Rechercher
Rechercher

Liban - Liban

Les réfugiés syriens personae non gratae dans des localités chiites de la Békaa et du Sud

Nombre de réfugiés syriens dans les caza de Baalbeck et de Tyr sont en train de démonter leurs tentes suite à des ultimatums et des menaces. Ils poseront le peu de bagages qu'ils ont dans d'autres villages du pays.

Des tentes de réfugiés syriens ont été brûlées dans diverses localités chiites de la Békaa, notamment à Talia et à Brital.

Depuis les événements de Ersal et l'enlèvement des militaires libanais dans le jurd de la localité par des militants de l'État islamique et du Front al-Nosra, les agressions contre les réfugiés syriens – majoritairement sunnites – se sont multipliées dans les localités chiites du Liban.

Ainsi, des tentes ont été brûlées à Talia et à Brital il y a une dizaine de jours. Samedi dernier, selon des témoins, des habitants de Taybé ont mis à nouveau le feu à des tentes de réfugiés. Effrayés par ces exactions, des centaines de déplacés ont quitté dimanche Rayak et Baalbeck pour s'installer dans des localités sunnites, notamment dans la Békaa.
Des ressortissants syriens ont été agressés et roués de coups dans la banlieue sud de Beyrouth, notamment sur la vieille route de l'aéroport.
À Hazmieh, non loin du rond-point Sayyad, un minibus appartenant à un Syrien a été brûlé et son chauffeur, ressortissant syrien, a été passé à tabac.

 

(Lire aussi : Le vent de la discorde sectaire souffle sur la Békaa)


Dans une dizaine de localités de la Békaa, région qui compte plus de 430 000 réfugiés syriens, soit un peu moins de la moitié des déplacés qui se trouvent au Liban et dont le nombre a atteint les 1,1 million, les personnes dans les campements champignons ont été invitées à partir.
Plusieurs municipalités du caza de Baalbeck, notamment Ali Nahri, Chaat, Hoch el-Ghanam et Younine, démentent avoir elles-mêmes demandé aux réfugiés de partir, affirmant que ce sont certains habitants hostiles aux Syriens qui auraient proféré des menaces contre eux.
Dans le caza de Tyr, dans la localité de Bourj el-Chemali, le président du conseil municipal, Ali Dib, a donné hier un ultimatum de 48 heures aux Syriens pour démanteler le campement champignon constitué de plus de deux cents tentes dans sa localité. « Nous ne voulons pas de cellules terroristes chez nous. Nous ne les expulsons pas, mais nous sommes inquiets pour notre sécurité », a-t-il-dit. « Nous demandons à ceux qui les emploient de les loger, et ainsi les Syriens seront les bienvenus chez nous », a-t-il ajouté.

 

(Lire aussi : Journée de folie dans la Békaa avec des enlèvements et des contre-enlèvements sunnito-chiites)

 

« Capacité réduite des localités libanaises »
Dans un entretien téléphonique avec L'Orient-Le Jour, la responsable presse du HCR au Liban, Dana Sleiman, a indiqué que l'organisation onusienne « est en contact permanent avec les autorités libanaises pour relocaliser les réfugiés déplacés », soulignant que « chaque localité du Liban a une capacité précise pour recevoir un nombre supplémentaire d'habitants ». Elle a aussi noté que « jusqu'à présent, l'on ne peut pas quantifier le nombre des réfugiés qui ont été obligés de partir », poursuivant qu'ils « ne sont pas très nombreux ». Mme Sleiman a rappelé que « 78 % des réfugiés enregistrés auprès du HCR sont des femmes et des enfants, et qu'ils sont là pour des raisons humanitaires ».


Dans une interview à la New TV, le ministre des Affaires sociales, Rachid Derbas, a indiqué qu'il « n'existe plus de raisons pour les Syriens de venir au Liban pour des raisons humanitaires car toutes les régions syriennes limitrophes au pays sont devenues désormais calmes, et nous n'accepterons pas d'accueillir des personnes venant de localités syriennes éloignées géographiquement du Liban ». « Il n'est pas question de rapatrier des réfugiés qui ne veulent pas rentrer chez eux, mais nous limiterons désormais les entrées au Liban », a-t-il poursuivi.

Dimanche, le Premier ministre, Tammam Salam, avait appelé les Libanais à « ne pas se livrer à des actes de vengeance ». « Les réfugiés syriens font partie de notre famille. Ils ont demandé notre aide et nous les assistons », avait-t-il souligné.

 

Lire aussi
Machnouk n'exclut pas la fermeture de la frontière avec la Syrie

À Bourj Hammoud, les Syriens « de première génération » dans l'expectative

La difficile coexistence entre Libanais et réfugiés syriens au Liban-Sud


Depuis les événements de Ersal et l'enlèvement des militaires libanais dans le jurd de la localité par des militants de l'État islamique et du Front al-Nosra, les agressions contre les réfugiés syriens – majoritairement sunnites – se sont multipliées dans les localités chiites du Liban.
Ainsi, des tentes ont été brûlées à Talia et à Brital il y a une dizaine de jours. Samedi...

commentaires (5)

XÉNOPHOBIE SECTAIRE QUAND TU LES TIENS !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

09 h 37, le 10 septembre 2014

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • XÉNOPHOBIE SECTAIRE QUAND TU LES TIENS !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    09 h 37, le 10 septembre 2014

  • Il y a un moment où les gens saturent, et les Libanais se sont montrés on ne peut plus tolérants. Il est temps qu'on comprennent ce qu'ils ressentent aujourd'hui...

    NAUFAL SORAYA

    10 h 57, le 09 septembre 2014

  • Alors pourquoi le Hezbollah combat en Syrie si c'est pour se conduire de façon si mauvaise dans les territoires qu'il contrôle au Liban. Ces réfugiés ont tout perdu, y compris l'honneur Nous devons les aider, surtout leurs enfants à concevoir un monde humain mieux que celui qu'ils ont vécu avec Le petit Hitler Le petit pays qu'est le Liban ne peut pas supporter à lui tout seul les réfugiés qui représente presque le quart de sa population Alors, nous libanais, nous devons nous battre auprès des instances internationales pour nous aider. Oui, ou est le Président de la République ? Ou est le gouvernement qui arrive à peine à résoudre les problèmes nationaux? On est plus mal que les réfugiés si on inclut notre cancer national

    FAKHOURI

    10 h 10, le 09 septembre 2014

  • IL FAUT SORTIR DE CHEZ EUX ET ARRTÊTER DE LES TUER ... AVANT DE LES CHASSER DE CHEZ SOI!

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION

    09 h 12, le 09 septembre 2014

  • Malheureusement on comprend le comportement des habitants dans un pays confessionnel par excellence .

    Sabbagha Antoine

    07 h 33, le 09 septembre 2014

Retour en haut