X

Santé

Préjugés et vérités sur le cancer

Oncologie L’édition 2013 de la Journée mondiale contre le cancer vise à tirer au clair certaines idées préconçues concernant la maladie. L’un des messages-clés de cette journée reste l’importance d’un mode de vie sain pour prévenir un tiers des cancers.
Nada MERHI | OLJ
05/02/2013
« Cancer : le saviez-vous ? » est le thème choisi pour marquer l’édition 2013 de la Journée mondiale du cancer célébrée le 4 février (hier) de chaque année. L’objectif est de dissiper quelques fausses idées qui entourent la maladie. L’Orient-Le Jour a rencontré le Dr Christina Khater, oncologue médical, pour tenter de répondre aux questions les plus fréquentes posées par les patients.

J’ai eu un cancer et, pourtant, aucun membre de ma famille n’en est atteint
Moins de 10 % de l’ensemble des cancers ont une cause héréditaire. Par contre, un cancer sur trois est en rapport avec le mode de vie, notamment le tabagisme, la consommation excessive d’alcool, le régime alimentaire et l’obésité. Il est prouvé que les cancers du poumon, de la vessie, de l’œsophage et du pancréas sont directement liés au tabac, et qu’une consommation excessive d’alcool favorise les cancers du foie, de l’œsophage et oto-rhino-laryngologiques (ORL). Par ailleurs, l’obésité et l’alimentation riche en matières grasses augmentent le risque des cancers colorectaux, du sein et de la prostate.
Un tiers des cancers pourrait donc être prévenu en adoptant un mode de vie sain. Il s’agit de ne pas fumer, de se limiter à un ou maximum deux verres d’alcool par jour, de manger sain et d’avoir une activité physique régulière.

Les implants mammaires en silicone, les aérosols, le parabène et les téléphones portables causent-ils le cancer ?
Il n’y a pas d’études concluantes établissant une relation de cause à effet entre ces produits et l’apparition de cancers. Cependant, une utilisation « à bon escient » est suggérée.

Arrêter le tabac ne sert à rien. Il suffit de constater le nombre de non-fumeurs qui souffrent de cancer
Faux. Un à deux fumeurs sur dix développeront un cancer du poumon, soit vingt à trente fois de plus que les non-fumeurs. Il est établi que le tabac est le facteur de risque principal pour le cancer du poumon.

Le cancer est contagieux
Faux. La cellule cancéreuse ne se transmet pas d’un individu à un autre. Par contre, certains virus pouvant causer des cancers, comme le virus de l’hépatite C ou le VPH (Virus du papillome humain), sont transmissibles par voie sexuelle ou sanguine. Le virus de l’hépatite C peut causer un cancer du foie et certaines souches du VPH sont à l’origine de la majorité des cas du cancer du col utérin et de certains cancers ORL.

Le cancer est une maladie des pays riches, développés et vieillissants
Certains cancers, comme les cancers de la prostate, du sein et du côlon-rectum, sont plus fréquents dans les pays riches. D’autres cancers, comme l’hépato-carcinome (cancer primitif du foie), sont plus fréquents en Afrique et en Asie.

Le cancer est une sentence de mort
Faux. Aujourd’hui, il est possible de guérir un cancer sur deux. Évidemment, tout dépend du type de cancer et de son degré d’évolution lors du diagnostic.
Au nombre des cancers les plus guérissables figurent notamment le lymphome de Hodgkin, le cancer du testicule, certains lymphomes non-hodgkiniens, la leucémie myéloïde chronique, ainsi que les cancers du sein, de la prostate et du côlon diagnostiqués à un stade précoce.

Un bilan sanguin régulier aide à dépister le cancer
Faux. Le bilan sanguin n’est pas de grande utilité dans le dépistage des cancers. Souvent le cancer est déjà présent alors que le bilan sanguin reste normal. Nous ne pouvons donc pas nous fier à un bilan sanguin normal pour écarter la présence d’un cancer.
Jusqu’à présent, nous ne disposons de tests de dépistage fiables que pour certaines formes de cancer : la mammographie pour le cancer du sein, le frottis cervical pour le cancer du col de l’utérus et la colonoscopie pour les cancers colorectaux.

Doit-on faire un CT scan, PET scan ou IRM pour dépister le cancer ?
Non, ces tests n’ont pas été prouvés utiles dans le dépistage des cancers. Par contre, ils sont utiles dans le diagnostic et le bilan d’extension, c’est-à-dire pour évaluer l’étendue de la maladie. Il faut donc les utiliser à bon escient.

À la une

Retour à la page "Santé"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants