X

François fait coup double avec la canonisation de Jean-Paul II et Jean XXIII

« Où est mon cœur », avec les traîtres ou les courageux ? demande le pape en ouvrant la semaine sainte

OLJ
14/04/2014

Avec la messe des Rameaux, le pape François a ouvert hier les festivités de Pâques en appelant les chrétiens à un examen de conscience et à se demander s'ils ressemblent à ceux qui trahirent Jésus ou aux « courageux » qui lui furent fidèles.
« Où est mon cœur, auquel de ces personnages (de l'Évangile) est-ce que je ressemble ? Cette question nous accompagnera toute la semaine », a lancé le pape sur un ton grave, improvisant son homélie.
Il avait auparavant présidé la procession des Rameaux, appuyé sur un bâton sculpté pour l'occasion par les détenus de la prison de San Remo (centre-ouest de l'Italie), entouré d'une centaine de jeunes prêtres et évêques.
Vêtu de la traditionnelle chasuble liturgique rouge, il a pris la parole, mais n'a pas lu le texte distribué à l'avance où il devait surtout rappeler l'entrée triomphale de Jésus dans Jérusalem, célébrée, selon la tradition chrétienne, lors de la messe des Rameaux.
Au contraire, le pape a choisi d'insister sur le fait que ce dimanche correspond aussi à la lecture de la Passion du Christ.
« Qui suis-je devant Jésus qui souffre ? » a-t-il lancé devant la foule remplissant l'immense place Saint-Pierre. « Suis-je comme Judas, capable de trahir Jésus (ou) comme les disciples qui ne comprenaient rien, qui s'endormaient pendant que le Seigneur souffrait, ma vie est-elle endormie ? » a poursuivi le pape argentin, élu il y a un peu plus d'un an à la tête de l'Église catholique.

À la une

Retour au dossier "François fait coup double avec la canonisation de Jean-Paul II et Jean XXIII"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Tempête dans la région, crise gouvernementale au Liban

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué