X

À La Une

Avec le décès de Hani Fahs, la communauté chiite libanaise perd une de ses grandes figures

Liban
OLJ
18/09/2014

Dans le coma depuis des semaines, ses poumons ne fonctionnant quasiment plus, il continuait de lutter. Jeudi, l'uléma Hani Fahs, 68 ans, a fini par rendre les armes. Avec ce décès, la communauté chiite du Liban perd une de ses grandes figures.

Descendant du prophète, d'où son titre de sayyed, Hani Fahs faisait partie du courant chiite démocratique qui refuse l’allégeance au guide spirituel iranien. Autorité morale et religieuse très respectée, il prônait un ancrage libanais pour la communauté chiite du pays. A ce titre, il avait notamment critiqué l'engagement du Hezbollah en Syrie aux côté du régime de Bachar el-Assad.

Ces derniers mois, il s'était encore impliqué dans la situation en Irak. En juillet, il avait déploré l'exode forcé des chrétiens de Mossoul face à l'offensive du groupe État islamique (EI), qui a pris le contrôle de la ville irakienne le 10 juin.

Il y a quelques jours, alors qu'il était déjà hospitalisé, il avait dépêché son fils, le journaliste Moustapha Fahs, pour lire un message en son nom au Xe congrès du Rassemblement de Saydet el-Jabal. Le message était centré sur la nécessité inéluctable pour les Libanais d'édifier l'État, de le séparer de la religion et d'œuvrer à l'émergence de la citoyenneté.

Philosophe, penseur et auteur d'une dizaine de livres, le dignitaire chiite dénonçait régulièrement la vacance à la tête de la République libanaise. En juillet, deux mois après la fin du mandat du président Michel Sleiman et alors que les députés avaient échoué à élire un successeur (une situation qui perdure jusqu'à aujourd'hui), Hani Fahs avait déploré l'affaiblissement de l'État, "qui se retrouve aujourd'hui sans tête, sans décision et sans législation, sans sécurité également et avec une économie déliquescente". "Nous sommes en présence d'une nation dénuée de culture politique, de dialogue, (...) aux prises avec l'extrémisme réel et fictif, et d'un chaos effarant", avait également affirmé cheikh Fahs, qui martelait que "les considérations privées de type communautaire, sectaire ou partisan ne peuvent s'ériger au rang de la chose publique".

Hani Fahs était un pôle du dialogue islamo-chrétien. Un engagement qui lui avait valu des inimitiés. En mai 2011, son domicile dans la banlieue-sud de Beyrouth avait été la cible d'une attaque.

L'uléma savait aussi l’importance de prendre en considération la jeunesse. En 2004, il avait déclaré à L'Orient-Le Jour :  "J’appelle les jeunes à humaniser les différentes questions et à œuvrer vers la complémentarité. S’ils peuvent réaliser leurs intérêts personnels par des moyens légitimes, ils pourront également contribuer au redressement de la sphère publique. Ils sauront comment renouer avec le dialogue. Je suis pour le dialogue et l’interaction entre les générations.".

Le rayonnement du sayyed dépassait les frontières du Liban. En juin dernier, le chef de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, lui avait accordé ainsi qu'à sa famille la nationalité palestinienne et des passeports diplomatiques en signe de reconnaissance pour sa défense de la cause palestinienne.
M. Abbas avait envoyé son fils, Yasser Abbas, à Beyrouth pour remettre en main propre les documents à Hani Fahs.

 

Hani Fahs, né à Jebchit, près de Nabatieh (Liban-Sud), avait sept enfants, cinq garçons et deux filles. Il a étudié la religion à Najaf, en Irak, et a vécu à Qom en Iran de 1982 à 1985.

 

Lire aussi

Hani Fahs, l'homme cerné par les questions

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Ali Farhat

Et je souhaite rajouter ceci... A madagascar, dans ce cher et fabuleux pays des habitants très pacifistes et pacifiques (et je le dis aussi pour ceux qui ont des pauvres domestiques malgaches, afin qu'ils les traitent avec beaucoup d'égard et de RESPECT... car rappelons-nous bien qu'etre pauvre ne veut en rien dire manquer/ne pas avoir de dignité humaine), il s'y trouve une communaute qui s'appelle "BeTsyMissaraka" traduit en français: Ceux qui sont nombreux que l'on ne peut séparer (ou qui ne se separent pas). Y en a d'autres dans le monde.. certains l'auront compris!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES BONS... LA LOGIQUE... PART ! ALLAH YIR7AMOU !

Ali Farhat

Le turban Noir a une grande signification pour les musulmans et pour les chiites en particulier. Paix à cette Ame qui était proche de Dieu sur terre qui repart vers son créateur. Dans ces circonstances, on dit en arabe "inna lillah wa inna ilyhi raji3oun". Nous perdons là un des sages de notre pays. Pas la peine de préciser de que c'est la communauté chiite qui le perd avec cette prise de distance qui porte en soi quelque chose de comment dire... de non appartenence à la meme citoyenneté, à la meme patrie... et je n'use ici pas exprès le terme "nation". Cette dernière étant dure et longue à contruire meme pour les plus avancés en la matière. Certaines pensées qui crées ce sentiment, il ne faut pas forcément les manifester, et si on y arrive pas, ben on passe l'information comme simple fait nécrologique.

Olivier Georges

Le fait d'avoir précisé la communauté chiite et non le peuple libanais veut tout dire...

Jouni Nadia

Que ce grand homme repose en paix! Il manquera a beaucoup assurement ! J ose esperer qu il a transmis sa sagesse a un grand nombre de libanais, je viens, helas de connaitre le personnage.je vais me precipiter pour lire ses livres, qui l inscrivent dans l eternite...

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarllet Haddad

Le commandant en chef de l’armée et l’agenda politique

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants