X

Diaspora

Le Brésil fête son indépendance au Liban

23/09/2013
Pour la célébration de l’indépendance du Brésil, proclamée le 7 septembre 1822, Affonso Emilio de Alencastro Massot, ambassadeur du Brésil au Liban, et son épouse, Yolanda de Arruda Botelho, ont invité à la résidence officielle du Brésil, quartier Brasilia, le 6 septembre 2013, un grand nombre de personnalités du monde politique, diplomatique, religieux et membres de la colonie brésilienne au Liban. À cette occasion, M. Massot a prononcé un discours très attendu, dont nous reproduisons quelques extraits :
« ...Si cette célébration est une fête très brésilienne, elle est aussi une fête libanaise, parce que les relations si spéciales, presque uniques, entre le Liban et le Brésil doivent être qualifiées de relations de famille ! C’est pour moi un grand honneur de représenter le Brésil au Liban, pays avec lequel nous avons des relations exemplaires, basées sur le respect mutuel, une profonde amitié et des liens de sang, le Brésil ayant parmi ses habitants environ 10 millions d’origine libanaise... Comme vous le savez, la présence des Libanais au Brésil a commencé à la fin du XIXe siècle, bien avant l’indépendance du Liban, quand le 2e empereur brésilien, Pedro II, est venu, en 1876, visiter le Liban... »
« Dans mes entretiens et contacts, non seulement à Beyrouth, mais aussi dans le cadre des visites que j’ai déjà faites, dès mon arrivée, à plusieurs municipalités de la Békaa – et je salue ici de façon spéciale les autorités régionales et municipales qui honorent cette réception –, j’ai été témoin de l’affection, de l’amitié et de la gratitude des Libanais envers le Brésil. »
« Mais aujourd’hui, je veux profiter de cette occasion pour ajouter aussi les profonds remerciements du Brésil au Liban et aux Libanais. Je suis heureux de dire qu’ils ont contribué de manière décisive au développement et à la construction de l’identité nationale de mon pays, ayant en même temps trouvé au Brésil des opportunités uniques d’ascension dans la politique, les professions libérales, le commerce, l’industrie et les finances. Ils y ont construit une réalité socio-économique harmonieuse et tolérante, travaillant ensemble et vivant en paix, créant un exemple pour le monde. Et j’avoue aussi que l’accueil chaleureux que ma famille et moi recevons au Liban ne cesse de m’émouvoir et de me faire sentir comme si j’étais dans mon propre pays. »
« Tenant compte de l’importance du Liban pour le Brésil, j’entreprends, avec mes collaborateurs à l’ambassade, tous les efforts dans plusieurs domaines – politique, consulaire, commercial, culturel, éducationnel, parmi d’autres – pour approfondir, par le moyen d’initiatives et de projets nouveaux et concrets, les relations entre les deux pays. Et en parlant d’initiatives culturelles, j’ai le plaisir de signaler que nous saisissons cette occasion pour lancer la version en arabe de la revue Sabores do Brasil (Les Saveurs du Brésil), qui fait référence à divers styles gastronomiques de la tradition de notre pays. Cette initiative s’inscrit dans le cadre d’un projet du ministère des Relations extérieures du Brésil de promouvoir plusieurs aspects de notre culture. Nous avons le plaisir de vous offrir des exemplaires qui sont disponibles à la sortie. »

À la une

Retour au dossier "Diaspora"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué