Rechercher
Rechercher

À La Une - Conflit

Syrie : l'armée affirme avoir pénétré dans une position rebelle clé près de Qousseir

L'opposition hésite à négocier.

Des combats sans merci se déroulaient samedi dans la ville syrienne de Qousseir, cible d'un assaut de l'armée épaulée par le Hezbollah libanais. Photo tirée d'une vidéo postée sur YouTube/AFP

L'armée syrienne a annoncé avoir pénétré samedi dans l'aéroport militaire de Dabaa, une position rebelle clé au nord de Qousseir, une semaine après le début de son offensive conjointe avec le Hezbollah contre cette ville stratégique.

 

"L'armée syrienne s'est infiltrée à l'intérieur de l'aéroport de Debaa par le nord-ouest, après s'être emparée de la ligne de défense des rebelles. Les combats se déroulent désormais à l'intérieur", déclaré à l'AFP une source militaire.

Cet ancien aéroport se trouve à 6 km de Qousseir, sur la seule route au nord de la ville. D'après des militants, ce sont les forces spéciales de l'armée et le Hezbollah qui ont mené l'assaut.

 

(Lire aussi : Sleiman critique vertement l’implication du Hezbollah en Syrie)

 

Sur sa page Facebook, le militant Hadi al-Abbdallah, qui se trouve dans la ville, a lancé un cri désespéré. "O mon Dieu, Qousseir est détruite et brûle. Des centaines d'obus, de missiles tombent sur la ville".

La Tansikiyat (comité de coordination sur le terrain) de Qousseir a appelé à l'aide, également sur Facebook. "Si Qousseir tombe, nous nous relèverons plus. Aidez-nous, envoyez-nous de l'argent, de la nourriture et des médicaments".

 

"Les combats et les bombardements à Qousseir sont les plus violents depuis le début de l'offensive", a affirmé à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui s'appuie sur un large réseau de militants et des sources médicales à travers le pays. "La ville de Qousseir et les localités rebelles au nord de la ville comme Hamidiyé, Dabaa et Aarjoune sont bombardées par des missiles sol-sol et l'aviation", a-t-il ajouté, en précisant qu'au moins 18 rebelles et deux civils avaient été tués samedi dans la ville.

 

Dans un message, le chef par intérim de l'opposition syrienne, George Sabra, a déclaré à Istanbul: "Des milliers d'Iraniens et leurs collaborateurs terroristes du Hezbollah ont envahi la Syrie".

 

Pour Ghassan al-Azzi, professeur de sciences politiques à l'Université libanaise, "les Iraniens ont demandé au Hezbollah de s'engager une fois pour toute et de façon publique car cette guerre doit décider de l'avenir de l'alliance entre l'Iran et la Syrie et peut-être de toute la région".

"Le Hezbollah l'a fait, bien que ceci porte atteinte à son image au Liban et dans le monde arabe", a-t-il ajouté. Le mouvement chiite a dépêché 1.700 hommes pour la bataille de Qousseir, selon une source proche de l'organisation.

 

(Lire aussi : Le Hezbollah dit combattre en Syrie pour "protéger" le Liban)

 

Le contrôle de Qousseir est essentiel pour les rebelles, car cette ville de 25.000 habitants se trouve sur le principal point de passage des combattants et des armes en provenance du Liban. La ville est également stratégique pour le régime car elle est située sur la route reliant Damas à sa base arrière sur le littoral.


Les conditions de l'opposition

Sur le plan diplomatique, des responsables américains, russes et français se retrouveront lundi à Paris pour préparer la conférence internationale visant à réunir à Genève des représentants du régime et de l'opposition, qui s'est montrée réticente lors d'une réunion à Istanbul. Elle est en outre divisée en raison de la guerre d'influence des puissances régionales, avec d'un côté l'Arabie Saoudite et les Emirats arabes unis qui veulent élargir la coalition pour réduire l'influence des Frères musulmans et de l'autre la Turquie et le Qatar qui soutiennent la confrérie islamiste.

 

La Coalition de l'opposition syrienne a réclamé vendredi à Istanbul des "gestes de bonne volonté" du régime. "Nous voulons être sûrs que quand nous entrerons dans ces négociations, le bain de sang va s'arrêter en Syrie", a déclaré Khaled Saleh, un de ses porte-parole.

 

Malgré tout, les préparatifs de la conférence internationale se poursuivent. Le secrétaire d'Etat américain John Kerry et le chef de la diplomatie française Laurent Fabius vont rencontrer lundi à Paris leur homologue russe Serguei Lavrov pour l'évoquer.

Lors d'un "dîner de travail", ils feront le point sur l'organisation de la conférence initiée par Washington et Moscou.

