X

À La Une

Un cousin de Bachar el-Assad tué dans des combats près de la frontière turque

Syrie

La Turquie avertit la Syrie d'une réponse "forte" si son espace aérien était violé.

OLJ/AFP
23/03/2014

Hilal el-Assad, cousin du président syrien Bachar el-Assad, a été tué dans des combats contre les rebelles près de la frontière avec la Turquie, rapportent dimanche soir plusieurs médias officiels syriens.

La télévision nationale a confirmé la mort d'Hilal el-Assad, présenté comme le chef des Forces nationales de défense dans la province côtière de Lattaquié, d'où est originaire le clan Assad.

Les combats entre forces gouvernementales syriennes et rebelles se poursuivaient dimanche pour le contrôle d'un point de passage avec la Turquie dans la province de Lattaquié, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). "Les combattants du Front al-Nosra et d'autres groupes ont investi le point de passage et en ont fait sortir les forces gouvernementales et les supplétifs de la défense nationale", a précisé le directeur de l'OSDH Rami Abdel Rahmane, affirmant cependant que de violents combats se déroulaient toujours autour du point de passage et dans la ville même de Kassab.

Au cours de cette bataille commencée vendredi, les combattants rebelles ont pu avancer vers des positions militaires dans la région. "D'importants renforts militaires ont été acheminés pour les forces gouvernementales", selon l'OSDH, qui s'appuie sur une réseau de militants et de sources médicales sur le terrain.

Samedi, les combats s'étaient étendus à d'autres régions de la province de Lattaquié, notamment à des villages sous contrôle du régime, qui a mené des raids aériens et des guet-apens, tuant au moins 20 rebelles et blessant 30 d'entre eux.

Au total, près de 80 combattants des deux côtés ont été tués depuis vendredi dans les combats de Lattaquié.

Trois groupes islamistes --le Front al-Nosra, Sham al-Islam et Ansar al-Sham-- ont lancé mardi une campagne baptisée "Anfal" dans cette province jusqu'alors relativement épargnée par les combats qui ravagent la Syrie. Cette province, majoritairement alaouite, la confession du président Bachar el-Assad, est considérée comme l'un des bastions du régime.


Un avion syrien abattu par la Turquie

Parallèlement, la Turquie a annoncé dimanche avoir abattu un avion syrien qui avait violé son espace aérien et le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan a averti que la riposte de la Turquie serait musclée en cas de nouvelle violation de son espace aérien. "Notre réponse sera forte si vous violez notre espace aérien", a déclaré M. Erdogan à l'adresse du régime syrien, lors d'un meeting électoral, tout en félicitant l'armée turque pour avoir abattu un avion militaire syrien près de la frontière turco-syrienne.

"Je félicite le chef d'état-major des forces armées et les valeureux pilotes... Je félicite nos forces aériennes", a déclaré le chef du gouvernement.

Le ministre de la Défense, Ismet Yilmaz, a déclaré de son côté que la Turquie avait "la force" et la "capacité" de protéger ses frontières. "Il ne faut pas qu'on essaie de tester notre détermination" a-t-il ajouté à la télévision.

L'armée turque a déclaré qu'elle avait lancé des avertissements à "quatre reprises" à deux avions de chasse MIG-23 syriens pour qu'ils rebroussent chemin, et qu'elle avait fait décoller ses F-16, lorsque l'un des appareils a refusé d'obtempérer.

"En dépit des avertissements, le deuxième avion syrien est entré dans l'espace aérien turc à 11H13 GMT, a parcouru environ un kilomètre, puis a pris la direction de l'ouest et a continué sur 1,5 kilomètre dans notre espace aérien", a indiqué l'armée sur son site web. "L'un des avions de combat F-16 a tiré un missile sur l'avion syrien à 11H14 GMT, conformément aux règles d'engagement, et l'avion est tombé en territoire syrien dans la région de Kassab, à 1.200 mètres de la frontière", a-t-elle ajouté.

De son côté, le président turc, Abdullah Gül, a appelé le chef d'état-major, le général Necdet Ozel, pour le féliciter. "La Turquie a montré sa détermination à protéger sa frontière", a estimé M. Gul, cité par les médias locaux.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme, la défense aérienne turque a ciblé l'avion de combat syrien alors qu'il bombardait des secteurs dans la province de Lattaquié.

Des avions de chasse turcs avaient abattu l'an dernier un hélicoptère syrien qui avait été repéré, selon Ankara, à deux kilomètres à l'intérieur de l'espace aérien turc. La Turquie a modifié ses règles d'engagement après qu'un de ses avions de combat eut été abattu par les forces aériennes syriennes en juin 2012.

Résolument hostile au régime de Damas, la Turquie héberge plus de 750.000 réfugiés syriens entassés pour la plupart dans des camps le long de la frontière.


Lire aussi
Les dirigeants arabes toujours impuissants face à la crise syrienne

Le Krak des Chevaliers porte les traces d'âpres combats

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants