Rechercher
Rechercher

À La Une - repère

Les dossiers judiciaires embarrassants pour Sarkozy

L'ancien président a été placé en garde à vue mardi.

Le nom de Nicolas Sarkozy est cité dans plusieurs dossiers judiciaires. Photo d'archives AFP.

Accusation de financement libyen de sa campagne de 2007, arbitrage Tapie, affaire Bygmalion: le nom de Nicolas Sarkozy est cité dans plusieurs dossiers judiciaires susceptibles d'embarrasser l'ex-président sur la route d'un éventuel retour en politique.

 

Bygmalion, une "affaire des comptes de campagne"?


L'enquête a été confiée le 27 juin à des juges financiers, chargés d'une information judiciaire pour "faux et usage de faux", "abus de confiance", "tentative d'escroquerie" et "complicité et recel de ces délits". L'affaire a déjà coûté la présidence de l'UMP à Jean-François Copé, dont des proches avaient fondé la société de communication Bygmalion. Mais, partie de soupçons initiaux de surfacturation de prestations rendues à l'UMP, l'enquête semble devenir celle des comptes de la campagne présidentielle de 2012.
Bygmalion mais aussi Jérôme Lavrilleux, cheville ouvrière des meetings électoraux de l'ancien chef de l'Etat, ont reconnu un système de fausses factures et de double comptabilité qui a permis à la société d'imputer à l'UMP une partie des dépenses de la campagne afin que celles-ci ne dépassent pas trop, en apparence, le plafond autorisé.

 

(Lire aussi: Copé démissionne, emporté par l'affaire Bygmalion)

 

Accusations de financement libyen

Des juges enquêtent depuis avril 2013 sur des accusations de financement de la campagne de 2007 de Nicolas Sarkozy par le régime libyen de Mouammar Kadhafi. Parmi les ex-dignitaires libyens, certains ont évoqué ce financement sans fournir d'élément matériel, d'autres ont démenti.
Une autre enquête concerne la plainte de Nicolas Sarkozy pour faux contre Mediapart, qui avait publié, lors de la présidentielle de 2012, une note censée accréditer ce financement.

 

Trafic d'influence présumé

 

 

Dans l'enquête sur ce possible financement libyen, l'enregistrement d'une conversation téléphonique entre Nicolas Sarkozy, placé sur écoute, et son avocat a abouti à une information judiciaire, le 26 février, pour trafic d'influence et violation du secret de l'instruction. La justice soupçonne l'ex-président d'avoir tenté, avec l'appui de Me Thierry Herzog, d'obtenir des informations dans une procédure le concernant auprès d'un haut magistrat, Gilbert Azibert, contre une promesse d'intervention pour un poste de prestige à Monaco.
Nicolas Sarkozy a été placé en garde à vue mardi à l'office anti-corruption de la PJ. Me Herzog est, lui, en garde à vue depuis lundi, de même que M. Azibert et un autre haut magistrat, Patrick Sassoust.

 

(Lire aussi: Trafic d'influence: l'avocat de Sarkozy et deux hauts magistrats en garde à vue)

 

 

Arbitrage Tapie

 

Cet arbitrage a abouti à une sentence accordant 403 millions d'euros à Bernard Tapie, en juillet 2008, pour régler son litige avec le Crédit Lyonnais sur la revente d'Adidas. Les magistrats soupçonnent un "simulacre d'arbitrage" pour favoriser l'homme d'affaires, avec l'aval de l'exécutif. Cinq personnes sont mises en examen pour "escroquerie en bande organisée", dont Bernard Tapie, un des juges arbitres et l'ex-directeur de cabinet du ministère de l'Economie aujourd'hui patron d'Orange, Stéphane Richard. Le secrétaire général de la présidence de l'époque, Claude Guéant, a été entendu en garde à vue fin mai.

 

(Pour mémoire: Tapie inculpé pour escroquerie dans l'enquête sur l'arbitrage Adidas)

 

 

Sondages de l'Elysée

Un juge enquête sur la régularité des contrats conclus, sans appel d'offres, entre l'Élysée et neuf instituts de sondage sous le quinquennat Sarkozy, notamment avec la société Publifact de Patrick Buisson.

 

Une nomination contestée

L'ex-secrétaire général adjoint de l'Élysée, François Pérol, a été mis en examen début février pour prise illégale d'intérêts, quatre ans après sa nomination controversée à la tête du groupe bancaire BPCE. L'enquête est close. Le parquet doit prendre ses réquisitions avant un éventuel renvoi en correctionnelle par le juge.

 

Le meeting de Toulon

Une enquête pour détournement de fonds publics a été ouverte en octobre 2013 par le parquet de Paris sur le financement d'un meeting de Nicolas Sarkozy, à Toulon fin 2011. Ce meeting n'avait pas été inscrit dans les dépenses de campagne, ce qu'avait épinglé le Conseil constitutionnel.

 

L'affaire Buisson

 


Le Canard enchaîné et le site Atlantico ont diffusé début mars des enregistrements clandestins réalisés par Patrick Buisson, issu de l'extrême droite, lorsqu'il conseillait Nicolas Sarkozy à l'Elysée.

 

 

Lire aussi

Présidentielle 2017 en France : à droite, trois hommes pour un fauteuil

Sarkozy, Poutine, Merkel racontés par Hillary Clinton

Le retour annoncé de Sarkozy met l'UMP en ébullition

Écoutes judiciaires de Sarkozy : le scandale prend de l'ampleur

Accusation de financement libyen de sa campagne de 2007, arbitrage Tapie, affaire Bygmalion: le nom de Nicolas Sarkozy est cité dans plusieurs dossiers judiciaires susceptibles d'embarrasser l'ex-président sur la route d'un éventuel retour en politique.
 
Bygmalion, une "affaire des comptes de campagne"?

L'enquête a été confiée le 27 juin à des juges financiers, chargés d'une...
commentaires (2)

Allez.. en taule aussi! C'est là sa vraie place pour ce qui concerne le justice française. cet énergumène a fait tuer, et de quelle manière, son ami et financier gheddafi ainsi que de ses enfants... alors que quelques mois plus tot il lui offrait le tapis rouge et une tente en place publique à paris. Il est ami du grand philosophe bh levy, du sionisme criminel et occupant et un de ses défenseurs... ça doit etre dans son ADN.. d'etre immoral, profiteur, malsain et voleur.

Ali Farhat

15 h 59, le 01 juillet 2014

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Allez.. en taule aussi! C'est là sa vraie place pour ce qui concerne le justice française. cet énergumène a fait tuer, et de quelle manière, son ami et financier gheddafi ainsi que de ses enfants... alors que quelques mois plus tot il lui offrait le tapis rouge et une tente en place publique à paris. Il est ami du grand philosophe bh levy, du sionisme criminel et occupant et un de ses défenseurs... ça doit etre dans son ADN.. d'etre immoral, profiteur, malsain et voleur.

    Ali Farhat

    15 h 59, le 01 juillet 2014

  • Plus les socialistes au pouvoir en France , sont aux abois ...plus les campagnes de dénigrements envers la droite augmentent ...surtout, que la justice en France est instrumentalisée par la gauche ...bon... ici nous avons un avantage démocrate sur la France ,la ' justice ' est instrumentalisée par tout le monde....!

    M.V.

    13 h 19, le 01 juillet 2014

Retour en haut