X

Économie

La FBME s’interroge sur les mesures prises par la Banque centrale de Chypre

Liban - Finance

La Banque centrale de Chypre a fait part de sa volonté de vendre la filiale de la FBME, une banque détenue par des Libanais accusés par le Trésor américain de blanchiment d'argent, actuellement sous sa tutelle. Une mesure qualifiée d'« hostile » et remise en cause par le principal intéressé.

OLJ
25/07/2014

Dans un communiqué récemment rendu public, la FBME Bank a réitéré sa volonté de coopérer « pleinement et sans équivoque » avec les autorités américaines et indiqué qu'un dialogue dans ce sens avait été engagé et une expertise comptable judiciaire proposée. « La banque croit fermement que l'examen juricomptable mettra en lumière les vérifications robustes et extensives mises en place par la FBME vis-à-vis de tous ses clients et de tous les paiements effectués », a souligné le communiqué.
Mais, tandis que la banque, détenue par des Libanais mais basée en Tanzanie, sans présence effective au Liban, a affirmé être sereine face aux accusations de blanchiment d'argent lancées le 15 juillet par le Trésor américain, elle a toutefois fait part de son « inquiétude » vis-à-vis du comportement « peu coopératif » de la Banque centrale de Chypre (CBC).
« La FBME a été placée dans une position difficile par la CBC », a dénoncé le communiqué. En effet, « le but de cette réorganisation (découlant de la prise de contrôle), tel qu'avancé par la CBC, est de vendre la branche chypriote de la FBME afin de protéger les déposants. Mais la banque se demande si cette mesure bénéficiera réellement à ces derniers », a-t-il expliqué.
Car, poursuit le texte, cette mesure intervient alors que la situation financière de la banque est « saine » et « en pleine conformité avec les critères d'adéquation de fonds propres et de solvabilité requis par la Banque centrale européenne » – même si, a-t-il noté, depuis l'annonce du Trésor américain, « la FBME a rencontré des difficultés d'accès aux marchés financiers ».
« Étant donné que la CBC est intervenue à un moment où la banque affiche des ratios de solvabilité exceptionnellement élevés, il est naturel que la FBME se demande si l'action en cours de la Banque centrale chypriote est réellement motivée par ses préoccupations envers les déposants, ou par les critères financiers de la CBC elle-même (...) », s'est interrogée en conclusion la banque, n'hésitant pas à qualifier cette mise sous tutelle d'« hostile ».
Il convient de rappeler que la filiale de la FBME à Chypre a été placée vendredi dernier sous contrôle de la CBC. Cette action faisait suite à un communiqué exhaustif de plusieurs pages publié trois jours plus tôt par le Financial Crimes Enforcement Network (ou FinCen), le bureau du Trésor américain chargé de la lutte contre les fraudes et autres délits financiers. Accusant, entre autres, la FBME de blanchiment d'argent et de contribuer au financement du terrorisme, le FinCen avait annoncé que cette banque était désormais inscrite sur la liste noire des États-Unis.

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Budget : le face-à-face Gebran Bassil-Ali Hassan Khalil

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants