X

À La Une

Le retour des Sahwa en Irak

Éclairage Face aux violences, Bagdad fait de nouveau appel aux miliciens sunnites pour contrer el-Qaëda.
OLJ/AFP
26/08/2013

Pour endiguer les violences qui endeuillent quasi quotidiennement l’Irak, les autorités ont décidé de recourir de nouveau aux milices sunnites anti-Qaëda et de les entraîner, un changement dans la politique du gouvernement qui les marginalisait ces derniers temps.


Baptisées les Sahwa (le réveil, en arabe), ces milices composées d’ex-insurgés ont été formées fin 2006 par des chefs tribaux dans les régions sunnites et financées dans un premier temps par les Américains pour lutter contre el-Qaëda, alors que le pays était déchiré par un conflit confessionnel meurtrier. Ces groupes, qui ont compté jusqu’à 100 000 personnes à leur apogée, ont joué un rôle-clé dans la réduction de la violence en Irak à partir de 2008, parallèlement à l’action des soldats américains et à la mise en œuvre d’une nouvelle stratégie sécuritaire. Mais les miliciens, des cibles privilégiées du réseau extrémiste qui les considère comme des « traîtres », se sont sentis ensuite peu à peu abandonnés par le gouvernement.


Alors que le pays est de nouveau emporté dans une spirale de violences, qui a fait plus de 3 600 morts depuis le début de l’année, les autorités ont décidé de se tourner de nouveau vers les Sahwa. « Nous avons décidé de combattre les insurgés d’el-Qaëda – dont la redoutable brigade Ousoud al-Anbar (les Lions de Anbar) – avec l’aide des Sahwa, qui les ont déjà vaincus par le passé », a expliqué Amer Khouzaï, conseiller du Premier ministre chiite Nouri al-Maliki sur la question de la réconciliation nationale. « Ils seront bien entraînés, bien organisés et jeunes – aucun n’aura plus de 40 ans », a-t-il précisé. À terme, 10 000 miliciens doivent être stationnés dans les villes de Mossoul et de Kirkouk, dans le nord du pays, ainsi qu’autour de la capitale, où les insurgés ont souvent trouvé refuge. Pour l’heure, environ 2 000 combattants Sawha s’entraînent, et les premiers formés devraient être envoyés dans la région de Bagdad, selon des sources tribales et de sécurité.


Cette décision constitue un revirement stratégique, à la fois dans la façon de traiter les Sahwa et dans la manière d’appréhender les forces de sécurité non conventionnelles. Depuis que les Américains – qui ont quitté le pays fin 2011 – ont laissé la responsabilité des Sahwa aux autorités irakiennes, les miliciens se plaignaient d’être maltraités, de ne pas recevoir leurs salaires à temps et reprochaient au pouvoir de ne pas avoir tenu sa promesse de les incorporer dans les forces de sécurité conventionnelles.


« Quand les forces irakiennes ont pris la suite des Américains et formé une grande armée, elles ont cru qu’elles n’avaient plus besoin des tribus ou des Sahwa, alors elles les ont négligés », explique Nadim Hatem Sultan, le chef de la tribu Tamim, ajoutant : « Cette erreur doit être corrigée. » « Ce sont les gens qui connaissent le mieux le secteur », souligne Walid al-Ayish, leader de la tribu Faraj, en se félicitant que l’État ait changé de stratégie, alors que les forces de sécurité sont engagées dans de vastes opérations pour endiguer la pire vague de violences qu’ait connue l’Irak depuis 2008. Ces opérations ont été lancées à la suite de l’évasion de centaines de détenus, dont des chefs d’el-Qaëda, après un assaut en juillet mené contre deux prisons par un groupe lié au réseau extrémiste.


Mais selon des analystes et des diplomates, les mesures prises jusqu’ici pour éradiquer la violence ne traitent pas la racine du problème : le ressentiment de la minorité sunnite qui s’estime maltraitée par le gouvernement. Les autorités ont déjà fait quelques concessions, en libérant par exemple des milliers de prisonniers sunnites et en accordant fin janvier une hausse de salaires aux miliciens d’al-Sahwa. Cette nouvelle décision concernant ces groupes armés pourrait, en théorie, faire d’une pierre deux coups, en offrant du travail à des milliers de jeunes sunnites et en luttant plus efficacement contre les violences.

 

 

Pour mémoire

Le dialogue politique, une des clés pour enrayer la violence en Irak

 

Maliki revoit sa stratégie sécuritaire

 

Lire aussi

Une éventuelle restructuration des rebelles syriens enrage les jihadistes

 

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué