X

À La Une

Émouvante lettre posthume de James Foley à sa famille

Etats-Unis

Le journaliste américain raconte son quotidien d'otage, avant qu'il ne soit décapité.

OLJ/AFP
25/08/2014

Il était emprisonné avec 17 autres personnes dans une seule cellule, passait par des hauts et des bas: le journaliste américain James Foley a raconté, dans une émouvante lettre posthume à sa famille, son quotidien d'otage, avant qu'il ne soit décapité.

Sur leur page Facebook "Free James Foley", ses parents expliquent que toutes les lettres qu'il écrivait à sa famille durant sa captivité étaient confisquées par ses geôliers. En juin, le journaliste américain de 40 ans a donc demandé à un otage qui devait être libéré de mémoriser une lettre. Une fois libéré, celui-ci l'a dictée à la mère de James Foley, Diane.

James Foley y raconte des souvenirs d'enfants avec ses parents et ses frères et sœur, les remercie de prier pour lui, et leur demande de "rester forts". "Nous avons été 18, détenus ensemble dans une cellule, ce qui m'a aidé", y "écrit" Foley, enlevé en novembre 2012 en Syrie. "Nous avons eu des discussions sans fin sur des films, des anecdotes, le sport", raconte-t-il.

Avec ce qu'ils trouvent dans leur cellule, les prisonniers bricolent des jeux de société. "Nous avons trouvé des moyens de jouer aux dames, aux échecs, à Risk" (un jeu de stratégie), raconte James Foley. Ils organisent même des tournois pour aider à passer le temps. "Nous rions pour briser la tension", explique-t-il.
Il dit avoir "eu des bons jours et des mauvais jours".

Parfois un otage est libéré. "Nous sommes tellement reconnaissants quand quelqu'un est libéré. Mais bien sûr, nous aspirons à notre propre libération. Nous essayons de nous encourager les uns les autres, et de partager de la force. Nous sommes maintenant mieux nourris, et tous les jours. Nous avons du thé, parfois du café. J'ai repris presque tout le poids que j'avais perdu l'an dernier".

 

(Lire aussi : Les États-Unis ont tenté, en vain, de secourir des otages américains en Syrie)



"Je pense beaucoup à mes frères et sœur", raconte aussi Foley, qui évoque ensuite des souvenirs avec chacun d'entre eux. "Je me souviens de tellement de bons moments en famille, qui me font échapper de cette prison", dit-il aussi. "Je sais que vous priez pour moi, et je suis tellement reconnaissant. Je prie pour que vous restiez forts et gardiez confiance", ajoute-t-il.

Ses derniers mots sont à l'adresse de sa grand-mère, à laquelle il demande de bien prendre ses médicaments. "Prends tes médicaments, fais des marches, et continue à danser. J'ai l'intention de t'emmener chez Margarita quand je serai à la maison. Reste forte, parce que je vais avoir besoin de ton aide pour reprendre possession de ma vie", raconte encore Foley.

Le journaliste, qui travaillait pour le GlobalPOst de Boston lorsqu'il a disparu, a été décapité par l'Etat islamique, qui a posté les images de son exécution sur internet le 19 août.
Sa mort a suscité une émotion considérable en Occident.

 

Lire aussi
Steven Sotloff, l'autre journaliste que les jihadistes menacent d'exécuter

Ces responsables musulmans qui dénoncent l'Etat islamique

Otages : Les États face au dilemme des rançons

Islamisme ou autoritarisme ? Ni pile ni face !

 

Repère
Tout ce qu'il faut savoir sur l'Etat Islamique

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants