Un monde de solutions (II)

Il n’y a pas d’âge pour cohabiter

En bref
Didier Dillens | Le Soir-Victoire pour Sparknews/Belgique
20/09/2014

 

 

La preuve avec les maisons Abbeyfield, un mouvement né dans la banlieue de Londres en 1956 qui a essaimé en Belgique en 1995. Une maison Abbeyfield est un habitat groupé participatif à taille familiale réunissant huit à douze aînés encore autonomes qui, plutôt que de vivre dans la solitude et parfois l'insécurité ou la précarité financière, décident de partager certaines activités, tout en gardant leur indépendance. Particularité d'une telle maison: tout se fait en autogestion et chacun participe activement à l'organisation du quotidien, aidé éventuellement par des bénévoles extérieurs.


Autre caractéristique, le mélange des âges qui en fait un projet intergénérationnel à part entière. Les maisons rassemblent des seniors actifs à partir de la cinquantaine jusqu'au quatrième âge et plus! «Il y a une grande solidarité qui se crée. Les plus jeunes ou les plus valides aident les plus âgés ou ceux qui souffrent de problèmes de santé. Tout le monde se soutient mutuellement, se rend des services, partage des sorties et des activités », souligne Chantal Couvreur, présidente d'Abbeyfield Belgium.


Abbeyfield est une forme de label, organisé aux niveaux international et national, mais ce sont les résidents eux-mêmes qui fixent les règles de leur habitat collectif. «Ce sont eux qui décident de tout: ils cuisinent leur propre repas ou font appel à un service traiteur, décident des activités qu'ils souhaitent faire en commun. Pour eux, ça devient un nouveau projet de vie», s'enthousiasme Chantal Couvreur.
Le mouvement se veut aussi une réponse humaine et financièrement abordable aux grands problèmes du vieillissement de la population. « C'est un des grands défis actuels. Faire face à une population vieillissante avec des moyens qui diminuent et des jeunes générations de moins en moins disponibles pour toute une série de raisons. Avec Abbeyfield, les personnes se regroupent et se prennent elles-mêmes en charge le plus tôt possibles, avant que les problèmes n'arrivent.»


Aujourd'hui présent dans dix-sept pays, Abbeyfield regroupe plus de mille maisons abritant au total dix mille personnes. En Belgique, ce type d'habitat est soutenu par la Fondation Roi Baudouin et suscite un intérêt croissant de la part des pouvoirs publics et des familles. Quatre maisons ont déjà vu le jour à Bruxelles et en Wallonie. Plusieurs projets devraient se créer en Flandre. En Wallonie, une nouvelle maison Abbeyfield devrait ouvrir ses portes la fin de cette année, à Perwez, et une autre, en 2015, à
Chastres.

 

À la une

Retour au dossier "Un monde de solutions (II)"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Rencontres

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.