Lundi également, le Conseil des ministres des Affaires étrangères de l'UE doit se prononcer lundi sur une levée de l'embargo sur les armes à destination de l'opposition syrienne. Plusieurs pays, comme la Suède et l'Autriche, s'y opposent farouchement.


Lire aussi

Mythologies de crise, l'éditorial de Issa Goraïeb

L'armée syrienne a annoncé avoir pénétré samedi dans l'aéroport militaire de Dabaa, une position rebelle clé au nord de Qousseir, une semaine après le début de son offensive conjointe avec le Hezbollah contre cette ville stratégique.
 
"L'armée syrienne s'est infiltrée à l'intérieur de l'aéroport de Debaa par le nord-ouest, après s'être emparée de la ligne de défense des...
commentaires (9)

"Armée" ! Quelle "armée", basée sur des supplétifs sous forme de chabbîhâhs.

Antoine-Serge KARAMAOUN

10 h 12, le 26 mai 2013

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • "Armée" ! Quelle "armée", basée sur des supplétifs sous forme de chabbîhâhs.

    Antoine-Serge KARAMAOUN

    10 h 12, le 26 mai 2013

  • erdo annonçait la fin des combats en Syrie pour bientôt, je ne crois pas que le hezb lui ai donné mandat pour annoncer la victoire prochaine des résistances sur les alQQSWNC/turc à Qousseir la libérée.

    Jaber Kamel

    10 h 08, le 26 mai 2013

  • Honte a l'Europe et aux pays arabes allies qui arment les rebelles! C'est juste pour faire tomber le regime syrien et affaiblir le Hezbollah et faire une partition en Syrie et au Liban. Apres, croient-ils ces rebelles les mensonges que l'Europe et les Etats-Unis leur font avaler? Ils vont les laisser tomber comme des mouches comme ils ont fait avec le President Moubarak et les autres presidents arabes....C'est vrai ce que Hassan Nasrallah a dit: le moment est critique et il faut que toute la nation arabe se reveille. C'est au Liban surtout qu'il faudrait que les leaders opposes au Hezbollah se reveillent... Dans quelques annees, il n'y aura plus de Liban! REVEILLEZ-VOUS! De petites provinces chretienne, sunnite, chiite, etc.... et les emigrations se feront en masse vers l'etranger pour ceux qui peuvent se le permettre financierement. Mais ce ne sont que 10 ou 20 % de la population libanaise! A-t-on jamais ete aussi appauvri par nos leaders qui ne font RIEN a part se lancer des insultes?

    Michele Aoun

    21 h 14, le 25 mai 2013

  • Les stratèges du corps expéditionnaire du Hezbollah en Syrie ...sont tombé dans le piège d'une guerre sans fin... ici au Liban .... nous sommes extrêmement inquiets de n'avoir éventuellement à terme plus de combattant pour libérer les fermes de Sheebah...

    M.V.

    19 h 28, le 25 mai 2013

  • Il faut laisser le temps passer pour savoir ce que l 'avenir cache pour ce nouveau balkan du moyen orient . Antoine Sabbagha

    Sabbagha Antoine

    16 h 02, le 25 mai 2013

  • Sans l'accord des "ABRUTIS" Américano/Européens, qui n'ont pas bougé même un doigt, les choses ne se passeraient pas ainsi. Au moins, espérons à une solution négociée, libre et démocratique... dont je doute fort !

    SAKR LOUBNAN

    15 h 22, le 25 mai 2013

  • Qoussaïr la Syrienne Saine et Belle, signe par sa Bravoure, la Fin de l'hégémonisme de ce hézébbb anthracite et de ses Maîtres bääSSyriens !

    Antoine-Serge KARAMAOUN

    15 h 01, le 25 mai 2013

  • Si seulement H.N pouvait nous annoncer la fin des combats dans son discours de cet aprem! cela s'ajoutera à une longue liste de victoires sur le sionisme malfaisant allié des alQQSWNC/turc. De toute façon , ça ne sera que partie remise, et le job est déja concluant vu que les mercenaires ne peuvent plus se ravitailler en armes et objets de morts.Je trouve le machin de l'osdh plus réaliste dans ses communiqués, on a le nom de qui est derrère ce bidule, mais il n'empêche qu'il est toujours bien mal orienté.

    Jaber Kamel

    14 h 50, le 25 mai 2013

  • Le plus grand traître du pays va parler ce soir ! Et ses adorateurs à l'esprit de plus en plus limité vont boire ses paroles engorgées de mensonges et de lâcheté.

    Robert Malek

    14 h 43, le 25 mai 2013

Retour en haut