X

À La Une

L'Etat islamique vend du pétrole syrien à des négociants irakiens

syrie

Les rebelles prennent le dessus sur les jihadistes près de Damas.

OLJ/AFP
21/07/2014

Les rebelles syriens ont marqué des points dans la région de Damas face aux jihadistes de l'État islamique (EI, ou Daech), qui s'est emparé de larges territoires en Syrie et en Irak et est en train de vendre du pétrole syrien à des négociants irakiens.

Les rebelles mènent la guerre contre les jihadistes ultra-radicaux sunnites de l'EI et contre le régime de Bachar el-Assad, qui s'est dit lundi sûr de "victoire" grâce au soutien de ses alliés, notamment la Russie.

Après des revers cuisants subis dans le nord et surtout l'est de la Syrie et à l'issue d'une offensive lancée il y a trois semaines, les rebelles ont réussi a chasser les combattants de l'EI de quatre de leurs bastions au sud-est de Damas, Mesraba et Maydaa, dans la Ghouta orientale, ainsi que de Yalda et Beit Sahem, mais ils résistent toujours dans d'autres localités au sud la capitale syrienne.
"Les combattants chassés se sont retranchés dans Hajar al-Aswad, Tadamon et Qadam", des quartiers au sud de Damas, où ils ont une forte présence, a indiqué Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Et lundi à l'aube, des combats ont éclaté à Hajar al-Aswad et Qadam entre l'EI et les rebelles, rapporte l'Observatoire selon qui les rebelles "veulent en finir avec la présence de l'EI dans la région de Damas".
"L'État islamique n'a plus de bases dans la Ghouta orientale et nous poursuivons les résidus de cette organisation. (...) Nous pouvons dire qu'ils n'ont plus une forte présence dans la région de Damas", a affirmé via internet le capitaine Abdel Rahmane al-Chami, porte-parole de Jeish al-Islam, une des composantes du Front islamique (coalition de brigades rebelles islamistes).

Depuis le début de l'insurrection armée en Syrie, la région de Damas est restée un bastion de la rébellion et malgré de nombreuses offensives, l'armée, forte de son aviation et du soutien du Hezbollah, n'a pas réussi à les déloger.

Les rebelles défendent par ailleurs leurs bastions à Alep (nord) et dans le Sud. Lundi à l'aube, au moins 10 personnes -une enfant, une femme et sept rebelles dont un commandant islamiste- ont péri dans les raids de l'armée de l'air qui visent quotidiennement l'ex-capitale économique du pays.

 

Régime déterminé
Le régime est sûr de sa "victoire" sur les rebelles grâce au soutien de ses alliés et notamment celui de Moscou, a affirmé le chef de la diplomatie syrienne Walid Mouallemn dans une lettre à son homologue russe.
Le régime assimile la contestation à du "terrorisme" depuis le début des manifestations pacifiques ayant dégénéré face à une répression brutale en insurrection armée puis en guerre civile qui a fait plus de 170.000 morts et 9 millions de déplacés.
"La Syrie est plus que jamais déterminée à écraser les terroristes pour défendre sa souveraineté (...) et la sécurité de la région", a assuré M. Mouallem.

En guerre ouverte depuis janvier avec les rebelles, l'État islamique a pris le contrôle de la grande majorité de l'est syrien, avec ses champs de pétrole et de gaz et une partie de la frontière nord avec la Turquie, où ils sont également en conflit avec les Kurdes qui défendent leur autonomie.

 

(Lire aussi : C'est quoi au juste un État islamique ?)



Selon l'OSDH, l'EI vend du pétrole et du gaz liquide extraits des champs qu'ils contrôlent en Syrie à des négociants irakiens qui les transportent quotidiennement dans des camions-citernes vers l'Irak. D'après M. Abdel Rahmane, "le baril de pétrole est vendu aux commerçants irakiens entre 20 et 40 dollars".
L'OSDH indique par ailleurs que l'EI vend également du pétrole à des prix bas, de 12 à 18 dollars, dans les régions qu'il contrôle en Syrie "afin de s'attirer le soutien de la population locale".

L'EI, qui affiche sa volonté hégémonique et a annoncé fin juin l'établissement d'un "califat" à cheval sur la Syrie et l'Irak, revendique des "châtiments" atroces à l'encontre de ses ennemis comme des crucifixions, des décapitations et même récemment des lapidations de femmes accusées d'adultère.

 

Lire aussi
Assad reconduit sa vice-présidente, aucune mention de Chareh

 

Reportage
A Damas, les habitants savourent un semblant de normalité

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Une semaine décisive pour le gouvernement

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants