Liban

Les mystères de l’EIIL et la main des États-Unis...

Éclairage
02/07/2014

L'imbroglio irakien continue d'occuper les chancelleries du monde entier, soucieuses de comprendre les réelles motivations de l'EIIL qui a proclamé son califat sous la houlette du calife Ibrahim (Abou Bakr el-Baghdadi). Ce groupe a-t-il son agenda propre ou est-il manipulé par des parties internationales ou régionales ? Où s'arrêtera-t-il ?

Les questions sont multiples et d'autant plus actuelles que le groupe s'est empressé de désigner un émir pour le Liban, Abdel Salam al-Ourdouni. Cet homme, qui a été détenu à la prison de Roumieh avant d'en être sorti dans des circonstances mystérieuses, est aujourd'hui activement recherché par les services libanais, même s'ils ont peu de chances de le retrouver, car, en raison de ses nouvelles fonctions, il doit être bien protégé soit dans un camp palestinien, soit quelque part sur la portion de territoire syrien contrôlée par l'EIIL. Les services de sécurité déploient actuellement beaucoup d'efforts pour tenter de surveiller les camps palestiniens. Ils avaient compté sur le déploiement d'une force interpalestinienne dans le camp de Aïn el-Héloué pour couper court à d'éventuelles tentatives de déstabilisation. En principe, un accord avait été conclu à ce sujet, avec l'Autorité palestinienne et entre toutes les autres organisations, notamment le Hamas, pour qu'une force de 160 hommes se charge de la sécurité dans le camp et empêche les éventuels fauteurs de troubles d'agir.

Azzam Ahmad avait été même dépêché par l'Autorité palestinienne au Liban pour superviser le déploiement de la force dans le camp. Mais il n'a jamais eu lieu pour des raisons qui n'ont pas encore été divulguées et, en tout cas, la force n'aura pas accès au quartier des « Tawarek » où se cachent les groupes extrémistes. C'est dire qu'en dépit de la bonne volonté déclarée de l'Autorité palestinienne et du Hamas, les zones d'ombre demeurent multiples et les services de sécurité maintiennent leur état d'alerte, sachant que les développements en Irak et en Syrie n'ont pas fini de surprendre tout le monde.

 

(Lire aussi : Le califat, un rêve pour les islamistes)


S'il est certain que certaines parties en Arabie saoudite ont cru pouvoir profiter de la percée de l'EIIL en Irak pour mettre en difficulté l'Iran et couper le lien territorial entre Téhéran, Damas et le Sud-Liban, il est aussi vrai que la soudaine proclamation par l'EIIL du califat islamique a pris de court les dirigeants saoudiens. Pourtant, dans le discours fondateur de ce califat, le porte-parole du calife Ibrahim n'a pas mentionné « les royaumes » (ni Israël d'ailleurs) comme faisant partie du califat islamique, se contentant de parler des émirats du Golfe, de la Syrie, de la Jordanie et du Liban, en plus de l'Irak bien sûr. Certains analystes ont voulu mettre en cause l'authenticité de cet enregistrement vocal, mais les spécialistes des mouvements extrémistes islamistes sont formels, le califat islamique est bel et bien né, et en principe tous les musulmans devraient s'y rallier. Avec les fonds et les armes pris en Irak, cet État est même viable et il ne lui manque plus qu'un accès à la mer via la Jordanie.


Malgré cela, des forces politiques au Liban et ailleurs continuent à ne pas croire à la réalité de la menace que représente l'EIIL pour l'ensemble de la région. Ces forces sont convaincues que l'EIIL est un « géant aux pieds d'argile », qui a un rôle à jouer pour l'instant mais qui quittera la scène une fois sa mission accomplie. Certains éléments pourraient aller dans le sens de cette thèse, notamment le fait que les combattants de l'EIIL qui ont pris la ville de Samarra ont soigneusement évité d'attaquer les mausolées des imams chiites dans cette ville, sachant qu'une telle attaque devrait forcément entraîner une riposte violente de la part de l'Iran. En même temps, ils ont commencé à multiplier les provocations, comme s'ils voulaient pousser l'Iran à faire plus de concessions en Irak, notamment au sujet de Nouri al-Maliki. Pour les partisans de cette thèse, la situation resterait ainsi contrôlable, au moins par les États-Unis qui, après avoir promis de réagir violemment contre l'EIIL, ne cessent de réduire leur aide au régime irakien qu'ils ont pourtant eux-mêmes mis en place.

 

(Lire aussi : Les Brigades Abdallah Azzam lancent – en persan – un ultimatum au Hezbollah)

 

D'ailleurs, un document classé secret est parvenu lundi à des milieux diplomatiques libanais, dans lequel il est question d'un plan établi par le département d'État pour favoriser le changement des régimes dans le monde arabe et en Afrique du Nord. Datant du 22 octobre 2010, ce document de 5 pages s'intitule « Middle East Partnership Initiative » (Mepi) et se propose de changer les régimes de la région (sauf l'Iran), en misant sur le renforcement de la société civile et des ONG avec l'aide de l'agence d'aide américaine (USAID). Le Mepi suggère d'appuyer les Frères musulmans et d'autres formations de « l'islam politique ». Le directeur de ce programme est actuellement Paul Sutphin, ancien consul général à Erbil puis directeur du bureau d'Israël et des affaires palestiniennes au département d'État. En septembre 2011, l'ambassadeur William Taylor a été désigné directeur du nouveau bureau appelé « The Office of the Special Coordinator for Middle East Transitions ». Taylor avait été ambassadeur des États-Unis en Ukraine pendant « la révolution orange » de 2006 à 2009...

 

Certains documents relatifs à ce programme n'ont pas encore été relâchés, mais ceux qui voient la main des États-Unis dans les troubles que connaît actuellement la région sont convaincus qu'il ne faut pas accorder à l'EIIL plus d'importance qu'il n'en a parce que, en réalité, ce qui se passe est un jeu d'influence des États-Unis qui veulent empêcher l'émergence d'un nouvel axe puissant au Moyen-Orient et dans le monde. Résultat, les groupes islamistes se multiplient, et l'alliance entre la Russie et l'Iran se renforce, mais la partie est loin d'être terminée...

 

Pour mémoire

Les services de sécurité font leur travail, aux politiciens de faire le leur...

 

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Massabki Alice

Tres interessant,comme toujours!

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Et ils essayent de justifier encore l'injustifiable, les Niais puînés, yâ hassértéééh !

AIGLEPERçANT

On ne prète qu'aux riches , dit le dicton, il était impossible que ce groupe daech , à qui mr nadal attribue faussement la paternité à Bashar , n'ai pu orchestré un tel coup sans l'aval des us et de leurs alliés sionistes . Nathan déclare qu'il prend acte des nouvelles frontières du M.O et plaide pour un kurdistan où il est déjà très actif . Ce goupe terroriste nouvelle version amerlocke va agir une fois de plus que dans l'interet d'israel , on ne l'entend pas menacer israel où se trame le plus grand crime contre les sunnites , parce qu'on voit bien que les dirigeants criminels profitent de l'incident des 3 disparus pour pousser leur avantage sur la terre usurpée. On va se répéter mais ceux qui ne sont pas prets à se défendre seront les gros perdants lors du partage définitif de la région . La binsaoudie prend le train en marche et cherche à se payer une tranche sur cette nouvelle donne qui va lui tomber sur la tete comme un vautour sur sa proie sans vie , le retour de bandar aux affaires est une révolte de la famille contre leur ex allié yanky .

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

SUITE : Pour cette thèse, la situation resterait contrôlable, au moins par les USA qui, après avoir promis de réagir contre ce hézébbb, réduisent leur aide létale à l’ASL qu'ils ont pourtant au tout début favorisé. D'ailleurs, un document classé secret est parvenu, dans lequel il est question d'un plan établi par les US pour favoriser le changement des régimes dans le monde arabe et musulman. Ce document se propose de changer les régimes de la région (sauf l'Arabie), en misant sur le renforcement de la société civile et des ONG avec l'aide de l'agence d'aide américaine-USAID. Il suggère d'appuyer les islamistes Takfiristes tant chïïtiques que sunnitiques et d'autres formations de cet "islam politique" arabo-per(s)cé. Certains documents relatifs à ce programme n'ont pas encore été relâchés, mais ceux qui voient la main des États-Unis dans les troubles que connaît actuellement la région sont convaincus qu'il ne faut pas accorder à ce hézébbb plus d'importance qu'il n'en a parce que, en réalité, ce qui se passe est un jeu d'influence des États-Unis qui veulent empêcher l'émergence d'un nouvel axe autre que le leur au Moyen-Orient et dans le monde. Résultat, les groupes Takfiristes islamistes chïïtiques ou sunnitiques se multiplient, et l'alliance entre les États-Unis et la Grande Arabie se renforce, et Alea jacta est : les dés sont jetés et la partie est déjà presque terminée(h) !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

S'il est certain qu’en Per(s)cée on a cru pouvoir profiter de la percée de ce hézébbb à Qoussaïr pour mettre en difficulté l'Arabie et couper le lien entre Alep, Damas et le Liban, il est aussi vrai que le désir de ce hézébbb d’une wilâïyâh Per(s)cée a pris de court même les mollâhs Per(s)cés. Pourtant, l’hassine 1er n'a pas mentionné "la RII" (ni Äsraël d'ailleurs) comme faisant partie de sa wilâïyâh chïïtique indigène hypothétique, se contentant de parler de Bahreïn, de sœur-syrie et du Liban, en + de l'Irak. Selon certains expèèèrts mahééék, avec les fonds et les armes aumônés de la Per(s)cée, cette wilâïyâh est même viable et il ne lui manque + qu'1 accès de + à la mer via la Tripolis-Lébnéééne. Certains continuent à ne pas croire à la menace que représente ce hézébbb qui n’est pour eux qu’1 "lionceau en papier", qui a 1 rôle à jouer momentanément mais qui quittera la scène 1 fois son rôle terminé. Des éléments vont dans le sens de cette thèse, e.g. le fait que les mercenaires de ce hézébbb ont évité à Qoussaïr d'attaquer les mosquées sunnites dans cette ville, sachant qu'1 telle attaque devrait forcément entraîner une riposte violente de la part de la grande Arabie. In the same time, ils ont multiplié les provocations, comme s'ils voulaient pousser l'Arabie à faire + de concessions en leur sœur-syrie, en faveur du bääSSdiot-aSSadique.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES DEUX FACES DE LA MÊME MONNAIE... PAREILLEMENT ET BÊTEMENT MANIPULÉES !

Pierre Hadjigeorgiou

Entre un Calife et un Fakih honnêtement qu'elle différence? "Same s... in a different package!" comme diraient justement les Ricains. De toute manière les deux perdront au change car n'est pas encore né celui qui soumettra le Liban autre que son peuple d'origine. Quand au document soit disant classé secret, je vous rappelle la déclaration de Bush et de Rice concernant le nouveau Moyen Orient, tout comme les déclarations du Fakih et de ses zigues qui voudraient les en empêcher. Tenez vous bien, Les Russes, comme les Chinois et l'Europe sont dans le bain et de connivence. Plus personne n'en a a foutre du Moyen Orient, plus personne ne s'apitoie sur le sort des peuples d'orient, plus personne ne veut en entendre parler. Pour ne plus s'en inquiéter, ils leurs ont donné un terrain de jeu et il les laisserons s'entre tuer jusqu'au derniers. Le Liban n'en fera parti que si le Hezbollah et ses satellites continuent d'ignorer certaines vérités! Ils avaient été prévenu et la balle est dans leur camp. Plus tard ils se soumettrons a l’état, moins ils auront de chance de s'en sortir.

Tabet Karim

Un emir de plus ou de moins. Bof. On ne les compte plus......Tous loges a la meme enseigne.

Halim Abou Chacra

Donc on a déjà un "émir" de daech pour le Liban ?! Quelle "merveille" ! Et les "émirs" autochtones, qui foutent la merde tous les jours dans ce pays, qu'est-ce qu'on en fait ?

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.