Rechercher
Rechercher

À La Une - france

Adonis ne voit ni révolution ni démocratie dans le Printemps arabe

"On insiste sur le changement de régime (...) Mais si on ne change pas la société, on ne change rien (...) On remplace un tyran par un autre", dénonce le poète.

Le poète syrien Adonis. AFP PHOTO / CHARLY TRIBALLEAU

Le poète syrien Adonis ne voit ni démocratie ni révolution dans le Printemps arabe, en l'absence dans les pays concernés de laïcité et de libération de la femme.

"On parle de démocratie dans les pays arabes. Même la France parle de démocratie. Où?", s'est demandé l'écrivain mardi soir lors d'une conférence près de Caen. "Ceux qui prétendent faire la révolution n'osent même pas prononcer le mot de laïcité et ne parlent jamais de libérer la femme", a ajouté le poète plusieurs fois pressenti pour le prix Nobel de littérature et qui vient de publier en France un recueil d'articles intitulé "Printemps arabes religion et révolution".

Pour le poète, qui se trouvait à l'Institut mémoires de l'édition contemporaine (Imec) à Saint-Germain-la-Blanche-Herbe, à qui il confie régulièrement ses archives, "tout ce qu'on appelle révolution n'est qu'un conflit pour le pouvoir".

"Si c'est possible de séparer la religion de la société en France, pourquoi pas dans les pays arabes?", a précisé le poète, âgé de 84 ans et installé en France depuis les années 1980.
"C'est notre problème actuel dans le monde arabe (...) On insiste sur le changement de régime (...) Mais si on ne change pas la société, on ne change rien (...) On remplace un tyran par un autre", a-t-il martelé.

Adonis a, par ailleurs, critiqué la politique française qui, selon lui, "frappe les fondamentalistes dans un pays et les soutient dans d'autres pays". Il faisait allusion au Mali et à la Syrie, a-t-il précisé à l'AFP.
Interrogé sur la Tunisie, berceau du Printemps arabe et dont la Constitution adoptée en janvier a été saluée par Paris et Washington, l'essayiste a répondu: Si Ennahda, le parti islamiste, "règne, ce ne sera pas une révolution".

En Syrie "ce qui se passe, c'est du massacre", a en outre estimé le poète. "Une révolution doit être indépendante et sans violence pour enraciner les principes de la démocratie".
L'écrivain, qui a été accusé de complaisance envers le régime syrien, a affirmé: "Je ne suis pas et je n'ai jamais été du côté du régime syrien. J'ai quitté le pays (dans les années 50). Un poète doit toujours être anti-régime".

 

Lire aussi
Syrie: la question du changement de régime est "secondaire", estime Adonis

 

Pour mémoire (réservés aux abonnés)
La poésie incantatoire d'Adonis à Jérusalem

La France trahit ses principes en soutenant des fondamentalistes, estime Adonis

Nobel : Le poète Adonis dans la cacophonie des prédictions

 


Le poète syrien Adonis ne voit ni démocratie ni révolution dans le Printemps arabe, en l'absence dans les pays concernés de laïcité et de libération de la femme."On parle de démocratie dans les pays arabes. Même la France parle de démocratie. Où?", s'est demandé l'écrivain mardi soir lors d'une conférence près de Caen. "Ceux qui prétendent faire la révolution n'osent même pas...

commentaires (3)

Le printemps arabe c'est le nom qui a été attribué par des gros sionistes comme bh levy et sa bande de collabo qui controlent une bonne partie de la presse officielle en occident, qui s'occupe du martellement du "mot clé", pour cacher le projet de morcellement de chaque "pays cible" sur la base ce qui peut le diviser, c'est à dire ethnique, religieuse et confessionnelle avec l'utilisation désormais clairement du terrorisme fanatique. Bien sur le groupe sioccidentale + sioarabe auraient préféré autre chose sachant qu'ils auront à payer une certaine facture par le suite.. mais il n'ont pas d'autres moyens étant donné que l'option militaire ne paie plus, pire, elle ruine désormais les occidentaux au MO. La Syrie et l'Egypte refusent de capituler et de meme fera l'Iraq.. C'est dur, oui, mais les vaiqueurs seront beaucoup plus forts qu'avant. Tu as vu bouazizi comment s'est faite la récupération politique de ton corps carbonisée!? Finalement se cramer, ce n'est pas la pire des choses.

Ali Farhat

02 h 20, le 19 juin 2014

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Le printemps arabe c'est le nom qui a été attribué par des gros sionistes comme bh levy et sa bande de collabo qui controlent une bonne partie de la presse officielle en occident, qui s'occupe du martellement du "mot clé", pour cacher le projet de morcellement de chaque "pays cible" sur la base ce qui peut le diviser, c'est à dire ethnique, religieuse et confessionnelle avec l'utilisation désormais clairement du terrorisme fanatique. Bien sur le groupe sioccidentale + sioarabe auraient préféré autre chose sachant qu'ils auront à payer une certaine facture par le suite.. mais il n'ont pas d'autres moyens étant donné que l'option militaire ne paie plus, pire, elle ruine désormais les occidentaux au MO. La Syrie et l'Egypte refusent de capituler et de meme fera l'Iraq.. C'est dur, oui, mais les vaiqueurs seront beaucoup plus forts qu'avant. Tu as vu bouazizi comment s'est faite la récupération politique de ton corps carbonisée!? Finalement se cramer, ce n'est pas la pire des choses.

    Ali Farhat

    02 h 20, le 19 juin 2014

  • Le printemps arabe ....c'est surtout une appellation enfumeuse des journalistes occidentaux ...

    M.V.

    20 h 05, le 18 juin 2014

  • NE VOIT-IL PAS CRIMES ET DÉCADENCE ???

    LA LIBRE EXPRESSION DEFIE LA CENSURE

    18 h 25, le 18 juin 2014

Retour en haut