Liban

Otages libanais en Syrie : les familles menacent les intérêts turcs

OLJ
24/12/2012
Les proches des neuf otages libanais en Syrie ont observé dimanche un sit-in devant l’ambassade de Turquie à Rabieh. Lors du rassemblement, les manifestants ont publié un communiqué dans lequel ils ont fait assumer la responsabilité de l’enlèvement des leurs à la Turquie. Selon le communiqué, les familles affirment que la partie turque n’a pas été sérieuse dans le suivi de leur cause. « S’il faut que des Turcs soient enlevés pour que nos fils reviennent, nous y sommes prêts », ont-elles martelé, menaçant d’exercer des pressions supplémentaires jusqu’à la paralysie, à partir du 1er janvier 2013, des intérêts turcs au Liban. Deux semaines plus tôt, l’un des neuf pèlerins encore détenus en Syrie a appelé les familles des otages à la retenue et réitéré l’appel au député de l’opposition Okab Sakr à négocier leur libération.Onze pèlerins chiites libanais avaient été enlevés le 22 mai dans la province d’Alep, dans le nord de la Syrie, alors qu’ils rentraient d’un pèlerinage en Iran. Deux d’entre eux seulement ont été déjà relâchés.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Véritable Retour de Bâton sur les Parents de ces "Sacrés" chïïtes et Pèlerins" ; yâ hassértéhhh !

SAKR LEBNAN

Mais qu'ont à faire les turcs dans ces enlèvements ? Une phrase de certain pourrait les libérer... Qu'ils frappent à cette porte !

Halim Abou Chacra

Encore une fois les familles des otages retenus en Syrie se trompent d'adresse pour faire des sit-in. Ce n'est pas la Turquie qui a enlevé les citoyens chiites, mais les révolutionnaires syriens. Et si, malgré leur bonne volonté et leurs efforts, les autorités turques n'arrivent pas à vaincre l'entêtement de ces derniers, est-ce une raison d'en faire les responsales de l'enlèvement ? Cela est dépourvu de logique. Les familles des otages doivent avoir le courage et la franchise de nommer les responsables du sabotage répété de la libération de leurs proches. Dans chaque discours qu'ils font, sayyed Hassan Nasrallah et son allié, le général Aoun, insultent la révolution syrienne et les révolutionnaires. Leurs médias, le journal du Hezbollah, leader de la presse "jaune", et la chaîne OTV du général, montent un stratagème de faux enregistrements et documents pour dénigrer l'image du député Okab Sakr, qui mène les négociations avec les révolutionnaires syriens à Aazaz pour la libération des otages, même sachant qu'il en résultera le sabotage de ces efforts et de la libération. Leur priorité est de détruire politiquement le chef du courant du Futur Saad Hariri et le député Sakr, ainsi que l'atout qu'ils tireraient de leur succès dans cette affaire. La libération des citoyens chiites est le dernier de leurs soucis. Voilà les responsables. C'est devant leurs bureaux que les familles doivent faire des sit-in.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.