seconde avec la publication d'un supplément le 20 septembre. Huit pages d'articles produits par L'Orient-Le Jour, Sparknews et la quarantaine de journaux partenaires, sur des initiatives porteuses d'espoir et de solutions.

Et c'est là que se trouve probablement la bonne nouvelle vraiment consistante : l'engagement de quarante journaux leaders dans le monde (de la Nacion en Argentine à l'Asahi Shimbun au Japon, en passant par Le Soir en Belgique, Politiken au Danemark, Le Monde en France, Prothom Alo au Bangladesh, La Presse au Canada, Daily Nation au Kenya, The Nation au Nigeria, The Straits Times à Singapour, al-Hayat en Arabie saoudite, L'Économiste au Maroc...) dans une forme de journalisme d'impact, un journalisme acteur.

Chaque jour apporte son flux d'informations, souvent anxiogènes. Chaque jour, des journalistes portent, comme le disait Albert Londres, « la plume dans la plaie ». Mais le monde n'est pas fait que de ça. Le monde, ce sont aussi des hommes et des femmes qui inventent, créent, innovent, et finalement trouvent des solutions à des problèmes sociaux, environnementaux, économiques, de santé...

En ralliant l'Impact Journalism Day (IJD), L'Orient-Le Jour et la quarantaine de médias partenaires promeuvent une autre forme de journalisme qui ne se limite pas à rapporter des flux d'informations. Avec l'IJD, nous nous voulons relais, passeurs, catalyseurs d'action.

Et ça marche ! En 2013, lors de la première édition de l'IJD, une femme à Singapour a lu dans le supplément spécial IJD du Straits Times un article sur un système ingénieux et pas cher de lunettes ajustables. Un système qui pourrait permettre à des millions de personnes démunies, enfants et adultes, de voir, et donc d'avoir une vraie chance d'apprendre et de vivre correctement. Il se trouve que le mari de cette lectrice est un haut responsable au sein d'une grande entreprise spécialisée dans les verres de lunettes. Cet homme a lu l'article et rapidement est entré en contact avec la rédaction du Straits Times, qui l'a renvoyé vers Sparknews, lequel l'a mis en contact avec l'inventeur. Aujourd'hui, la grosse entreprise et l'inventeur ont lancé un projet pilote en Inde.

Cette année, Sparknews et la quarantaine de médias partenaires ont produit une centaine d'histoires, qui ont été livrées à un lectorat total de 100 millions de personnes.

Et là nous arrivons à la potentielle vraie, grosse, bonne nouvelle : que vous, lecteurs, embarquiez dans l'aventure, partagiez ces innovations, vous en inspiriez, agissiez.
Que vous preniez le relais en somme.


Dans la même rubrique

Le dispensaire juridique de l'USJ : la loi à la portée de tous

L'entreprise la plus rentable de France est dirigée par un Libanais, révèle « L'Express »

Des espaces beyrouthins dans les « tops » de la presse internationale

Acra, Saab, Murad : les designers libanais font l'actu mode du mois

Le Liban et ses jeunes ont les honneurs de la liste MIT des innovateurs


Il y a la petite bonne nouvelle, dont on ne prétendra pas qu'elle n'a pas un air d'autosatisfaction. Mais pas que.Autosatisfaction, car notre logo s'est retrouvé la semaine dernière sur la façade de la mairie de Paris. Et pas sous la forme, improbable certes, d'un vague tag griffonné à la va-vite. Le logo de L'Orient-Le Jour et celui d'une quarantaine d'autres journaux du monde entier ont...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut