X

Économie

Une grande majorité des jeunes Libanais sont inquiets du niveau de chômage

Liban - Rapport

Le Liban s'est classé huitième dans la région en termes d'inquiétude face au chômage. 88 % des Libanais entre 18 et 24 ans se sont dit « très inquiets » ou « assez inquiets » du coût de la vie au Liban.

OLJ
23/05/2014

Selon une étude de l'agence de communication Asda'a Burson-Marsteller sur la jeunesse dans le monde arabe, 72 % des jeunes Libanais se sont déclarés « très inquiets » ou « assez inquiets » face à la situation du chômage au Liban, un taux pratiquement égal aux 73 % de jeunes qui partagent le même sentiment dans la région.
Selon cette étude citée par le Lebanon this Week de la Byblos Bank, le Liban s'est ainsi classé huitième dans la région en termes d'inquiétude face au chômage, une part égale à Bahreïn et en Libye, mais inférieure à celle de l'Irak (82 %), de l'Égypte et de la Jordanie (80 % chacun), de la Tunisie (79 %), de l'Algérie (78 %), du Yémen (77 %), et de la Palestine (73 %). À l'opposé, 22 % des jeunes Libanais interrogés se sont déclarés « pas très inquiets » concernant le chômage et 6 % « pas du tout concernés » par ce problème.
Toujours d'après les résultats de l'étude, 88 % des Libanais entre 18 et 24 ans se sont dit « très inquiets » ou « assez inquiets » du coût de la vie au Liban, soit une part similaire à la moyenne régionale. Le Liban arrive ainsi sixième parmi 16 pays arabes dans cette catégorie. Le taux de 88 % de Libanais « très inquiets » ou « assez inquiets » concernant la cherté de la vie est similaire à la part de l'Égypte, de la Jordanie, de l'Arabie saoudite et de l'Irak, mais inférieure à celui de l'Algérie et de la Tunisie (92 % chacun), de la Libye et d'Oman (91 % chacun) et du Maroc (89 %). À l'opposé, 8 % des jeunes Libanais se sont déclarés « pas très inquiets » du coût de la vie au Liban et 4 % « pas du tout concernés » par le sujet.
Par ailleurs, 78 % des jeunes Libanais ont estimé que le gouvernement devrait subventionner l'énergie, l'électricité et le transport contre 74 % de jeunes dans les pays arabes qui partagent le même point de vue et 73 % des jeunes dans les pays du Golfe.
L'étude a été réalisée entre 2013 et 2014 auprès de 200 à 300 personnes âgées entre 18 et 24 ans. Elle couvre l'Algérie, Bahreïn, l'Égypte, la Jordanie, l'Irak, le Koweït, le Liban, la Libye, le Maroc, Oman, la Palestine, le Qatar, l'Arabie saoudite, la Tunisie et le Yémen.

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Relations libano-syriennes : des changements en douce sans polémique gouvernementale

Commentaire de Anthony SAMRANI

Arabes-Israël : une liaison dangereuse

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué