Rechercher
Rechercher

Liban - Célébration

Journée pour la paix au Liban 2014 : le glamour au service du bien

Des photographies de mode exposées à Zaitunay Bay et un défilé « vertical » au service de la paix, tel est le pari ambitieux réalisé par Nabil Tabet et son équipe.

May el-Khalil, présidente du Marathon de Beyrouth et une des figures emblématiques de l’événement, et Nabil Tabet, à l’origine de l’initiative.

Il y a 33 ans, les Nations unies ont décrété le 21 septembre « Journée internationale de la paix ». Mais ce n'est que depuis trois ans que le Liban célèbre un événement « dont il a pourtant grand besoin », souligne Nabil Tabet, organisateur de l'événement.
Parrainé par les ministères du Tourisme et de la Culture, et soutenu par de prestigieux sponsors, l'événement promeut, autrement, la paix en faisant intervenir des acteurs de différentes sortes: artistes, stylistes, sportifs, hommes d'affaires, ambassadeurs, personnalités médiatiques. Mona Hraoui, ancienne Première dame, est d'ailleurs la marraine du projet.
Cette année, cinq stylistes, Karen Karim, Karine Tawil, Celine der Torossian, Cynthia Fadlallah et Mira Saidi, ont travaillé avec cinq photographes, Nathalie Nasr, Diane Aftimos, Charles Cremona, Clément Tannoury et Noël Nasr, pour produire des photographies de mode, le tout dans cinq lieux emblématiques du pays: Byblos, Batroun, Tyr, Beiteddine et les Cèdres. Ces travaux sont exposés jusqu'au 21 septembre à Zaitunay Bay. Bouquet final, un défilé de mode « vertical » aura lieu demain vendredi 19 et samedi 20 septembre au même endroit. Cette performance originale, qu'il faudra découvrir en direct pour en saisir le sens, aura probablement de quoi satisfaire les amateurs de prouesses
techniques.
En utilisant le patrimoine libanais pour en faire un outil contemporain au service de la paix, l'initiative est un moyen d'accroître le prestige du pays au-delà de ses frontières. Il s'agit de montrer que les Libanais sont des gens pacifiques qui aspirent à une certaine forme de légèreté, loin de l'image belliqueuse qu'on leur prête parfois: «Ici, les boîtes de nuit sont pleines, les gens vont à la plage. Quoi de plus pacifique?» s'interroge M. Tabet, qui finance partiellement le projet à travers son agence de relations
publiques.
Ni politique ni religieuse, cette initiative se veut glamour. Adriana Karembeu, dont la présence a été fort remarquée à l'occasion du lancement de l'initiative il y a trois ans, en est la preuve. Lorsque l'on demande à Nabil Tabet si cela ne contribue pas à entretenir une forme de superficialité nocive, sa réponse est sans appel : « Ce n'est pas mauvais que les gens soient dépolitisés, dans le mesure où la politique libanaise nuit plus qu'elle n'améliore la situation du pays. Il s'agit d'une politique de guerre qui ne sert en aucun cas la cause pacifique. »
Ce professionnel de la communication, qui a longtemps vécu en France et a travaillé comme directeur marketing international pour la marque de luxe Chloé, a profité de son retour en terre libanaise, il y a onze ans, pour mettre sa créativité au service de son pays: «Je me suis dit qu'il était temps de faire quelque chose. Le Liban est un peu libéré, autant en profiter pour organiser un événement glamour, mais utile.»
L'an dernier, une compétition sportive donnait la réplique à des performances artistiques en live. L'an prochain, les thèmes de la Journée pour la paix au Liban seront la musique et la danse, inscrites dans une perspective plus internationale. Il faudra attendre pour en savoir plus. D'ici là, il est possible de suivre l'actualité de cette initiative en se connectant sur la page Facebook de l'événement
(https ://www.facebook.com/JourneePourLaPaixDuLiban).


Il y a 33 ans, les Nations unies ont décrété le 21 septembre « Journée internationale de la paix ». Mais ce n'est que depuis trois ans que le Liban célèbre un événement « dont il a pourtant grand besoin », souligne Nabil Tabet, organisateur de l'événement.Parrainé par les ministères du Tourisme et de la Culture, et soutenu par de prestigieux sponsors, l'événement promeut,...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut